Interaction (sciences sociales)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Interaction sociale)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Interaction.


En sciences sociales une interaction sociale fait référence à toutes les actions réciproques entre deux ou plusieurs individus au cours desquelles des informations sont partagées; l'acheteur, par exemple, discutera avec le vendeur et ils interagiront dans un contexte préalable et connu des deux protagonistes : l'échange marchand[1].

L'interaction est dite sociale car non seulement elle produira du sens, mais aussi parce qu'elle s'incrit dans un contexte qui influence les actions de chacun.

Définition sociologique[modifier | modifier le code]

Pour la sociologie, une interaction sociale représente un échange élémentaire, de courte durée. Une relation est une suite d'interactions entre les mêmes personnes au cours du temps[1].

L'interaction sociale est à la fois vu comme une unité d'action, mais aussi comme un processus au cours duquel des histoires et du sens sont produits. En plus d'être productrices de sens, les interactions s'influencent mutuellement et tendent à restraindre la possibilité de chacun d'agir librement : "Comme au jeu d'échecs, toute action accomplie dans une relative indépendance représente un coup sur l'échiquier social, qui déclenche infailliblement un contre-coup d'un autre individu (sur l'échiquier social, il s'agit en réalité de beaucoup de contrecoups exécutés par beaucoup d'individus) limitant la liberté d'action du premier joueur"[2]

Définition psychologique[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (indiquez la date de pose grâce au paramètre date)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Il est possible de définir l'interaction sociale chez les hommes comme une « relation interhumaine par laquelle une intervention verbale ou une attitude, une expression significative ou une action provoquent une action en réponse, qui retentit sur l'initiateur (échanges). »[3]. Celle-ci est fondamentale pour les individus et favorise les processus de neurogenèse[4].

Le terme d'interaction est souvent utilisé comme une contraction d'interaction sociale. Selon Edmond Marc et Dominique Picard (Vocabulaire de la psychosociologie, Erès, 2006)il ne fait pas l'objet d'une définition unique "mais présente au contraire une certaine dispersion sémantique": il désigne tantôt un processus, tantôt un objet, tantôt un point de vue (notamment dans la perspective interactionniste) pour appréhender des phénomènes relationnels. Selon les auteurs, l'interaction reste l'objet privilégié de la psychosociologie et de la psychologie sociale.

Les interactions sont verbales ou non verbales (gestes, regard, attitudes...).

Les interactions peuvent être :

Les interactions ont à leur base des actions, qui peuvent être intrapersonnelles ou interpersonnelles[5].

Les actions intrapersonnelles peuvent être:

  • actions directes (décision cognitive suivie par des actions pragmatiques: "J'ai décidé que c'est mieux pour moi de quitter mon petit ami, et je lui ai dit ça", ou une décision affective suivie d'une action expressive: «J'aime ma copine et j'ai toujours lui montré ça") ;
  • actions croisées (décision cognitive suivie d'une action expressive: «Aujourd'hui, j'ai décidé que c'est mieux pour moi de rompre avec ma copine, mais demain, je crois que je vais aller me présenter devant sa porte pour lui dire que je l'aime", ou une décision affective suivie par une action pragmatique: «J'ai adoré mon copain et j'ai toujours voulu être avec lui, mais finalement je l'ai laissé aller, parce que c'était mieux pour nous deux»).

Les actions interpersonnelles peuvent également être:

  • directes (réaction cognitive à l'action pragmatique d'une autre personne: «Ma copine veut se réconcilier avec moi, et je suis d'accord, parce que c'est mieux pour nous deux», ou une réaction affective à l'action expressive de l'autre: «Mon petit ami montre ses sentiments pour moi, et je réponds de la même manière ");
  • traversées (réaction affective à l'action pragmatique de l'autre: «Mon partenaire veut m'acheter une maison, et donc je suppose qu'il / elle m'aime», ou des réactions cognitives à une action expressive d'une autre personne: «Il dit qu'il / elle m'aime, et je me demande pourquoi est ce qu'il / elle me dit ça? ").

La vigueur et la valeur d'un groupe se mesure au nombre et mais aussi à la qualité des interactions et à leur harmonieuse répartition. La qualité de ces interactions est différente selon la maturité d'un groupe.

L'interaction comme signification vécue[modifier | modifier le code]

La signification d'une interaction ne lui est pas inhérente, elle traduit l'interprétation de l'individu et engage son comportement. Par exemple, le « behaviorisme » analyse nos actions sociales en termes de stimulus/réponse.

Le langage est un instrument essentiel de la mise en signification du monde. Le monde est le produit de la permanente activité des individus.

On distingue une interaction focalisée d'une interaction non-focalisée.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Christian Chevandier, dir., Travailler ensemble ? Des disciplines aux sciences sociales, Mont-Saint-Aignan, Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2014.
  • Edmond Marc et Dominique Picard, "Interaction", Vocabulaire de la psychosociologie, Erès, 2006.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b Alain Degenne, « Types d’interactions, formes de confiance et relations », sur REDES- Revista hispana para el análisis de redes sociales http://revista-redes.rediris.es, (consulté le 10 janvier 2017)
  2. Norbert Élias in La Société de cour, p. 152-153.
  3. Alex Mucchielli, Rôles et communications dans les organisations : connaissance du problème, applications pratiques, Paris, Esf Editeur, , 125 p., p. 81
  4. (en) Draganski et al. "Temporal and Spatial Dynamics of Brain Structure Changes during Extensive Learning", The Journal of Neuroscience, June 7, 2006, 26(23):6314-6317
  5. (en) Tapu, Codrin S. (2001) Hypostatic Personality: Psychopathology of Doing and Being Made. Premier

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]