Charles Melman

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Charles Melman
Biographie
Naissance
Nationalité
Activités

Charles Melman, né en 1931, est un psychiatre et psychanalyste français, d'orientation lacanienne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est psychiatre[1] et cofondateur en 1982 de l'Association freudienne internationale, devenue Association lacanienne internationale en 1987. Élève et analysant de Jacques Lacan, il tente de prolonger l’enseignement de celui-ci, notamment à travers ses séminaires[2].

Comité Freud[modifier | modifier le code]

Il est à l'origine de la création du Comité Freud, qui milite pour l'inscription par l'UNESCO des manuscrits de Sigmund Freud au patrimoine de l'humanité[3].

Prises de position concernant l'autisme[modifier | modifier le code]

Article connexe : Autisme en France.

Charles Melman s'oppose au Troisième plan autisme qui exclut la psychanalyse des approches consensuelles de prise en charge[4],[5]. Il défend une conception de l'autisme comme trouble dont la causalité est essentiellement psychique et liée à l'organisation subjective de l'individu, en opposition à la vision scientifique de l'autisme comme résultant surtout de particularités génétiques[6].

Il prend position pour une approche psychanalytique de l'autisme, exclue des recommandations de la Haute autorité de santé en France depuis 2012. Il affirme ainsi qu'« il n'y a pas de causes génétiques » à l'autisme lors d'une interview donnée au Télégramme en 2014[4], et que[4] :

« Le bébé autiste a souffert d'une chose très simple. Sa maman, qui peut être fort aimante au demeurant, n'a pas pu transmettre le sentiment du cadeau qu'il était pour elle et qui dès lors lui donnait sa place dans le discours qu'elle lui adressait, voire qu'elle lui chantait. Car la prosodie du discours maternel joue un rôle dans le développement de l'autisme. Si cette naissance se fait par exemple sous le signe d'un deuil (du père par exemple), elle ne pourra pas transmettre le bonheur de l'événement. »

Il y compare également les enfants autistes à des golems[4], des « organismes déshabités »[5] et des ordinateurs vides laissés à eux-mêmes. Ces propos ont été jugés insultants et condamnés par de nombreuses associations de parents d'enfants autistes[7],[8], de même que par le député Daniel Fasquelle, lors d'une séance publique à l'Assemblée nationale le 8 décembre 2016[9].

Publications[modifier | modifier le code]

  • L'Homme sans gravité. Jouir à tout prix : entretiens avec Jean-Pierre Lebrun, Denoël,2002, (ISBN 2-207-25406-2)
  • Problèmes posés à la psychanalyse: le séminaire, Erès, 2009, (ISBN 2-74-92110-85)
  • DVD: Charles Melman, Un psychanalyste dans la ville, un film de Sylvie Blum: entretiens filmés de 2005 (INA Éditions, 2014).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Collège de psychiatrie », (consulté le 25 novembre 2017).
  2. « L'ALI », sur Freud Lacan (consulté le 25 novembre 2017).
  3. « Comité Freud », sur Comité Freud (consulté le 25 novembre 2017).
  4. a b c et d Hubert Coudurier, « Autisme. « Un plan catastrophique » », .
  5. a et b Charles Melman, « Synthèse de Charles Melman en contribution à la « réplique » de l'ALI dans le recours engagé auprès du Conseil d'État », (consulté le 27 juillet 2016).
  6. À ce titre, voir sa prise de position sur le site de l'Association Lacanienne Internationale : « À propos des débats sur l'autisme et de la position de notre association », Association Lacanienne Internationale (consulté le 27 juillet 2016).
  7. Jean Vinçot, « Lettre au Télégramme sur les déclarations de C. Melman - autisme | Le Club de Mediapart », Mediapart, (consulté le 27 juillet 2016).
  8. « Autisme. Des parents contre des psychanalystes », sur Ouest-France, (consulté le 28 juillet 2016).
  9. « Séance publique / Jeudi 8 décembre 2016 », Assemblée nationale.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]