Nicole Fabre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fabre.
Nicole Fabre
Nicole Fabre.jpg
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (93 ans)
Nationalité
Activité
Psychanalyste Rêve Éveillé, et essayiste.

Nicole Fabre (née Doreau le ), est une philosophe, psychanalyste, professeur et essayiste française, qui a travaillé en tant que psychothérapeute avec la psychothérapie par le rêve éveillé, et qui a contribué au développement du rêve éveillé en psychanalyse.

Biographie[modifier | modifier le code]

Nicole Fabre a passé sa petite enfance en Algérie, puis en Indochine, suivant les nominations de son père officier. Elle est la sœur cadette de la romancière Suzanne Prou.

Dans son jeune âge, les jeux d'imagination avec les autres enfants tiennent une place importante. A l'âge de 18 ans, pendant la guerre, elle découvre la puissance que l'imagination peut avoir selon elle, en aidant un groupe d'enfants pendant leur évacuation d'une ville bombardée lors d'une nuit d'orage (éclairs, tonnerre, bruit des avions, isolement dans la montagne), à surmonter leur peur, en leur racontant une histoire qui leur permet de transposer leur vécu présent en un monde différent, où ils deviennent capables d'affronter le danger, grâce à cette force de l'imagination[1].

Études de philosophie et psychologie[modifier | modifier le code]

Après une licence de philosophie, Nicole Fabre exerce de 1945 à 1947 comme professeur de philosophie dans un lycée de Marseille. En 1949, en fin de maîtrise de philosophie, elle soutient son mémoire à la Sorbonne, sous la direction de Gaston Bachelard.

Elle s'intéresse à la pédagogie, à la psychanalyse et à la psychothérapie d'enfants, s'occupe bénévolement d'enfants en difficulté, et suit des cours de psychologie. Elle pense aussi à s'installer par la suite comme psychothérapeute d'enfants.

Rencontre de Robert Desoille. Découverte de sa méthode du rêve éveillé dirigé[modifier | modifier le code]

Dans le cadre de son projet d'installation comme psychothérapeute d'enfants, Nicole Fabre échange souvent avec des psychiatres, des psychologues et des psychanalystes. En 1960, lors d'un congrès de psychothérapie sur les bords du lac Léman, où interviennent Roberto Assagioli et Paul Diel, elle rencontre également Robert Desoille, avec qui elle prend contact personnellement, car elle s'intéresse à la méthode de psychothérapie qu'il a créée, le rêve éveillé dirigé, et à ses travaux sur l'imaginaire. À Paris, où il est installé, Nicole Fabre fait alors l'expérience personnelle du rêve éveillé dirigé sous sa direction[1].

Cette rencontre et cette expérience du rêve éveillé dirigé seront déterminantes dans la carrière de Nicole Fabre, qui voit la place de l'imaginaire dans cette forme de psychothérapie, comme un atout essentiel pour la psychothérapie des enfants.[réf. nécessaire]

Durant cette période, elle prépare aussi une thèse de doctorat en psychologie de l'enfant.

Lors de sa soutenance, en 1964, elle rencontre Juliette Favez-Boutonier, qui fait partie de son jury, qui a fait l'expérience personnelle du rêve éveillé avec Robert Desoille, et qui dès 1955 a publié un article intitulé Psychothérapie par le rêve éveillé (in Encyclopédie médico-chirurgicale, section psychiatrie, T III, N° 37815). Par la suite, elle reste en contact avec Nicole Fabre et l'encourage à approfondir cette approche psychothérapique.

Formation au rêve éveillé dirigé[modifier | modifier le code]

Après ce temps de travail personnel en rêve éveillé avec Robert Desoille, elle suit avec lui une formation à la psychothérapie par le rêve éveillé dirigé. Dans la dernière phase de cette formation, elle propose à des patients des séances de rêve éveillé, en la présence, et sous la supervision de Robert Desoille. Au bout de deux ans, Robert Desoille reconnaît officiellement à Nicole Fabre les compétences pour exercer comme psychothérapeute rêve éveillé.

À l'intérieur même d'un rêve éveillé, Robert Desoille suggérait souvent au patient d'effectuer des mouvements, notamment des mouvements d'ascension ou de descente (dons des mouvements sur l'axe vertical), ou des actions par rapport à un objet vu par le patient dans son rêve, comme de prendre l'objet, de le donner, ou de le laisser là où il est. Cette orientation ou réorientation, opérée par un psychothérapeute rêve éveillé dans le déroulement des rêves éveillés de ses patients est souvent nommée directivité. Robert Desoille considérait la directivité comme un élément fondamental de l'efficacité thérapeutique du rêve éveillé, mais il respectait pleinement les approches non-directives en psychothérapie, et les questions que ses élèves se posaient à ce sujet.

Ainsi, dès cette période de formation, Nicole Fabre s'était montrée assez réservée sur l'importance de la directivité dans le déroulement des rêves éveillés en séance, se demandant notamment si le rêve éveillé devait toujours être dirigé.

Activités professionnelles autour du rêve éveillé[modifier | modifier le code]

Psychothérapie avec le rêve éveillé[modifier | modifier le code]

Lors de son installation en 1965, Nicole Fabre utilise la méthode du rêve éveillé de Desoille, au départ avec uniquement des enfants, ensuite avec des adolescents et des adultes de tous âges. Elle travaille à adapter la méthode plus spécifiquement à la psychothérapie d'enfants ou d'adolescents.

Création du Groupe international du rêve éveillé dirigé de Desoille[modifier | modifier le code]

Nicole Fabre est invitée par Robert Desoille à participer aux réunions hebdomadaires de la Société de Recherches Psychothérapiques de Langue Française, qu'il a fondée en 1961 avec ses élèves et ses collègues, et dont il est, au moment de sa disparition en 1966, vice-président avec Juliette Favez-Boutonier, la présidence étant assurée par le Professeur Paul Sivadon.

Pendant ces réunions, qui ont lieu généralement le mercredi (d'où l'expression "Groupe du mercredi") et qui sont animées par Desoille, les participants échangent des expériences de psychothérapies menées avec le rêve éveillé dirigé, et poursuivent leurs recherches sous la conduite de Robert Desoille. C'est avec la collaboration de collègues de ce groupe, que Nicole Fabre élabore et formalise l'adaptation du rêve-éveillé à l'enfant et à l'adolescent.

Ces rencontres sont interrompues par la mort de Robert Desoille en octobre 1966. Puis ses élèves, dont Nicole Fabre, continuent à se réunir pour poursuivre les recherches sur le rêve éveillé, et en 1968, ils décident de créer une association indépendante, le Groupe International du Rêve Éveillé Dirigé de Desoille (GIREDD), dont Nicole Fabre sera présidente un peu plus tard.

Le GIREDD est d'emblée un groupe actif et dynamique, composé surtout de psychiatres et de psychologues, qui ont tous des patients en psychothérapie avec le rêve éveillé dirigé. Le groupe crée en 1970 la revue Études psychothérapiques, organe officiel du groupe. Dans cette revue, les membres du GIREDD publient leurs travaux de recherche, portant exclusivement sur le rêve éveillé : citons (entre autres) Jean Nadal, Jacques Lévine, Myriam Fusini-Doddoli, Gilbert Maurey, Jacques Launay, et Nicole Fabre. Ces différents travaux contribuent à développer et à documenter la méthode et son assise théorique, par des récits cliniques et des analyses théoriques de psychothérapies rêve éveillé, d'enfants et d'adultes. Certains membres du GIREDD publient aussi différents ouvrages, dont plusieurs marqueront des évolutions théoriques importantes.

Évolution vers la psychanalyse[modifier | modifier le code]

En 1982, après avoir renoncé à la directivité du rêve éveillé, le GIREDD devient le GIRED, le Groupe International du Rêve Éveillé de Desoille.

En 1987, à la suite d'une longue élaboration théorique, le groupe, accompagné de Nicole Fabre qui en est à nouveau présidente, décide d'utiliser le rêve-éveillé en psychanalyse, grâce à un aménagement particulier de la cure psychanalytique classique. Pour ces praticiens, le rêve éveillé est un moyen privilégié d'accès à l'inconscient. Les membres du groupe deviennent officiellement psychanalystes, et le GIRED devient le Groupe international du rêve éveillé en psychanalyse (GIREP).

Par ailleurs, Nicole Fabre a été directrice scientifique de la SISPI (Scuola Internazionale di Specializzazione con la Procedura Immaginativa, École internationale de spécialisation par la procédure imaginative, Milan, Rome, Italie) de 2008 à 2018[2].

Présentation de textes de Robert Desoille, publiés à titre posthume[modifier | modifier le code]

Nicole Fabre et son mari ont établi avec Robert Desoille et son épouse des liens d'amitié et de confiance, à l'origine de nombreuses rencontres. Quelque temps après le décès de Robert Desoille en 1966, c'est à Nicole Fabre, élève et collaboratrice de son mari, que Mme Desoille confie un ensemble de manuscrits de ce dernier[3], qui les avait gardés pour les publier par la suite. À partir de ces textes, Nicole Fabre présente donc deux livres de Robert Desoille, intitulés :

  • Robert Desoille, Marie-Clotilde. Une psychothérapie par le rêve éveillé dirigé, Présentation de Nicole Fabre, Paris, Payot, 1971
  • Robert Desoille, Entretiens sur le rêve éveillé dirigé en psychothérapie, Présentation de Nicole Fabre, Paris, Payot, 1973, puis Ramonville Saint-Agne, Érès, 2000.

Réalisation de deux films, avec le concours du CNRS[modifier | modifier le code]

Elle est aussi l'auteur de deux films qui appartiennent au Girep et qui retracent tous les deux un travail de psychothérapie par le rêve éveillé :

  • Nadine, qui décrit la psychothérapie d'une petite fille, de 8 à 11 ans (Girep, 1978, film Super 8 mm, durée 50 mn)
  • Bertrand, qui relate la psychothérapie d'un patient d'une trentaine d'années (CNRS/Girep, 1979, film 16 mm, durée 52 mn), en se référant à son ouvrage de la même année : Avant l'Œdipe : rêve-éveillé-dirigé et fantasmes archaïques, Masson, 1979.

Rédaction et publication d'essais[modifier | modifier le code]

En tant qu'essayiste, elle a publié plus d'une trentaine d'ouvrages, dans trois domaines différents :

  • Philosophie et psychologie : deuil, désespérance, solitude, pardon...
  • Ouvrages d'inspiration personnelle et familiale.
  • Psychanalyse rêve éveillé, ou psychothérapie par le rêve éveillé. (Les principaux sont référencés ci-après, à la section "Publications" de cet article.)

Enseignement et formation[modifier | modifier le code]

Nicole Fabre a enseigné la philosophie à l'Institut catholique de Paris de 1965 à 1990, et au Centre Sèvres de 1991 à 2016, où elle s'inspirait de ses connaissances de psychothérapeute et psychanalyste, pour situer l'humain dans son milieu et dans sa vie. m) D'autre part, elle est souvent intervenue, et intervient souvent pour des exposés et conférences, dans les colloques et journées d'études du GIREDD, puis du GIRED, et du GIREP actuel. De même, elle prend aussi une part active à la formation des futurs psychanalystes rêve éveillé, en assurant des exposés dans les séminaires théoriques et cliniques du groupe.

L'entrée du rêve éveillé dans l'univers de la psychanalyse[modifier | modifier le code]

La plupart des membres du GIREP sont issus du courant psychanalytique et de la psychologie dynamique : tout en cherchant à préserver le rêve éveillé, héritage de Robert Desoille, ils souhaitent garder le champ psychanalytique comme référentiel théorique, et rester des praticiens de la psychanalyse. Nicole Fabre, alors présidente du GIRED, et elle-même inscrite dans le courant psychanalytique, participe avec ses collègues, en particulier Jacques Launay, Jean-Claude Auriol, Jacques Natanson, et Madeleine Natanson, à l'élaboration théorique et clinique de l'entrée du rêve éveillé dans le champ de la psychanalyse. Leurs recherches, s'appuyant sur des concepts élaborés par Winnicott, aboutissent à la décision d'inscrire ce changement dans l'identité du Groupe, qui devient le Groupe international du rêve éveillé en psychanalyse (GIREP).

Sur le plan théorique, Nicole Fabre s'était déjà inspirée des travaux de Donald Winnicott : elle voit dans le rêve éveillé un objet transitionnel, dans la mesure où le rêve éveillé joue un rôle d'intermédiaire entre le vécu de l'analysant et les contraintes imposées par l'analyste dans l'espace-temps des séances. Avec le concept d'objet transitionnel, Winnicott met en évidence « cette aire intermédiaire d'expérience, qui, simultanément, permet à l'individu de surmonter l'épreuve de réalité, et constitue le lieu de tout son développement culturel ultérieur ». En effet, dans son rêve éveillé, ce champ d'activité qui lui est proposé, l'analysant visualise des images intérieures qu'il est invité à décrire à l'analyste au fur et à mesure qu'elles lui apparaissent.

Dans son ouvrage Avant l'Œdipe. Rêve-éveillé dirigé et fantasmes archaïques (Masson, 1979), elle avait déjà montré que le rêve éveillé était un lieu d'expression privilégié pour les fantasmes archaïques et pré-œdipiens, et pour les affects douloureux issus de la phase pré-verbale de l'évolution du sujet. Ces fantasmes archaïques et ces affects douloureux de la phase pré-verbale sont maintenant connus pour être à l'origine de graves troubles de la personnalité, comme les troubles de la personnalité border line[4], ou états-limite (troubles de la personnalité limite).

En effet, en observant ces images en mouvement, ces sensations vécues dans le déroulement du rêve éveillé, le sujet perçoit de plus en plus clairement le lien entre son rêve éveillé, et des émotions et sentiments jusqu'à présent cachés ou refoulés en lui. Il peut formuler plus clairement ce qu'ils portaient d'indicible ou d'inacceptable socialement. Cet accès à l'ordre symbolique, au sens lacanien du terme, permet aussi d'atténuer progressivement la souffrance psychique inhérente à ce type de pathologies.

D'autre part, les observations de Nicole Fabre lui permettent d'entrevoir un parallèle entre le jeu et le rêve éveillé, ou plus exactement entre le fait de jouer, et le fait de rêver, deux activités qui laissent à l'imaginaire une place importante. De même que les psychothérapeutes et psychanalystes utilisent le jeu pour permettre aux enfants d'attribuer leurs émotions et leurs sentiments à des personnages imaginaires, ils peuvent utiliser le rêve-éveillé avec leurs patients de tous âge, et leur donner ainsi une part personnelle plus active dans leur travail d'analyse.

Ainsi, tout comme l'imaginaire a sa place dans l'inconscient, le rêve éveillé trouve la sienne dans les séances. Placé dans des conditions de moindre réceptivité aux perceptions et sollicitations extérieures, le sujet se détend, et dans cet état de conscience légèrement modifié, son psychisme intérieur peut s'exprimer comme dans une rêverie, dans laquelle il se voit prendre place et agir.

Nicole Fabre a été présidente du GIREDD, puis du GIRED, et du GIREP. Elle a fait partie du Conseil d'administration du groupe (sous ses trois dénominations) pendant plus de quarante ans. Elle est toujours membre titulaire du Groupe international du rêve éveillé en psychanalyse (GIREP)[5]. Elle est membre aussi de l'Association internationale Interactions de la psychanalyse (A2IP), fondée par Sophie de Mijolla-Mellor.

Publications (liste non exhaustive)[modifier | modifier le code]

  • Le Triangle brisé : Trois psychothérapies d'enfants par le rêve-éveillé-dirigé, Payot, 1973
  • Avant l'Œdipe : Rêve-éveillé-dirigé et fantasmes archaïques, Masson, 1979
  • L'Enfant et le Rêve éveillé : Une approche psychothérapique de l'enfant, ESF, 1982
  • Le Rêve-éveillé analytique, avec Gilbert Maurey, Privat, 1985
  • Les Jeunes, le Rêve et l'Analyse : Une approche psychothérapique de l'adolescent, avec Colette Fiatte, Fleurus, 1985
  • Deux imaginaires pour une cure, Bayard, 1992
  • Le Travail de l'imaginaire en psychothérapie de l'enfant, Dunod, 1998
  • Au miroir des rêves : Imaginaire et Psychanalyse, Desclée de Brouwer, 2001
  • Aux origines du rêve, l'Esprit du temps, 2007
  • Psychothérapie de l'enfant : Imaginaire et Rêve éveillé, L'Esprit du temps, 2008
  • Voyage en désespérance, Cerf, 2011

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Sur les chemins de l'imaginaire avec Nicole Fabre (trad. de l'italien), Paris, Girep, , pp. 13 à 15.
  2. Alberto Passerini (dir.), Sur les chemins de l'imaginaire avec Nicole Fabre
  3. Robert Desoille, Marie-Clotilde. Une psychothérapie par le rêve éveillé dirigé, Paris, Payot, , Pages 5 et 14
  4. Sur les chemins de l'imaginaire avec Nicole Fabre (trad. de l'italien), Paris, Girep, , pages 19 à 24
  5. Nicole Fabre, « Rêver en séance », 'Imaginaire & inconscient', 2011/1, no 27, p. [lire en ligne]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alberto Passerini (dir.), Sur les chemins de l'imaginaire avec Nicole Fabre, Paris, Girep, 2016. (Potenza dell'immaginario, Omaggio a Nicole Fabre per il suo 90° compleanno, Rome, Alpes, 2015.)
  • Robert Desoille, Marie-Clotilde. Une psychothérapie par le rêve éveillé dirigé. Paris, Payot, 1971
  • Jacques Natanson, La découverte du rêve éveillé en psychothérapie par Robert Desoille, Topique 2001/3, N°76, pp 125-132
  • Colette Jacob, Approche Historique du Rêve Éveillé en Psychanalyse. Les fils rouges depuis l'origine. 1923-1966, Imaginaire et Inconscient, 2009/23, pp 9-36
  • Colette Jacob, Approche historique du Rêve Eveillé en Psychanalyse. Du G.I.R.E.D.D. au G.I.R.E.P. 1968-1987, Imaginaire et Inconscient, 2009/23, pp 41-62
  • Nicole Fabre, Le rêve-éveillé en psychanalyse ou historique d'une évolution, Imaginaire et Inconscient, 2001/1, pp 7-14
  • Recension de Voyage en désespérance, ouvrage de Nicole Fabre, dans la revue Sources pour une vie reliée. Oct-Nov-Déc 2011, N°17.
  • Bernard Malan, Contribution à l'étude historique du rêve éveillé dirigé en psychothérapie. Thèse pour le doctorat en médecine, Rouen, 1975
  • Jacques Launay, Historique des idées et de leur évolution au GIREP depuis Robert Desoille, Cahiers du GIREP 1999/36, pp , ou sur le site du GIREP (Groupe International du Rêve Éveillé en Psychanalyse) : www.le-reve-eveille-en-psychanalyse.org, onglets Qui sommes nous ?, puis Historique.
  • Communication de Nicole Fabre à la Conférence Internationale du Réseau "Waking Dream Therapy", Malte 2014. Le Robert Desoille que j'ai connu : site du Réseau International Waking Dream Therapy : www.wakingdreamtherapy.org

Liens externes[modifier | modifier le code]