Association internationale d'histoire de la psychanalyse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Association internationale d'histoire de la psychanalyse
Histoire
Fondation
Successeur
Cadre
Sigle
AIHPVoir et modifier les données sur Wikidata
Type
Forme juridique
Siège social
Pays
Organisation
Président
Récompense
Sigourney Award ()Voir et modifier les données sur Wikidata

L'Association internationale d'histoire de la psychanalyse est une association créée en 1985 par Alain de Mijolla, dont l'objet est la connaissance de l'histoire de la psychanalyse et de Freud, son fondateur[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'association internationale d'histoire de la psychanalyse, est l'une des deux sociétés d'histoire de la psychanalyse nées en France après 1980[note 1],[2], l'intérêt pour l'histoire ayant commencé entre 1975 et 1980, « en pleine crise des institutions »[2], écrit Élisabeth Roudinesco.

Elle est créée le 25 juin 1985 à Paris par Alain de Mijolla[3],[4]. Il demande à Sophie de Mijolla-Mellor, Salem Shentoub, Claude Hollande et Jean-Marc Varaut de le rejoindre pour former le conseil d'administration[5]. L'AIHP est ensuite officiellement présentée lors du 34e Congrès de l'Association psychanalytique internationale à Hambourg, la même année.

L'association organise des journées scientifiques régulières et des rencontres internationales tous les deux ans. Une première journée scientifique s'est ainsi tenue en 1986 à Paris et a traité du rapport de Freud avec le sionisme, et de la psychanalyse et du catholicisme. Un deuxième congrès s'est ensuite tenu en Allemagne et a donné lieu à une publication bilingue franco-allemande. Plusieurs congrès et journées d'études se sont tenus à Vienne, Londres, Paris et Bruxelles sur des thèmes concernant Freud-Ferenczi, l'analyse profane, l'hypnose, ou encore le rôle des femmes dans la psychanalyse.

Activités éditoriales[modifier | modifier le code]

Comme le souligne Jacques Sédat dans son article intitulé « Écrire l'histoire de la psychanalyse » publié en 2007 dans la revue Topique, Alain de Mijolla a créé, pour s'assurer que « les rencontres organisées, les journées, tout le vaste réseau de correspondants associés à cette entreprise d’histoire, rien de tout cela ne soit perdu », une revue, le Journal de l'AIHP ainsi qu'une collection de livres intitulée Histoire de la psychanalyse[6]. Enfin les actes de deux colloques ont été publiés par ailleurs.

Journal de l'AIHP[modifier | modifier le code]

La revue de l'AIHP paraît à un rythme semestriel, avec des articles en français et en anglais[1],[7],[8]. Six numéros sont édités, de 1988 à 1993[6] :

  1. 1988 : La psychanalyse et les psychanalystes dans le monde durant la Deuxième guerre mondiale
  2. 1989 : Freud, sa correspondance et ses correspondants
  3. 1990 : Histoire de l'exercice de la psychanalyse par les non-médecins
  4. 1991 : Histoire de l'édition des œuvres de Freud - Psychanalyse et anthropologie
  5. 1992 : L'engagement sociopolitique des psychanalystes
  6. 1993 : Psychanalyse et histoire

Collection Histoire de la psychanalyse[modifier | modifier le code]

Cette collection comprend Les Controverses Anna Freud-Melanie Klein (1941-1945), Un juif sans Dieu de Peter Gay, Sigmund Freud et Romain Rolland de Henri et Madeleine Vermorel, et Bloomsbury Freud James et Alix Strachey correspondance, de Perry Meisel et W.Kendrick, Les mères de la psychanalyse de Janet Sayers, Alfred Adler. Dans l'ombre de Freud, de P.E. Stepanksy, ou encore L'anneau secret de Phyllis Grosskurth[6].

Ouvrages hors collection[modifier | modifier le code]

  • Alain de Mijolla et Vera Renz (dir.), Ici, la vie continue d'une manière fort surprenante... Contribution à l'histoire de la psychanalyse en Allemagne, AIHP et Institut Goethe, 1987, (ISBN 2854801539).
  • Sophie de Mijolla-Mellor (dir.), Les femmes dans l'histoire de la psychanalyse, Actes de la VIIe rencontre internationale, Londres, 16-18 juillet 1998, L'Esprit du Temps, 1999 (ISBN 2-913062-08-3)

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • 2001 : Sigourney S. Award[9]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Dans l'histoire de la psychanalyse en France, 1980 est la date de la dissolution de l'École freudienne de Paris par Jacques Lacan, qui meurt l'année suivante en 1981.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Mijolla 2002, p. 138.
  2. a et b Élisabeth Roudinesco, Histoire de la psychanalyse en France. 2 1925-1985, Paris, Fayard, 1994, p. 698.
  3. Mijolla 2005, p. 145-146.
  4. Annick Ohayon, « De l’histoire personnelle à l’histoire de la psychanalyse : une trajectoire. Entretien avec Alain de Mijolla », Nouvelle revue de psychosociologie, 2015/2 no 20, p. 247-262, « Devenirs de la psychanalyse ».
  5. Alain de Mijolla, « Petite histoire d’une histoire de la psychanalyse en France », Topique, no 98,‎ , p. 37-47 (lire en ligne, consulté le 24 octobre 2017).
  6. a b et c Jacques Sédat, « Ecrire l'histoire de la psychanalyse », Topique, no 98,‎ , p. 25-36 (lire en ligne, consulté le 28 septembre 2019).
  7. Cote de la BNF [1]
  8. Cote de la bibliothèque de la SPP.
  9. Page des lauréats du Sigourney Award, 2001, [lire en ligne]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alain de Mijolla
  • Annick Ohayon, « De l’histoire personnelle à l’histoire de la psychanalyse : une trajectoire. Entretien avec Alain de Mijolla », Nouvelle revue de psychosociologie, 2015/2 no 20, p. 247-262, « Devenirs de la psychanalyse ».
  • Élisabeth Roudinesco, Histoire de la psychanalyse en France.2 1925-1985, Paris, Fayard, 1994, p. 698.
  • Jacques Sédat, « Ecrire l'histoire de la psychanalyse », Topique, no 98,‎ , p. 25-36 (lire en ligne, consulté le 28 septembre 2019)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]