Accord (grammaire)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Accord.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (septembre 2008).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

En grammaire, on entend par accord la transmission des caractéristiques morphologiques flexionnelles d'un mot à un autre.

Généralités[modifier | modifier le code]

Il y a accord lorsqu'un mot variable (appelé le receveur d'accord) reçoit d'un autre mot (appelé le donneur d'accord) des marques morphologiques comme celles de genre, de nombre ou de personne.

Une petite fille. Des enfants sages. Le soleil brille. Nous sommes fatiguées.
Les mots « fille », « enfants », « soleil » et « nous » sont donneurs d'accord pour les autres mots.

Le donneur d'accord[modifier | modifier le code]

Le donneur d'accord est généralement un nom ou un pronom.

  • Lorsqu'il s'agit d'un syntagme ne possédant aucune des trois marques, l'accord se fait au masculin, au singulier et à la troisième personne :
Traverser une voie ferrée aussi fréquentée est toujours dangereux.
Le syntagme « Traverser une voie ferrée aussi fréquentée » est donneur neutre ; le verbe « est » est un receveur à la troisième personne du singulier. L'adjectif « dangereux » est un receveur masculin singulier ; l'adverbe « toujours », invariable, n'est ni donneur, ni receveur.
  • Un donneur peut ne pas porter explicitement les marques flexionnelles ; il transmet néanmoins celles-ci au receveur :
Toi qui pars en voyage, n'oublie pas ton passeport.
Le pronom « toi » est donneur de la deuxième personne du singulier. Le pronom relatif « qui » est le receveur, non marqué. À son tour, ce pronom relatif devient donneur vis-à-vis du verbe « pars », dont il est le sujet. Ce verbe reçoit donc la marque de la deuxième personne du singulier (terminaison : -s).

Le receveur d'accord[modifier | modifier le code]

Le receveur d'accord peut être :

Règles d'accord des verbes[modifier | modifier le code]

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour voir d'autres.
Cet article ou cette section adopte un point de vue régional ou culturel particulier et doit être internationalisé(e). (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Merci de l'améliorer ou d'en discuter sur sa page de discussion ! Vous pouvez préciser les section à internationaliser en utilisant {{section à internationaliser}}.

Avec des noms collectifs[modifier | modifier le code]

Les noms tels que foule, multitude, infinité, troupe, bataillon, compagnie, masse, majorité, etc. et les approximatifs tels que dizaine, douzaine, vingtaine, centaine, etc. sont au singulier, mais désignent une multitude d'entités.

  • Lorsqu'ils sont utilisés seuls, l'accord est au singulier :
La foule en liesse est unanime.
  • Lorsqu'ils sont déterminés par un nom au pluriel, le verbe peut être accordé indifféremment au singulier ou au pluriel[citation nécessaire] :
Une foule d'émeutiers a pris (ont pris) le contrôle du bâtiment.

On appelle cela la syllepse de nombre.

Avec des titres d'œuvres[modifier | modifier le code]

Les titres d'œuvres comportant un nom au pluriel sont fréquents, mais leur accord n'est pas évident, car dépendant de certaines variables :

Les « Pensées » de Pascal sont agréables à lire.
« Les Enfants du Paradis » est un bon film.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Collectif, L'Accord, revue Faits de langues n°8, Paris, septembre 1996 [lire en ligne]