Sous-culture

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (avril 2012).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

image illustrant la sociologie image illustrant l’anthropologie
Cet article est une ébauche concernant la sociologie et l’anthropologie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

En sociologie, en anthropologie et dans les cultural studies, une sous-culture est une culture (revendiquée ou cachée) partagée par un groupe d'individus, se différenciant ainsi des cultures plus larges auxquelles ils appartiennent.

Origine du terme[modifier | modifier le code]

Traduction de l'anglais subculture, le terme sous-culture est, la plupart du temps, utilisé dans le même sens. Néanmoins, cette traduction littérale n'a pas les mêmes connotations en français et en anglais, ce qui « pose un problème de traduction »[1]. En effet, l'utilisation du mot « sous » « affecte à toute forme de culture dite non légitime un préfixe péjoratif »[2]. Cette connotation n'apparaît pas en anglais dans le préfixe latin sub, qui renvoie davantage à un aspect souterrain, ou « underground ».

La définition ci-dessus concerne le terme tel qu'il est utilisé dans les ouvrages de sciences humaines anglophones traduit en français. C'est pourquoi, en sociologie, le mot subculture est souvent conservé en anglais, pour ne pas dénaturer son sens initial. On notera des traductions qui le conserveront à cet effet, afin de ne pas rabaisser en sous-catégorie des cultures généralement en avance sur leur temps et/ou à la marge d'une culture « traditionnelle » impérialiste.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Une sous-culture est un ensemble de valeurs, de représentations et de comportements, propres à un groupe social ou à une entité particulière. Lorsqu'une sous-culture se caractérise par une opposition systématique à la culture dominante, elle peut en plus être qualifiée de contre-culture. Comme le décrit Ken Gelder, les sous-cultures sont sociales, possèdent leurs propres conventions, valeurs et rituels, mais elles peuvent également être immergées ou auto-absorbées ; c'est cette dernière précision qui fait qu'une sous-culture n'est pas forcément une contre-culture.

Ken Gelder identifie six clés de reconnaissance d'une sous-culture :

  1. des relations négatives avec le travail (elles dérangent, parasitent…)
  2. des relations négatives ou ambiguës avec la société de classes (sans forcément comporter une « conscience de classe » ou un désaccord affirmé)
  3. une référence davantage à des territoires, des espaces publics (rue, forêt, club…) qu'à des propriétés
  4. une appartenance des individus en dehors de la famille ou du foyer domestique
  5. une démarcation par des styles excentriques ou exagérés (avec des exceptions, néanmoins)
  6. un refus de la banalité de la vie ordinaire et de la massification (refus d'être une culture de masse)

Dans son livre Subculture, the Meaning of Style[3], paru en 1979, Dick Hebdige fait valoir que les sous-cultures sont des subversions face à la normalité. Elles peuvent être perçues négativement à cause de leur nature critique des standards de la société dominante. En essence, les sous-cultures s'appuient toujours sur les mêmes idées individuelles : la sensation d'être laissé pour compte des standards sociaux et le besoin de se forger une identité propre.

Dès 1950, David Riesman distingue de la majorité, « qui accepte passivement les styles et façons de faire conditionnées par le commerce, les sous-cultures qui recherchent activement un style minoritaire ("a minority style")… et s'accordent avec des valeurs subversives »[4].

Sarah Thornton, avec le concours de Pierre Bourdieu, a décrit le « capital sous-culturel » comme les savoirs culturels et les bases acquises par les membres d'une sous-culture, les sensibilisant à leur statut et les différenciant des membres d'un autre groupe[5].

D'autres sociologues considèrent que la sous-culture n'est pas une culture minoritaire et déviante, mais au contraire la culture dominante et banalisée imposée par les standards du commerce mondial. En ce sens, sous-culture renvoie à la McDonaldisation.[réf. nécessaire]

Exemples[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Glevarec, Macé, Maigret, 2008[Quoi ?].
  2. Op.cit.
  3. « Sous-culture, le sens du style »
  4. Midelton, 1990[Quoi ?].
  5. Thornton, 1995.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Anderson N., The hobo. The sociology of homeless man, University of Chicago Press, Chicago, 1923.

Archer Th., The pauper, the thief and the convict, Groombridge and sons, Londres, 1865.

Arnold D. O., Subcultures, The Glendessary Press, Berkeley, 1970.

Becker H. S., Outsiders. Studies in the sociology of deviance, Free Press, Glencoe, 1963.

Bell D., An introduction to cybercultures, Routledge, Londres, 2001.

Bennett A., Popular music and youth culture. Music, identity and place, Palgrave Macmillan, Basingstoke-New York, 2000.

Bennett A., Kahn-Harris K., After subculture. Critical studies in contemporary youth culture, Palgrave Macmillan, Basingstoke-New York, 2004.

Bennett A., Peterson R. A., Music scenes. Local, translocal and virtual, Vanderbilt University Press, Nashville, 2004.

Berzano L., Genova C., Lifestyles and Subcultures. History and a New Perspective, Routledge, Londres, 2015.

Blackman S., Chilling out. The cultural politics of substance consumption, youth and drug policy, McGraw Hill, Maidenhead-New York, 2004.

Brake M., Comparative youth cultures, Routledge, Londres, 1985.

Brake M., The sociology of youth culture and youth subcultures, Routledge, Londres, 1980.

Cloward R. A., Ohlin L. E., Delinquency and opportunity. A theory of delinquent gangs, Free Press, Glencoe, 1960.

Cohen A., Delinquent boys. The culture of the gang, Free Press, Glencoe, 1955 (trad. it. Ragazzi delinquenti, Feltrinelli, Milan, 1963).

Cohen S., Folk devils and moral panics. The creation of mods and rockers, MacGibbon & Kee, Londres, 1964.

Cohen S., Images of deviance, Penguin books, Harmondsworth, 1971.

Cohen S., Young J., The manifacture of news. Social problems, deviance and the mass media, Constable-Sage, Londres, 1973.

Cressey P. G., The taxi-dance hall. A sociological study in commercialized recreation and city life, University of Chicago Press, Chicago, 1932; Routledge, Londres, 2003.

Cristante S., Di Cerbo A., Spinucci G., La rivolta dello stile. Tendenze e segnali dalle subculture giovanili del Pianeta Terra, Franco Angeli, Milano, 1983.

Downes D., The delinquent solution, Routledge & Kegan Paul, Londres, 1966.

Dürrschmidt J., Everyday lives in the global city, Routledge, Londres, 2000.

Foote Whyte W., Street corner society, University of Chicago Press, Chicago, 1943.

Gelder K., Subcultures. Cultural histories and social practice, Routledge, Londres, 2007.

Gelder K. (a cura di), The subcultures reader, Routledge, Londres, 2005.

Gelder K., Thornton S. (a cura di), The subcultures reader, Routledge, Londres, 1997.

Gray A., Campbell J., Erickson M., Hanson S., Wood H., CCCS Selected working papers, Routledge, Londres, 2007.

Hall S., Culture, media, language. Working papers in cultural studies, 1972-79, Hutchinson, Londres, 1980.

Hall S., Jefferson T., Resistance through rituals. Youth subcultures in post-war Britain, Hutchinson, Londres, 1976.

Hebdige D., Hiding in the light. On images and things, Londres-New York, 1988.

Hebdige D., Subculture. The meaning of style, Methuen, Londres, 1979.

Hetherington K., Expressions of identity. Space, performance, politics, Sage, Londres, 1998

Hodkinson P., Goth. Identity, style and subculture, Berg, Oxford-New York, 2002.

Hodkinson P., Deicke W., Youth cultures. Scenes, subcultures and tribes, Routledge, Londres, 2007.

Hoggart R., The uses of literacy. Aspects of working-class life with special reference to publications and entertainments, Penguin books-Chatto & Windus, Londres, 1957.

Huq R., Beyond subculture. Pop, youth and identity in a postcolonial world, Routledge, Londres, 2006.

Irwin J., Scenes, Sage, Londres, 1977.

Jenkins R., Lads, citizens and ordinary kids. Working-class youth life-styles in Belfast, Routledge & Kegan Paul, Londres, 1983.

Jenks C., Subculture. The fragmentation of the social, Sage, Londres, 2005.

Kahn-Harris K., Extreme metal. Music and culture on the edge, Berg, Oxford, 2006.

Kaplan J., Lööw H., The cultic milieu. Oppositional subcultures in an age of globalization, Altamira Press, New York, 2002.

Lepoutre D., Cœur de banlieue, Codes, rites et langages. Odile Jacob 1997

Malbon B., Clubbing. Dancing, ecstasy and vitality, Routledge, Londres, 1999.

Matza D., Becoming deviant, Englewood Cliffs, New Jersey, 1969.

Matza D., Delinquency and drift, Wiley and sons, New York, 1964.

Mayhew H., London labour and the London poor, Woodfall & Son, Londres, 1851-1862.

McDonald N., The graffiti subculture, Palgrave, Basingstoke, 2001.

McRobbie A., Feminism and girls. An adventure story, Routledge, Londres, 1981.

McRobbie A., Postmodernism and popular culture, Routledge, Londres, 1994.

McRobbie A., Zoot suits and second hand dresses. Anthology of fashion and music, Macmillan, Londres, 1989.

Melly G., Revolt into style. The pop arts in Britain, Penguin, Harmondsworth, 1972.

Mercer B., An introduction to the study of society, Harcourt-Brace, New York, 1958.

Muggleton D., Inside subculture. The postmodern meaning of style, Berg, Oxford-New York, 2000.

Muggleton D., Weinzierl R., The post-subcultures reader, Berg, Oxford-New York, 2003.

Mungham G., Pearson G., Working class youth culture, Routledge & Kegan Paul, Londres, 1976.

Nayak A., Race, place and globalization. Youth cultures in a changing world, Berg, Oxford-New York, 2003.

Polhemus T., Streetstyle. From sidewalk to catwalk, Thames & Hudson, Londres, 1994.

Redhead S. (a cura di), Subculture to clubcultures. An introduction to popular cultural studies, Blackwell, Oxford, 1997.

Redhead S., The clubcultures reader. Reading in popular cultural studies, Blackwell, Oxford, 1997.

Redhead S., The end of the century party. Youth and pop towards 2000, St. Martin’s Press, New York, 1990.

Roszak Th., The making of a counter culture. Reflections on the technocratic society and its youthful opposition, Anchor Books, New York, 1969.

Salisbury H. E., The shook-up generation, Harper, New York, 1958.

Shaw C. R., The jack-roller. A delinquent boy’s own story, University of Chicago Press, Chicago, 1930; 1966.

Shaw C. R., McKay H. D., Delinquency areas, University of Chicago Press, Chicago, 1929.

Shaw C. R., McKay H. D., Juvenile delinquency and urban areas, University of Chicago Press, Chicago, 1942; 1969.

Spergel I. A., Racketville, Slumtown, Haulburg. An exploratory study of delinquent subcultures, University of Chicago Press, Chicago, 1964.

Sutherland E. H., Principles of criminology, Lippincott, Philadelphie, 1934.

Sutherland E. H., Cressey D. R., Principles of criminology, Lippincott, Chicago, 1960.

Thornton S., Club cultures. Music, media and subcultural capital, Wesleyan University Press, Hanover, 1995.

Thrasher F. M., The gang. A study of 1313 gangs in Chicago, University of Chicago Press, Chicago, 1927; 1963.

Weeb P., Exploring the networked worlds of popular music. Milieu cultures, Routledge, Londres, 2008.

Widdicombe S., Wooffitt R., The language of youth subcultures. Social identity in action, Harvester Wheatsheaf, New York, 1995.

Williams R., Culture and society. 1780-1950, Chatto & Windus, Londres, 1958.

Williams R., The long revolution, Columbia University Press, New York, 1961.

Willis P., Common culture. Symbolic work at play in the everyday cultures of the young, Open University Press, Milton Keynes, 1990.

Willis P., Learning to labour. How working class kids get working class jobs, Gower, Aldershot, 1977.

Willis P., Profane culture, Routledge & Kegan Paul, Londres, 1978.

Wirth L., The ghetto, University of Chicago Press, Chicago, 1928.

Zorbaugh H. W., The gold coast and the slum, University of Chicago Press, Chicago, 1929; 1983.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]