Déplacement (psychanalyse)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Déplacement.

Le déplacement est un processus qui intervient dans le travail du rêve, que Freud analyse en premier lieu dans L'Interprétation du rêve (1900). Il se manifeste plus généralement dans toutes les formations de l'inconscient.

Le déplacement dans le travail du rêve[modifier | modifier le code]

Freud a spécifiquement mis en évidence le déplacement dans le rêve[1]. Le déplacement tel qu'il l'envisage dans L'Interprétation du rêve renvoie à un phénomène descriptivement frappant, qui peut aboutir à un décentrage de tout l'éclairage du rêve[1]. Le déplacement favorise la condensation[1].

Le déplacement comme mécanisme de défense[modifier | modifier le code]

Le déplacement a une fonction défensive : ce processus est particulièrement présent dans la formation des symptômes hystériques ou obsessionnels[2], ainsi que dans les productions de mots d'esprit[2] et dans le transfert. Le déplacement peut également s'opérer sur un objet phobique. Ce mécanisme permet alors « d'objectiver, de localiser, de circonscrire l'angoisse »[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Déplacement, p. 117-120, in Jean Laplanche et J.-B. Pontalis, Vocabulaire de la psychanalyse, cf. bibliographie.
  2. a et b Elsa Schmid-Kitsikis, « Déplacement », p. 423-424, in Alain de Mijolla (dir.), Dictionnaire international de la psychanalyse, cf. bibliographie.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]