Michael Tomasello

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tomasello.
image illustrant l’anthropologie
Cet article est une ébauche concernant l’anthropologie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Michael Tomasello
Naissance (66 ans)
Nationalité américain
Profession

Michael Tomasello, né en 1950 à Bartow (Floride), est un psychologue cognitif et développemental américain. Après le doctorat (University of Georgia, 1980), il joint le Yerkes Primate Center à titre d'assistant (1982-1998), puis, à titre de codirecteur de recherche, l'Institut Max Planck d'anthropologie évolutionnaire à Leipzig (1998-2018). Il est également professeur honorifique au département de psychologie de Leipzig, co-directeur du Wolfgang Köhler Primate center (2001-2018), et professeur de psychologie à Duke University (2016- ).

Thèse principale et grands axes des travaux[modifier | modifier le code]

L'oeuvre de Tomasello s'élabore principalement sur les résultats de tests expérimentaux créés et administrés par ses soins afin de comparer les capacités cognitives des humains (des enfants d'âge pré-scolaire principalement) et des grands singes (chimpanzés principalement). Ces observations le conduisent à établir une thèse fondamentale, diversement ramifiée, notamment au plan inter-disciplinaire (vers la philosophie et les sciences sociales)  :

- La capacité, dite hypersociale, à partager buts et intentions dans des activités collaboratives, est unique à l'être humain.[1] Elle consiste en l'intégration de différentes capacités cognitives présentes chez nos plus proches parents, chez qui elles demeurent toutefois mutuellement rivales et exclusives les unes des autres.

Du partage d'intentions découleraient, notamment, le caractère cumulatif de l'innovation symbolique et technique (évolution culturelle), le sentiment normatif ou prescriptif (y compris moral), la spécification et interchangeabilité de rôles et de perspectives distincts mais interdépendants, et la prise de perspective multiples (contrastées voire contradictoires, comprenant une perspective de nulle part, ou dite à vol d'oiseau "bird's eye view") sur une seule et même entité ou activité.

Dans la théorie du langage, les implications de ses découvertes expérimentales amènent Tomasello à s'opposer à l'innéisme défendu par Noam Chomsky, et par nombre d'autres à sa suite (dont Steven Pinker).[2] La capacité linguistique ne relève en effet pas, selon lui d'un mécanisme inné et automatique de structuration syntaxique, mais s'acquiert au fil d'une séquence de développement débutant par l'imitation, la gestuelle (tel que pointer), et le partage d'attention (soit la capacité, pour ego, de reconnaître qu'alter porte, accidentellement ou intentionnellement, son attention sur le même item que lui). Le langage repose sur différentes capacités sociales dont il dépend de manière nécessaire, mais aucune de celles-ci ne conduit nécessairement, mécaniquement au langage.

Dans différents ouvrages datant de la fin 1990, début des années 2000, Tomasello estime que l'attention conjointe, dont la psychogenèse s'initie au cours des premiers mois (10 à 13 mois), est en réalité le seul universel anthropologique recevable et cohérent avec l'observation. À partir de ce noyau, comprenant l'interchangeabilité des perspectives sous la référence à une même scène attentionnelle partagée, l'ensemble des formes linguistiques prendraient forme dans un processus de grammaticalisation[3].

À partir de ces recherches portant sur l'acquisition des capacités de communication, Tomasello peut concevoir plus largement l'ensemble des phénomènes culturels comme le résultat d'une évolution : de par sa rapidité de modification, de transmission et d'élargissement, la culture surpasse l'hérédité comme support dominant de l'adaptation chez l'homme, en ce sens elle occupe une niche spécifique dans l'évolution du vivant.

L'abondance et la rigueur de ses appuis en recherche expérimentale en font l'un des psychologues actuels les plus influents, et les plus lus aujourd'hui.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

en anglais[modifier | modifier le code]

  • Tomasello, M. & Call, J. (1997), Primate Cognition. Oxford University Press.
  • The Cultural Origins of Human Cognition, Harvard University Press, 1999, ISBN 0-674-00582-1 (voir Prix et récompenses)
  • Constructing a Language: A Usage-Based Theory of Language Acquisition, Harvard University Press, 2003, ISBN 0-674-01764-1 (voir Prix et récompenses).
  • Origins of Human Communication, MIT Press, 2008 (voir Prix et récompenses)
  • Why We Cooperate, MIT Press, 2009, ISBN 978-0-262-01359-8
  • A Natural History of Human Thinking, Harvard University Press, 2014
  • A Natural History of Human Morality, Harvard University Press, 2016

en français[modifier | modifier le code]

  • Aux origines de la cognition humaine [« The Cultural Origins of Human Cognition »], Retz, , 231 p. (ISBN 978-2725623153)
  • Pourquoi nous coopérons [« Why We Cooperate »], PUR, , 115 p. (ISBN 978-2753536098)

Prix et récompenses[modifier | modifier le code]

Bourse Guggenheim, 1997-98

Bourse du Center for Advanced Study in the Behavioral Sciences, 1998, refusée ["deferred"]

Prix William James de l'American Psychological Association, 2001, pour The Cultural Origins of Human Cognition

Prix de la Fondation Fyssen, Sciences cognitives, 2004

Prix de la Cognitive Development Society, 2005, pour Constructing a Language: A Usage-Based Theory of Language Acquisition

Prix Jean Nicod, Philosophie des Sciences cognitives, 2006

Prix Mind & Brain, Centre des Sciences Cognitives, Université de Turin, Italie, 2007

Prix Eleanor Maccoby, American Psychological Association, 2009, pour Origins of Human Communication.

Prix Oswald Külpe, Psychologie expérimentale, Université de Wurtzbourg, 2009

Prix Hegel, Sciences humaines, Stuttgart, 2009

Prix Sir Frederic Bartlett, Maître de conférences, Experimental Psychology Society, Royaume Uni, 2009

Prix de recherche Max Planck, Fondation Humboldt, Évolution Humaine, 2010

Prix Heineken de l'Académie Royale des Pays-Bas, Sciences cognitives, 2010

Prix Wiley, Psychology, The British Academy, 2011

Prix de recherche Klaus Jacobs, Développement de l'enfant, Zurich, 2011

Prix Helmuth Plessner, Anthropologie philosophique, Wiesbaden, 2014

Prix Distinguished Scientific Contribution, American Psychological Association, 2015

Références[modifier | modifier le code]

  1. Tomasello, Michael, Malinda Carpenter, Josep Call, Tanya Behne, and Henrike Moll, « "Understanding and sharing intentions: The origins of cultural cognition" », Behavioral and Brain Sciences,‎ , p. 675-691
  2. Tomasello, Michael, « Language is not an instinct [Review of Steven Pinker, 1994, The Language Instinct] », Child Development,‎ , p. 131-156
  3. Voir Michael Tomasello, Constructing a Language; et The Cultural Origins of Human Cognition (Section Bibliographie)