Bernard Golse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bernard Golse
Biographie
Naissance Voir et modifier les données sur Wikidata (67 ans)
Pays de nationalité FranceVoir et modifier les données sur Wikidata
Thématique
Formation Hôpital Necker-Enfants maladesVoir et modifier les données sur Wikidata
Profession Pédopsychiatre (d), psychanalyste, professeur d'université (d) et essayiste (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Employeur Hôpital Necker-Enfants malades et université Paris-DescartesVoir et modifier les données sur Wikidata

Bernard Golse est pédopsychiatre, professeur des universités – praticien hospitalier de psychiatrie de l'enfant et de l'adolescent à l'université Paris Descartes, chef du service de pédopsychiatrie de l'hôpital Necker-Enfants malades, psychanalyste et essayiste.

Biographie[modifier | modifier le code]

Bernard Golse est docteur en médecine de la faculté de médecine Paris-Descartes - Necker-Enfants malades (1979)[1] et docteur en biologie humaine de l'université Paris-Diderot (1981)[2]. Il est d'abord médecin-chef de l'hôpital de jour à l'Institut de puériculture de Paris (1983-1993)[3] puis devient chef de service de psychiatrie infantile à l'hôpital Necker-Enfants malades (Paris)[4], et professeur de psychiatrie de l'enfant et de l'adolescent à l'université Paris Descartes[3]. Il est membre du Laboratoire de psychologie clinique et psychopathologie psychanalyse (PCPP - EA 4056) de cette université[5].

Spécialiste du développement précoce et des niveaux archaïques du fonctionnement psychique, il s'est particulièrement intéressé au développement des processus de sémiotisation et de symbolisation chez l'enfant[3]. Il a travaillé avec Serge Lebovici sur la psychiatrie du nourrisson et la psychanalyse de l'enfance[6].

Il est psychanalyste, membre de l'Association psychanalytique de France[7],[8].

Responsabilités institutionnelles et associatives[modifier | modifier le code]

Il est membre du Conseil supérieur de l'adoption et membre exécutif de l'Association internationale de psychiatrie de l'enfant et de l'adolescent et des professions affiliées (IAcapap)[3].

Depuis 2013, Bernard Golse est président de l'association Cerep-Phymentin[9], organisme engagé dans la psychiatrie auprès d'enfants, d'adolescents et de familles et bénéficiant d'une reconnaissance d'utilité publique.

Il est membre fondateur en 1984 de l'association « Pikler Loczy France », dont il est président[10] et président de l'Association pour la formation à la psychothérapie psychanalytique de l’enfant et de l’adolescent (AFPPEA)[11]. Il est membre fondateur de l'Association européenne de psychopathologie de l'enfant et de l'adolescent (Aepea)[12].

Il dirige le site d'information sur la pédopsychiatrie « Psynem »[13]

Activité éditoriale[modifier | modifier le code]

Il est membre du comité de rédaction de la revue La Psychiatrie de l'enfant[14] et du comité scientifique et rédactionnel de la revue Carnet Psy[15]. Il est également membre du comité de l’Encyclopédie médico-chirurgicale et membre du comité de lecture de la revue Adolescence[16]. Il est également codirecteur de la collection « Le fil rouge » des Presses universitaires de France, avec Gilbert Diatkine, Philippe Jeammet et Serge Lebovici[17].

Il a fait partie, avec Sophie de Mijolla-Mellor et Roger Perron, du comité éditorial du Dictionnaire international de la psychanalyse, dirigé par Alain de Mijolla[18] et il est l'auteur de nombreuses entrées de ce dictionnaire.

Orientation des recherches et prises de positions[modifier | modifier le code]

Son approche psychanalytique quant aux problématiques relevant de l'autisme est fondée sur une clinique en milieu institutionnel qui prend également en compte les neurosciences[19]. Il insiste sur la nécessité d’un dépistage précoce et prône une prise en charge multidimensionnelle des enfants, dans un esprit de complémentarité des disciplines et de collaboration entre professionnels et parents, afin que ces derniers sachent profiter des principales pratiques à leur disposition[20]. L'analyse qu'il fait dans le Journal international de Médecine, de la prise en charge de l'autisme en France, est critiquée dans l'éditorial suivant de la revue par Franck Ramus[21].

Bernard Golse a été invité avec Francis Perrin et le président de l'association Vaincre l'autisme M'hammed Sajidi, à la télévision sur LCI le 12 octobre 2005, à l'occasion d'une émission intitulée « L'autisme maltraité »[22].

En 2009, il soutient que « les psychothérapies psychanalytiques ont encore une place importante à tenir, moins pour éclairer sur la cause intime de l’autisme, que pour nous aider à mieux comprendre le monde interne de ces enfants dont les souffrances sont immenses »[23]. En 2010, il déplore dans la presse l'intervention de l'État français en faveur de la notion de trouble envahissant du développement et de spectre de l'autisme, et de la méthode ABA[24], ce qui fait réagir Brigitte Axelrad, de l'AFIS, qui souligne ses positions pro-psychanalyse[25].Le , pendant Le Magazine de la santé sur France 5, il s'oppose aux conclusions de la Haute autorité de santé sur les méthodes de prise en charge de l'autisme, et soutient que la méthode ABA n'est pas validée scientifiquement[26],[27]. En 2016, il s'oppose à une proposition de loi de Daniel Fasquelle, qu'il qualifie d'« adversaire fanatique de la psychanalyse »[28],[29].

Résidence alternée[modifier | modifier le code]

Article connexe : Résidence alternée.

Dans le cadre des décisions de justice familiale relatives aux séparations parentales, Bernard Golse déconseille la résidence alternée pour les jeunes enfants. Il se base, entre autres, sur les travaux psychanalytiques de Geneviève Haag, et en conclut qu'« à la lumière de ces travaux, il semble bien aujourd’hui que le dispositif de la résidence alternée soit tout à fait à proscrire avant l’âge de 3 ans, environ. En effet, c’est pendant les deux ou trois premières années de la vie que s’élaborent les schémas d’attachement »[30]. Il s'est beaucoup exprimé dans la presse généraliste à ce sujet, entre autres dans Le Monde[31], Le Point[32], L'Humanité[33], et AJ Famille[34]. D'après RTL, il a déclaré à l'AFP que « la résidence alternée est aussi néfaste aux enfants de plus de six ans, en cas de conflit »[35].

Il a lancé avec d'autres pédopsychiatres une pétition d'opposition à la résidence alternée lorsqu'il existe une conflictualité entre les parents séparés, et ce quel que soit l'âge de l'enfant[36].

Par ailleurs, il déclare dans Le Monde que le syndrome d'aliénation parentale, souvent invoqué pour justifier les résidences alternées, est un « pur fantasme d'une nosographie psychiatrique prétendument moderne qui ne repose sur aucune base scientifique »[31]. Il attaque à travers cette interview « certains lobbies de parents haineux ou esseulés et dont la garde de l'enfant n'est plus que la dernière arme envers leur ancien conjoint [...] »[31]. Quelques jours après cette déclaration, Richard Walter, délégué de l'association SOS Papa pour le Loiret, répond à Bernard Golse[37].

Polémiques[modifier | modifier le code]

Bernard Golse s'est opposé plusieurs fois à M'hammed Sajidi, président de l'association Vaincre l'autisme, notamment vis-à-vis de la place de la psychanalyse dans l'autisme, et de l'utilisation de la classification française des troubles mentaux de l'enfant et de l'adolescent[38]. Cela a donné lieu à la diffusion d'un document intitulé « Dénonciation des actes du Professeur Golse » par cette association, auquel Bernard Golse a répondu par un « Avertissement aux visiteurs du site Psynem », daté du 9 septembre 2011[39].

Il a également critiqué Josef Schovanec pour son emploi de la formulation « personne avec autisme », en répondant « les enfants que j'ai rencontrés ne sont pas des enfants habituels plus un autisme, ils ont une pathologie autistique qui les empêche d'être une personne, qui les empêche d'être un sujet »[40]. L'écrivain et militant autiste Hugo Horiot remet en cause l'approche thérapeutique de Bernard Golse, citant entre autres cette déclaration de Golse comme étant une insulte à la communauté autiste[41]. Ce dernier l'a d'après lui accusé de « diffamation »[42].

Il est l'un des psychanalystes interviewés au sujet de l'autisme dans le film documentaire de Sophie Robert, Le Mur, sorti en 2012. Il témoigne que ses propos ont été tronqués au montage[43], mais n'a pas porté plainte contre la diffusion du film, contrairement à certains de ses collègues[44]. Dans l'éditorial du Carnet Psy de janvier 2012, il écrit que Le Mur a un « caractère parfaitement ignoble et malhonnête », et que la réalisatrice « nous impose seulement la dictature de son opinion »[45].

Favorable à la pratique du packing (ou enveloppements humides), il a soutenu Pierre Delion pendant la controverse qui l'a opposé à l'association Vaincre l'autisme[46], et a signé une pétition demandant la suppression d'une circulaire demandant l'interdiction de cette pratique[47]. Le packing est condamné par l’ONU (qui l’assimile à de la maltraitance sur enfants)[48] et par un consensus scientifique international (qui a statué sur son absence d'efficacité et le juge non-éthique)[49].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Soigner, éduquer l'enfant autiste ?, avec Philippe Jean Parquet & Claude Bursztejn, Paris, Masson, 1990, coll. « Médecine et psychothérapie ».
  • Insister-Exister. De l'être à la personne, Paris, Puf, 1990.
  • Avec Claude Bursztejn, Penser, parler, représenter. Émergences chez l'enfant, Paris, Masson, 1990, collection «Médecine et psychothérapie».
  • Le développement intellectuel et affectif de l'enfant, Paris, Masson, 1992.
  • Dire : entre corps et langage. Autour de la clinique de l'enfance), avec Claude Bursztejn, Paris, Masson, coll. «Médecine et psychothérapie», 1993.
  • (coll.) Naissance et développement de la vie psychique, Toulouse, Éditions Erès, coll. « 1001BB » no 003 1997
  • Bébés agressifs, bébés agressés, avec Pierre Delion, Toulouse, Erès, coll. « 1001BB » no 056, 1998 (ISBN 978-2-7492-0971-5)
  • Du corps à la pensée, Paris, PUF, 1999 (ISBN 2-13-051953-9)
  • (coll.) Bébés en réanimation, naître et renaître", Paris, Odile Jacob, 2001 (ISBN 9782738109286)
  • Avec Jean-Louis Le Run, Les premiers pas vers l'autre, Toulouse, Erès, 1001BB no 060, 2003 (ISBN 978-2-7492-0926-5)
  • La grossesse, l'enfant virtuel et la parentalité, avec Sylvain Missonnier et Michel Soulé, Paris, Puf, 2004 (ISBN 2-13-054531-9)
  • Psychopathologie du bébé, avec Christelle Bénony & Jean-Louis Pedinielli, Paris, Armand Colin, 2005 (ISBN 2-200-34142-3)
  • (codir.) Autisme : état des lieux et horizons, avec Pierre Delion, Toulouse, Erès, coll. « Le Carnet psy », 2005 (ISBN 2-7492-0507-7)
  • Récit, attachement et psychanalyse. Pour une clinique de la narrativité, avec Sylvain Missonnier, Toulouse, Erès, 2005 (ISBN 2-7492-0393-7)
  • (coll.) Alain de Mijolla (dir.), Dictionnaire international de la psychanalyse, deux volumes, Paris, Hachette, 2005 (ISBN 2-01-279145-X)
  • L'être-bébé : la question du bébé à la théorie de l'attachement, à la psychanalyse, et à la phénoménologie, Paris, Puf, 2006 (ISBN 978-2-13-055296-3)
  • L'École à 2 ans, est-ce bon pour l'enfant ?, avec Claire Brisset, Paris, Odile Jacob, 2006 (ISBN 2738118224)
  • Les enfants d'aujourd'hui : quoi de neuf chez les 0-7 ans ?, avec Boris Cyrulnik et Myriam Szeyer, Paris, Bayard, 2007 (ISBN 9782227477100)
  • La Psychiatrie du bébé, avec Luiz Alavarez, Paris, Puf, coll. « Que sais-je », 2008 (ISBN 9782130567202)
  • Qu'avons-nous fait du mandat transgénérationnel de Serge Lebovici ?, avec Nathalie Presme, Toulouse, Erès, 1001BB no 096, 2008 (ISBN 978-2-7492-0967-8)
  • Vers une neuropsychanalyse ?, avec Daniel Widlöcher, Lisa Ouss-Ryngaert et Nicolas Georgieff, Paris, Odile Jacob, 2009, (ISBN 978-2-7381-2254-4)
  • Les destins du développement chez l’enfant, Toulouse, Erès, coll. « La vie de l'enfant », 2010 (ISBN 2749212316)
  • (coll.) Dépression du bébé, dépression de l'adolescent, Toulouse, Erès, 2012 (ISBN 978-2-7492-1199-2)
  • La maltraitance infantile, par delà la bienpensée, Yapaka, Bruxelles, coll. « Temps d'arrêt », 2013, 34 p. (accessible en ligne)
  • Mon combat pour les enfants autistes, Paris, Odile Jacob, 2013 (ISBN 9782738128782)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Thèse de doctorat soutenue à l'université Paris-Descartes - Necker-Enfants malades, 1979. No 55. Source Sudoc.
  2. Notice du Sudoc, Contribution à une approche biologique des psychoses : étude du système HLA et de quelques mécanismes cellulaires de protection envers les radicaux oxydants,
  3. a, b, c et d « Bernard Golse : La psychiatrie », sur Lemonde.fr, (consulté le 3 avril 2013)
  4. Marie Huret, « Les nouveaux Dolto : Bernard Golse, chef du service de pédopsychiatrie à l'hôpital Necker, à Paris », L'Express,‎ (lire en ligne)
  5. Site du Laboratoire de recherche PCPP, page consultée en ligne le 23.01.16.
  6. Bernard Golse « Réflexions sur l'œuvre de Serge Lebovici », La psychiatrie de l'enfant, 1/2001 (Vol. 44), p. 5-25, DOI:10.3917/psye.441.0005
  7. cf. Liste des membres de l'APF, consultée en ligne le 7 octobre 2014
  8. « L'au revoir de Bernard Golse », Contraste, no 34-35,‎ , p. 11–14 (ISSN 1254-7689, lire en ligne)
  9. « Le Conseil d'Administration mis à jour en 2014 », sur cerep-phymentin.org (consulté le 12 décembre 2014)
  10. Organigramme de l'association Pikler-Loczy France, page consultée en ligne le 23.01.16.
  11. Présentation de l'AFPPEA, page consultée en ligne le 23.01.16.
  12. Présentation de l'AEPEA, page consultée en ligne le 23.01.16.
  13. Organigramme de Psynem, page consultée en ligne le 23.01.16.
  14. Comité de rédaction de la Revue Psychiatrie de l'enfant
  15. Comité scientifique et rédactionnel de Carnet Psy, consulté en ligne le 7 octobre 2014.
  16. Comité de lecture de la revue Adolescence, consulté en ligne le 7 octobre 2014.
  17. Co-directeur de la collection Le Fil rouge (PUF)
  18. Alain de Mijolla (dir.), Dictionnaire international de la psychanalyse 1. A/L. et 2. M/Z, Calmann-Lévy, 2002, (ISBN 2-7021-2530-1).
  19. Bernard Golse, « L'autisme infantile entre neurosciences et psychanalyse », Enfances & Psy, ERES, vol. 46, no 1,‎ , p. 30-42. (ISBN 9782749212043, ISSN 1286-5559, DOI 10.3917/ep.046.0030, résumé, lire en ligne)
  20. René Frydman, « L'autisme », sur franceculture, (consulté le 11 juillet 2013)
  21. Franck Ramus, « Texte de l'éditorial de Franck Ramus dans le Journal International de Médecine en réponse à l'éditorial de Bernard Golse dans le même journal », Blog de l'auteur, .
  22. « Autisme: réponse au Pr. Golse », Think & Do,‎ (lire en ligne)
  23. Bernard Golse, « Comme si l'autisme était contagieux », Libération,‎ (lire en ligne).
  24. Bernard Golse, « Autisme, et si l’Etat se mêlait de ses affaires ? », Libération,‎ (lire en ligne).
  25. « Le « packing » confirmé malgré l’absence d’intérêt thérapeutique prouvé ! - Afis - Association française pour l'information scientifique », sur www.pseudo-sciences.org (consulté le 23 mai 2017).
  26. Autisme2012, « AUTISME : la Psychanalyse mise au ban ("Le magazine de la Santé" sur France 5 le 14/02/2012) », (consulté le 23 mai 2017).
  27. « France 5 : « Autisme – La Psychanalyse mise au ban » – Analyse des propos de Bernard Golse », Collectif Le Mur.
  28. Violaine de Montclos, « Autisme : le député Daniel Fasquelle en guerre contre les psys », Le Point,‎ (lire en ligne).
  29. Bernard Golse, « Lettre ouverte de la CIPPA destinée aux députés », Club de Mediapart,‎ (lire en ligne).
  30. Bernard Golse, « Libres propos sur la résidence alternée », Spirale, no 49,‎ 0000-00-00, p. 19–24 (ISSN 1278-4699, lire en ligne)
  31. a, b et c Bernard Golse, « A qui profite la résidence alternée ? », Le Monde,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  32. Laurence Neuer, « Résidence alternée : ce qu'en dit un pédopsychiatre », Le Point,‎ (lire en ligne)
  33. Dany Stive, « Faut-il imposer la résidence alternée ? », L'Humanité,‎ (lire en ligne)
  34. Bernard Golse, « Résidence alternée - point de vue d'un pédopsychiatre », AJ Famille,‎ , p. 44-45 (lire en ligne).
  35. « La garde alternée, "aberration" pour les jeunes enfants, selon des milliers d'experts », RTL,‎ (lire en ligne).
  36. « Pétition Danger législatif: la résidence alternée imposée à tout âge », sur petitionpublique.fr (consulté le 7 août 2017).
  37. « Favorisons la résidence alternée dans l'intérêt de l'enfant », Le Monde,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  38. (en) « Autisme : la psychanalyse en question », Politis.fr,‎ (lire en ligne).
  39. « REPONSE DU PR GOLSE DANS UN « AVERTISSEMENT » », sur www.vaincrelautisme.org (consulté le 23 mai 2017)
  40. Faculté de médecine Paris Descartes, « Faculté de médecine Paris Descartes - Que dire de l'autisme? », (consulté le 24 mai 2017).
  41. Hugo Horiot, « Mon droit de réponse au Professeur Bernard Golse », Médiapart, .
  42. Hugo Horiot, « Quand le lobbyiste Bernard Golse m’accuse de diffamation », Club de Mediapart,‎ (lire en ligne)
  43. « Le mur témoignages : rectificatifs », Psynem.
  44. « Des psychanalystes veulent faire interdire un documentaire sur l’autisme », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne).
  45. Bernard Golse, « Le Mur et les mains sales », Le Carnet PSY, no 159,‎ , p. 1–1 (ISSN 1260-5921, lire en ligne).
  46. Bernard Golse, « A propos du packing », Le Carnet PSY, no 136,‎ 0000-00-00, p. 22–22 (ISSN 1260-5921, lire en ligne).
  47. [lire en ligne] Michel Balat, 11 mai 2016 sur le blog www.balat.fr
  48. « La France épinglée par l'ONU: les enfants autistes sont maltraités », L'Express, .
  49. (en) David Amaral, « Against Le Packing: A Consensus Statement », Journal of the American Academy of Child & Adolescent Psychiatry, no 50(2),‎ (lire en ligne).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]