Heinz Kohut

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Heinz Kohut
Biographie
Naissance
Vienne
Décès
Chicago
Nationalité Austro-américain
Thématique
Formation Neurologue
Psychiatre
Psychanalyste
Titres Psychanalyste
Œuvres principales
  • Le Soi (1971)
  • Formes et transformations du narcissisme (1966)
Auteurs associés
Influencé par August Aichhorn

Heinz Kohut, né le à Vienne et mort le à Chicago, est un psychiatre et psychanalyste américain, d'origine autrichienne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Son père, Felix Kohut est un brillant pianiste amateur et un homme d'affaires, qui a fait la Première Guerre mondiale en tant que soldat, et meurt prématurément en 1937[1]. Sa mère, Else Lampl est propriétaire d'un magasin. La famille d'Heinz Kohut est viennoise, appartenant à la bourgeoisie juive assimilée aisée. Heinz a un précepteur particulier, tandis qu'il est élève du gymnase de Grinzing. Puis il commence des études de médecine à Vienne en 1932, passe l'année 1936 à Paris en stage d'internat à l'Hôtel-Dieu et à l'hôpital Saint-Louis, et il réussit à obtenir son diplôme de médecin en 1938, malgré les mesures frappant les étudiants juifs après l'annexion de l'Autriche par les nazis. Il commence une analyse avec August Aichhorn, avec lequel il restera en correspondance soutenue après son exil, mais, en 1939, du fait de l'occupation nazie, il doit fuir ce pays, peu après Sigmund Freud, qu'il ne connaît pas personnellement, mais qu'il est allé saluer à la gare lorsque celui-ci a quitté Vienne. Heinz séjourne à son tour brièvement au Royaume-Uni. Il obtient l'invitation d'un de ses amis viennois, le musicologue et universitaire Siegmund Levarie, qui lui permet d'obtenir un visa et de s'établir à Chicago (1940). Il poursuit sa formation en faisant une analyse didactique avec Ruth Eissler, et devient neurologue en 1944 et psychiatre en 1947. Il obtient un diplôme de l'institut de Chicago en 1948. Il épouse Betty Meyer, assistante sociale devenue thérapeute, elle aussi d'origine viennoise et ancienne élève d'August Aichhorn. Ils ont un fils, Thomas August Kohut, auteur d'une biographie de Guillaume II.

Il est membre titulaire de l'American Psychoanalytic Association en 1953, et en devient le président en 1964. Il remanie le Chicago Institute of Psychoanalysis, où il admet des candidats qui ne sont pas médecins.

Travaux de recherche[modifier | modifier le code]

Ses travaux l'amènent à s'intéresser de près au narcissisme. Il définit l'empathie comme « méthode centrale de l'analyse », notamment dans ses ouvrages Formes et transformations du narcissisme (1966) et Le Traitement psychanalytique des troubles de la personnalité narcissique (1968).

Il a beaucoup contribué par sa réflexion à la nouvelle psychologie du « Self » dans ses ouvrages Le Soi (1971) et Réflexions sur le narcissisme et la rage narcissique (1972), puis La Restauration du Self (1977) et Analyse et guérison.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Le Soi : la psychanalyse des transferts narcissiques, éd. Presses universitaires de France, coll. « Le fil rouge », 2004 ISBN 2-13-054520-3
  • Analyse et guérison, éd. Presses universitaires de France, coll. « Le fil rouge », 1991 ISBN 2-13-043359-6
  • Les deux analyses de M. Z, éd. Navarrin, coll. « Bibliothèque des Analytica », 1985
  • « Formes et transformations du narcissisme », dans Dix ans de psychanalyse en Amérique, H. P. Blum (éd.), éd. Presses universitaires de France, coll. « Le Fil rouge », 1981
  • « Réflexions sur le narcissisme et la rage narcissique », Revue française de psychanalyse, Vol. 42, no 4, 1978
  • « L'introspection, l'empathie et le détour de la santé », Revue française de psychanalyse, Vol. 49, no 5, 1985

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Document utilisé pour la rédaction de l’article Agnès Oppenheimer, « Heinz Kohut », p. 892-893, in Alain de Mijolla (dir.), Dictionnaire international de la psychanalyse 1. A/L. Calmann-Lévy, 2002, (ISBN 2-7021-2530-1).
  • Agnès Oppenheimer : « Kohut et la psychologie du self », éd. Presses universitaires de France, coll. « Bibliothèque de psychanalyse », 1996 ISBN 2-13-047550-7
  •  Agnès Oppenheimer : « Heinz Kohut », éd. Presses universitaires de France, coll. « Psychanalystes d'aujourd'hui », 1998, ISBN 2-13-049381-5 Présentation
  • Jacques Palaci, « Réflexions sur le transfert et la théorie du narcissime de Heinz Kohut », Revue française de psychanalyse, Vol. 39, no 1-2, 1975
  • John Gordon Maguire : « Au-delà de la métaphore : remarques complémentaires sur l'"expérience vécue" et la psychologie du soi de Kohut », Revue française de psychanalyse, Vol. 55, no 1, 1991
  • Charles Strozier, The Making of a Psychoanalyst : Heinz Kohut, Macmillan, 2001.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Charles Strozier, The Making of a Psychoanalyst : Heinz Kohut, Macmillan, 2001.