François Perrier (psychanalyste)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Perrier.
François Perrier
Biographie
Naissance Voir et modifier les données sur Wikidata
à ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Décès Voir et modifier les données sur Wikidata (à 68 ans)
à ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Pays de nationalité FranceVoir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint Nathalie Zaltzman (-)Voir et modifier les données sur Wikidata
Thématique
Profession Psychanalyste, psychiatre et psychologueVoir et modifier les données sur Wikidata
Intérêts Co-fondateur du Quatrième Groupe

François Perrier, né à Paris le et mort le (à 68 ans), à Paris, est un psychiatre et psychanalyste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Son père est journaliste et poète, et sa mère est musicienne. Il fait ses études de médecine et de psychiatrie à Paris, et soutient sa thèse de médecine avec Jean Delay. Il commence une analyse en 1949 avec Maurice Bouvet et devient élève de la Société psychanalytique de Paris, puis il réalise de nouvelles tranches d'analyse, avec Sacha Nacht puis avec Jacques Lacan (1956-1963).

Il assure une consultation psychanalytique à l’Hôpital Sainte-Anne et un séminaire avec Wladimir Granoff et Serge Leclaire. En 1953, il participe à la scission de la Société avec ceux-ci, leur trio étant surnommé «la Troïka»[1], et devient membre associé de la nouvelle Société française de psychanalyse.

François Perrier participe aux négociations avec l'Association psychanalytique internationale pour obtenir que la Société française de psychanalyse puisse devenir membre, sans succès. C'est à son domicile, en 1964, que Jacques Lacan fonde l'École freudienne de Paris. Il fait partie du premier directoire de l'École, et est le premier à se séparer de Lacan, le 1er décembre 1966, en raison de divergences sur la formation des psychanalystes, puis il démissionne le 26 janvier 1969 de l'École freudienne, avec Piera Aulagnier et Jean-Paul Valabrega. C'est à nouveau à son domicile qu'est fondé, en février 1969, le Quatrième Groupe, dont il est le premier président.

Il fut marié plusieurs fois, en premier à Irène Roubleff, puis en 1954 à Lydia Arcadiovna Zalentskaia, chef de clinique à l'hôpital Sainte-Anne, dont il eut un fils Fédor, et divorcea en 1959, puis plus tard à Ludmilla Swistonoff[2]. En 1963 il épouse la psychanalyste Nathalie Zaltzman avec qui il aura un fils. Ils divorcent en 1968. En 1976 il se marie une dernière fois[3].

En 1972 il est victime d’une paralysie de la jambe droite, d’origine cérebelleuse, puis en 1977 d’une paralysie analogue de la jambe gauche. Il récupère du premier incident en quelques jours mais le second s’avérera permanent, et avec ses 95 kg, il lui faudra deux cannes pour se déplacer[4]. Il considère cette condition comme une “somatisation” de ses difficultés professionnelles et maritales.

Il fera deux tentatives de suicide en 1976 et 1982, dont la deuxième lui vaudra un internement d’un an, d’abord à Sainte-Anne puis dans une clinique privée.[5].

Il publie en 1985 Voyages extraordinaires en Translacanie, un livre de mémoires sous forme de conte Voltairien. Il y raconte de façon allusive, les méfaits du lacanisme délirant.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cf. Jacques Sédat.
  2. Voyages extraordinaires en Translacanie p. 44-45
  3. Voyages extraordinaires en Translacanie, p. 131-142.
  4. Voyages extraordinaires en Translacanie p. 147.
  5. Voyages extraordinaires en Translacanie p. 148-148 (voir aussi p. 69, 14).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]