Hominini

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ne doit pas être confondu avec Homininae ou Hominina.
Hominini
Description de cette image, également commentée ci-après
Un Homme avec un Chimpanzé, deux des espèces vivantes de cette tribu
Classification
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Classe Mammalia
Ordre Primates
Infra-ordre Simiiformes
Micro-ordre Catarrhini
Super-famille Hominoidea
Famille Hominidae
Sous-famille Homininae

Tribu

Hominini
Delson & Andrews, 1975

Sous-tribus de rang inférieur

Hominini est une tribu de primates simiiformes de la famille des Hominidés, constituée de la sous-tribu des Hominines (incluant les genres Homo, Australopithèque, Paranthrope, et quelques autres), et de la sous-tribu des Panines (incluant les Chimpanzés et Bonobos)[1].

Classification phylogénétique[modifier | modifier le code]

Les Chimpanzés et les Bonobos sont génétiquement plus proches des Homo sapiens que des Gorilles, malgré les apparences de leur morphologie, et sont donc regroupés avec les humains dans la tribu des Hominini.

Hominoidea-6-fr.svg

La tribu des Hominini s'est différenciée de celle des Gorillini (tribu des gorilles) il y a plus de 10 millions d'années, et la sous-tribu des Hominina de celle des Panina (sous-tribu des chimpanzés) il y a plus de 7 millions d'années.

Phylogénie des genres actuels d'hominidés, d'après Shoshani et al. (1996)[2] et Springer et al. (2012)[3]:

Hominidae 
 Ponginae 

Pongo (les Orang-outans)


 Homininae 
Gorillini 

Gorilla (les Gorilles)


 Hominini 
 Panina 

Pan (les Chimpanzés)


 Hominina 

Homo (les Hommes incluant l'Homme moderne)





Liste des espèces[modifier | modifier le code]

Jusqu'à la fin du XXe siècle, l'arbre phylogénétique de la lignée humaine était présenté avec deux branches, l’une portant Homo sapiens (présenté via l'image iconique mais erronée de la Marche du Progrès) et l’autre une espèce préhumaine aujourd’hui éteinte. L'avènement de la paléogénétique et l’enrichissement du registre fossile ont remis en cause ce schéma[4]. Les médias et les manuels scolaires actuels prennent désormais soin de présenter l'arbre phylogénétique buissonnant, « même s'ils continuent de négliger la dimension épistémique[5] de ces connaissances, au risque de revêtir un aspect dogmatique de très mauvais aloi[6] ».

Détail des principaux genres[modifier | modifier le code]

Une représentation spatio-temporelle de la répartition des premiers humains

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) J. Shoshani, C. P. Groves, E. L. Simons et G. F. Gunnell, « Primate phylogeny: morphological vs. molecular results », Mol Phyl. Evol., vol. 5, no 1,‎ , p. 102-54 (lire en ligne)
  2. (en) J. Shoshani, C. P. Groves, E. L. Simons et G. F. Gunnell, « Primate phylogeny: morphological vs. molecular results », Molecular Phylogenetics and Evolution, vol. 5, no 1,‎ , p. 102-54 (PMID 8673281, lire en ligne)
  3. (en) Mark S. Springer, Robert W. Meredith, John Gatesy, Christopher A. Emerling, Jong Park, Daniel L. Rabosky, Tanja Stadler, Cynthia Steiner, Oliver A. Ryder, Jan E. Janečka, Colleen A. Fisher et William J. Murphy, « Macroevolutionary Dynamics and Historical Biogeography of Primate Diversification Inferred from a Species Supermatrix », PLoS ONE, vol. 7, no 11,‎ , e49521 (ISSN 1932-6203, PMID 23166696, PMCID 3500307, DOI 10.1371/journal.pone.0049521, lire en ligne)
  4. Bernard Wood, « Le buissonnant rameau humain », Pour la Science, no 445,‎ , p. 35.
  5. La vigilance épistémique rappelle que ce modèle buissonnant est provisoire (« en l'état actuel des connaissances ») tant qu’il n’est pas réfuté. D'après (en) Dan Sperber et al, « Epistemic vigilance », Mind and Language, vol. 25, no 4,‎ , p. 359-393.
  6. Thomas Durand, L'ironie de l'évolution, Le Seuil, , p. 31.
  7. J. Fuss; N. Spassov; DR Begun ; M Böhme, Potential hominin affinities of Graecopithecus from the Late Miocene of Europe, PLoS ONE. 12 (5), (présentation en ligne)
  8. Pascal Picq, La plus belle histoire du langage, Paris, Seuil, , 184 p. (ISBN 9782020406673), p. 60

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]