Association internationale Interactions de la psychanalyse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Association internationale Interactions de la psychanalyse
Situation
Fondation
2011
Type
Forme juridique
Domaine d'activité
Siège social
32 bis boulevard de Picpus
Pays
Organisation
Président
Secrétaire général
Guy Merigot
Récompense
Sigourney Award ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web

L'Association internationale Interactions de la psychanalyse (A2IP) est une association de psychanalyse présidée par Sophie de Mijolla-Mellor. Elle a succédé en 2011 à l'Association internationale d'histoire de la psychanalyse (AIHP). L'association réunit des psychanalystes et des non psychanalystes, chercheurs et écrivains et organise des séminaires de recherche et des colloques, en France et à l'étranger.

L'association internationale d'histoire de la psychanalyse (1985-2010)[modifier | modifier le code]

L'association internationale d'histoire de la psychanalyse (AIHP) a elle-même une assez longue histoire de vingt-cinq années entre la fin du XXe siècle et le passage au troisième millénaire.

Centrée sur une « histoire de la psychanalyse »[modifier | modifier le code]

L'association internationale d'histoire de la psychanalyse, a été créée en 1985 par Alain de Mijolla, Jacques Sédat et Sophie de Mijolla-Mellor[1]. Salem Shentoub, Claude Hollande et Jean-Marc Varaut sont sollicités comme membres du conseil d'administration[2]. Elle a été officiellement présentée lors du 34e Congrès de l'Association psychanalytique internationale à Hambourg, la même année.
Jusqu'en 2010, l'association a organisé des journées scientifiques régulières et des rencontres internationales tous les deux ans. Une première journée scientifique s'est ainsi tenue en 1986 à Paris et a traité du rapport de Freud avec le sionisme, et de la psychanalyse et du catholicisme. Un congrès[Quand ?] s'est ensuite tenu en Allemagne et a donné lieu à une publication bilingue franco-allemande. Plusieurs congrès et journées d'études se sont tenus à Vienne, Londres, Paris et Bruxelles sur des thèmes concernant Freud-Ferenczi, l'analyse profane, l'hypnose, ou encore le rôle des femmes dans la psychanalyse.

En 2001, l'AIHP a reçu le Mary Sigourney Award[3],[4].

Publications[modifier | modifier le code]

L'AIHP a publié de 1986 à 2005 une revue semestrielle, le Journal de l'AIHP, avec des articles en français et en anglais[5],[6].

Elle a également publié, de 1988 à 1993, six numéros de la Revue internationale d'histoire de la psychanalyse éditée par les PUF.

  • Ici, la vie continue d'une manière fort surprenante... Contribution à l'histoire de la psychanalyse en Allemagne, Congrès de l'API (auteurs : Karen Brecht, Hella Ehlers, Christine Trollope, etc.), édité par l'Association internationale d'histoire de la psychanalyse, 1987, (ISBN 2854801539).
  • Sophie de Mijolla-Mellor (dir.), Les femmes dans l'histoire de la psychanalyse, Actes du Colloque de l'Association Internationale d'Histoire de la Psychanalyse (VIIe Rencontre Internationale de l'A.I.H.P., Londres, 16-18 juillet 1998), Bordeaux-Le-Bouscat, L'Esprit du Temps, 1999 (ISBN 2-913062-08-3)

L'Association internationale Interactions de la psychanalyse (depuis 2011)[modifier | modifier le code]

L'Association internationale Interactions de la psychanalyse (A.I.I.P.), présidée par Sophie de Mijolla-Mellor, élargit ses objets de recherche, qui s’étendent désormais aux interactions de la psychanalyse avec les autres champs du savoir.

« Interactions de la psychanalyse »[modifier | modifier le code]

Présentée « pour penser épistémologiquement, contrairement à la notion de « psychanalyse appliquée », les modalités de l’emprunt fécond des modèles faits par la psychanalyse aux sciences de l’Homme et à divers champs disciplinaires », la notion « Interactions de la psychanalyse » a été introduite par S. de Mijolla-Mellor[7].
En se référant notamment à Freud dans son texte Das Interesse an der Psychoanalyse (1913), la nouvelle perspective de l'Association prend appui sur une équipe de recherches universitaire, créée elle-même en 1990 à l’Université Paris 7 par Sophie de Mijolla-Mellor sous cet intitulé des « Interactions de la psychanalyse », en lien d’abord avec le Laboratoire de Psychanalyse (dir. Jean Laplanche), puis à partir de 2001, avec l’Ecole Doctorale « Recherches en Psychanalyse » (alors dirigée par Sophie de Mijolla-Mellor). Cette équipe a fait aboutir de nombreux travaux, thèses et publications (dans le cadre de l'université Paris VII), a organisé des colloques nationaux et internationaux et établi des liens internationaux avec plusieurs universités étrangères[8].

En 2017, l'A2IP s'emploie à constituer un réseau européen de publication et de communication, en regroupant des associations de différents pays, notamment « Psychanalyse et Société », l’American College of Psychoanalysis et la Société française de psychohistoire[9].

Organisation[modifier | modifier le code]

L’association organise des journées scientifiques semestrielles ainsi qu'un colloque international biannuel, ainsi à Saint-Pétersbourg, Istanbul (2016), Dakar (2014). En 2014, le colloque sur « Le développement de l'enfant vu par la psychanalyse aux États-Unis et en France »[10] a été organisé conjointement par l'association, le Centre de recherches psychanalyse, médecine et société de l'université Paris-Diderot et l'American College of Psychoanalysts.

Par ailleurs, des séminaires et groupes de travail mensuels ou bimensuels réunissent ses membres.

L'association est présidée par Sophie de Mijolla-Mellor, professeur émérite à l'université Paris-Diderot, psychanalyste du Quatrième groupe et directrice de la publication de la revue Topique depuis 1990. Jusqu'en 2016, le vice-président a été le psychanalyste Jacques Sédat. En 2018, seul un secrétariat général composé de plusieurs membres travaille conjointement avec la présidente[11].

Publications[modifier | modifier le code]

Les travaux de l'A2IP dans les colloques et journées scientifiques font l'objet de publications d'auteurs dans la revue Topique:

D'autres parutions sont en préparation[12].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. De l’histoire personnelle à l’histoire de la psychanalyse : une trajectoire. Entretien avec Alain de Mijolla, Annick Ohayon, Nouvelle revue de psychosociologie, 2015/2 no 20, p. 247-262, « Devenirs de la psychanalyse ».
  2. Alain de Mijolla, « Petite histoire d’une histoire de la psychanalyse en France », Topique, no 98,‎ , p. 37-47 (lire en ligne).
  3. Site du Mary S. Sigourney Award
  4. Alain de Mijolla. « Petite histoire d'une histoire de la psychanalyse en France », Topique, 2007/1, no 98, p.37-47. [lire en ligne]
  5. Cote de la BNF [1]
  6. Cote de la bibliothèque de la SPP.
  7. Voir Dictionnaire international de la psychanalyse (Dir. A. de Mijolla), à l'article dont S. de Mijolla-Mellor est l'auteur. Cf. « Auteur: Sophie de Mijolla-Mellor-puf », sur P.U.F. (consulté le 6 novembre 2015).
  8. École doctorale Recherches en psychanalyse et psychopathologie, p. 25.
  9. Page d'accueil de l'A2IP, consultée le 14.02.2014 [2].
  10. 23-24 mai 2014, université Diderot Paris 7 Sorbonne Cité
  11. Site de l'A2IP consulté le 17 mars 2018 [3]
  12. no 145 et no 146: « L'art et le pouvoir » I et II, no 147: « De la lettre d'amour au texto » notamment. Site de la revue Topique consulté le 1er décembre 2018: [4]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Topique, 2007/1 no 98, « Le dévoilement historique », numéro en ligne
  • Jacques Sédat, « Écrire l'histoire de la psychanalyse », Topique, 2007/1 no 98, p. 25-36 [lire en ligne].

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]