Olivia Cattan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Olivia Cattan
Olivia Cattan 02.jpg
Olivia Cattan en 2011.
Fonction
Présidente
SOS Autisme France (d)
depuis
Biographie
Naissance
Nationalité
Française[1]
Activité
journaliste, écrivaine, militante féministe, présidente d'associations
Autres informations
A travaillé pour

Olivia Cattan, née en 1967 à Paris, est une journaliste, écrivaine et militante associative française, présidente des associations SOS autisme France et Paroles de femmes.

Biographie[modifier | modifier le code]

Olivia Cattan est née en 1967[1] à Paris. Petite-fille de William Bénéssiano, membre du Réseau Morhange. Après une scolarité à l’école bilingue, des études de piano à l’école normale de musique et au Studio des variétés, Olivia Cattan devient auteure-compositrice et forme son propre groupe, Olivia Becker ETC avec Matthieu Chedid. Mais Olivia Cattan interrompt sa carrière, à la suite d'un accident de moto.

Après des études de journalisme et d’histoire de l’Art à l’École du Louvre, elle devient journaliste et se spécialise peu à peu dans l’Art et la Culture, les faits de société, le droit des femmes, les religions, le handicap (Paris-Match, Les Cahiers économiques du Monde, France Soir, Actualité juive, Tribune juive, Réforme…).

Elle participe à de nombreuses conférences internationales pour la Paix au Proche-Orient, pour le droit des femmes à Genève et à l’ONU.

Elle entre comme attachée de presse aux Éditions Robert Laffont où elle mènera trois campagnes de communication en France et en Europe sur la trilogie des femmes de la Bible de Marek Halter.

De 2006 à 2012[modifier | modifier le code]

Olivia Cattan fonde l’association Paroles de Femmes dont l’objectif est de promouvoir le droit des femmes dans toutes les sphères de la société. Le , elle réunit lors d'un gala 1000 femmes pour l'égalité, plus de 800 femmes de toutes origines en présence de nombreuses personnalités politiques et artistiques dont Nicolas Sarkozy.

Elle co-écrit deux ouvrages : Deux femmes en colère[2] aux Éditions Ramsay (2006) et La Femme, la République et le Bon Dieu (2008) aux Presses de la Renaissance.

Elle participe aux livres collectifs : Urgence Darfour (2007) aux côtés d’André Glucksmann et Au nom de la fragilité avec Charles Gardou (2009).

Elle organise avec Paroles de femmes de nombreux colloques à l’Assemblée nationale : « le printemps des femmes » sur l’autisme avec Sandrine Bonnaire et participe à de nombreuses conférences à Paris et en province dont la conférence sur la laïcité avec l’ambassade américaine devant des sénatrices.

Elle crée « un Pacte féminin » afin de proposer des mesures politiques et sociales pour améliorer la condition des femmes ainsi qu’une « Charte des droits des femmes » qui seront signés par des représentants politiques et de nombreuses personnalités médiatiques.

Elle entre aux Grandes Gueule d’RMC et commence une émission mensuelle sur Judaïques FM intitulée « Paroles de femmes », qui traite de thématiques féministes. Elle crée un module de cours sur « l’égalité des sexes et de lutte contre toutes les discriminations » dans les établissements scolaires et intervient également dans les centres de détention pour adolescents ayant commis des viols.

Elle reçoit en les Palmes académiques pour son travail préventif dans les écoles, remise par le ministre Xavier Darcos.

Elle lance l’idée de « maisons citoyennes », foyers destinés aux femmes SDF, aux mères isolées et aux femmes victimes de violence. Un clip avec Lara Fabian, Fiona Gélin, Bruno Wolkowitch, Marek Halter, habillés en SDF permettra de faire connaître cette initiative. Monica Bellucci devient l’ambassadrice de Paroles de femmes et porte ce projet en France et en Italie.

Puis elle tourne un deuxième clip sur la précarité grandissante des femmes avec Emmanuelle Béart.

Elle crée le projet d’une soirée annuelle télévisée sur France 3 afin de célébrer les femmes le  : « La nuit des femmes ». Un disque « Libres de chanter, Paroles de femmes » produit par Universal avec Liane Foly, Véronique Sanson, Amel Bent, Nolwenn Leroy, Shym… permettra de porter haut et fort ce combat.

Elle signe un roman, Kabbalah Esperanto, aux éditions Bruno Leprince en 2011 qui fut le coup de cœur de la Fnac[réf. nécessaire].

En 2012, François Hollande, candidat à l'élection présidentielle lui demande de le rejoindre dans son comité Droit des femmes.

De 2012 à 2014[modifier | modifier le code]

Apprenant que son fils de 4 ans est autiste, Olivia Cattan met de côté sa carrière de journaliste et part au centre Feuerstein à Jérusalem pour qu’il bénéficie d’une meilleure prise en charge[3].

Après un mois de stimulation éducative intensive, son fils sort de son mutisme et progresse de semaine en semaine.

Olivia Cattan revient alors en France et devient l’auxiliaire de vie scolaire pour son fils pendant deux ans.

Elle publie une pétition dans l’Express, « Dis-maman, c’est quand qu’on va à l’école ? », portée par Jean Dujardin, Sandrine Bonnaire, Francis Perrin, Thomas Dutronc[4]

Elle organise avec Paroles de femmes un rassemblement à l’Assemblée nationale afin de lutter contre l’amendement 274 présenté par un député socialiste et fonde un collectif SOS autisme regroupant des familles ayant un enfant « différent ».

Elle reçoit pour ses travaux sur la cause des femmes et l’autisme la médaille du Bien public[5],[6].

En , elle publie son nouveau livre aux éditions Max Milo : D’un monde à l’autre, le combat d’une mère, un témoignage qui retrace le parcours du combattant d’une mère prête à tout pour guérir son fils de l’autisme. Dans ce livre elle écrit : « J'accuse l'État français de négligence et de maltraitance vis-à-vis des enfants autistes »[7].

Elle crée une nouvelle association : « SOS autisme France » et lance une grande campagne de sensibilisation sur les discriminations faites aux personnes autistes dans toute la presse. À travers toute une série de conférences en France, en Suisse, en Israël et en Belgique, elle lance l’initiative du « Tour de France de l’autisme »[8] où elle va à la rencontre des familles afin de les aider à améliorer la prise en charge de leurs enfants.

Elle lançant en une campagne contre la peur de l'autisme[Note 1] en France, elle a déclaré « Il y a une telle trouille de l'autisme ici ! De la peur, de la méconnaissance, aucune médiatisation positive… Ils sont 600 000, autant qu'il y a d'élus politiques dans ce pays… et on ne les voit nulle part ! »[9]. D'après elle, la France a 40 ans de retard dans la prise en charge des enfants autistes[7].

En tant qu’experte sur le droit des femmes et sur l’autisme, elle continue à écrire de nombreux articles pour Le Plus du Nouvel observateur.fr et sur le Huffington Post et travaille sur un nouvel ouvrage à destination des enfants.

Profonds désaccords avec Églantine Éméyé[modifier | modifier le code]

Le , invitée par Laurent Ruquier, l'animatrice de télévision Églantine Éméyé participe à l'émission française de débat télévisé On n'est pas couché[10]. Au cours de l'émission, elle fait la promotion de son livre Le Voleur de brosses à dents[11]. À la suite de la diffusion de l'émission, Olivia Cattan a fait part de son mécontentement en rédigeant dans le Plus du NouvelObs, une lettre ouverte adressée à Églantine Éméyé[12]. Olivia Cattan dénonce le soutien que porte Églantine Émeyé à la méthode du « packing[11] ». Olivia Cattan affirme : « Votre campagne pro-psychanalytique réduit à néant tout ce que les associations de parents tentent de faire » et ajoute « Outre cette pensée d'un autre temps que vous incarnez, Madame Émeyé, puisque votre maître à penser s'appelle Marcel Rufo, il y a autre chose qui me gêne chez vous. Vous défendez l'abandon et, en tant que mère, cela m'est insupportable. »[11]. Églantine Émeyé a placé son fils dans un service spécialisé, dans le Var, et lui rend visite tous les quinze jours[11]. Olivia Cattan considère que c'est une « capitulation » en déclarant : « Je refuse que votre capitulation devant le handicap de votre fils devienne notre modèle parce que cela serait condamner l'avenir de milliers d'enfants handicapés. »[11].

Réactions à la suite des propos de David Pujadas[modifier | modifier le code]

Fin , la présidente de SOS Autisme a dénoncé les propos de David Pujadas[13]. Le présentateur avait déclaré « Nous l'avons entendue. Nous ne sommes pas autistes » au sujet de la recommandation du Conseil supérieur de l'audiovisuel de modifier un programme[13]. Selon Olivia Cattan, ces propos sont « jugés irrespectueux et préjudiciables par de nombreuses familles et personnes autistes »[13]. Elle a écrit une lettre ouverte au journaliste en lui demandant « Que vouliez-vous signifier au juste en disant cela Monsieur Pujadas ? Que vous n'étiez pas sourd, mais alors là vous mélangeriez deux handicaps bien différents, ou plutôt pensiez-vous à 'déficient mental' ? »[13]. Elle n'envisage aucune poursuite judiciaire à l'encontre de David Pujadas[13]. Olivia Cattan dénonce la mauvaise utilisation ces dernières années du terme « autiste »[13]. D'après elle, ce « mot est employé à tort et à travers, devenant peu à peu une insulte »[13].

Sa vision de la classe politique[modifier | modifier le code]

Olivia Cattan dénonce des « décennies de retard » en France dans la prise en charge du handicap[14]. Elle a adressé au gouvernement un manifeste de dix propositions visant à combler « des décennies de retard » sur l'autisme[14]. La présidente de SOS Autisme considère que tant que les élus, de droite comme de gauche, ne bougent pas, il ne se passera rien pour nous[14]. Elle dénonce un président, François Hollande, en fin de mandat, qui jusqu'à maintenant n'a appliqué aucune mesure[15].

Elle a été annoncée comme candidate aux élections législatives de 2017 pour le mouvement La France insoumise[16], mais ne figure finalement pas dans le rapport du comité électoral du mouvement[17]. Puisque dans un courrier adressé à M. Mélenchon, elle a refusé cette proposition pour des désaccords profonds sur le programme en matière de handicap comme de politique internationale.

Réactions à la suite des propos de Vanessa Burggraf[modifier | modifier le code]

L’association SOS autisme demande des excuses à la journaliste Vanessa Burggraf à la suite de sa maladresse dans l’émission On n'est pas couché, samedi , où elle a fait un rapprochement entre un enfant « pas en forme, éteint, abruti, con » et un enfant autiste. Des milliers de témoignages de familles et de personnes autistes adressés à l’association ont déclenché de nombreux articles dans la presse.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Kenza Braiga et Olivia Cattan, Deux femmes en colère : juive ou musulmane, citoyennes et libres, Éditions Ramsay, , 251 p. (ISBN 978-2-84114-767-0) - Essai
  • Olivia Cattan et Isabelle Lévy, La Femme, la République et le Bon Dieu : la place des femmes dans la société est-elle menacée par les religions ?, Presses de la Renaissance, , 286 p. (ISBN 978-2-7509-0370-1) - Essai
  • Olivia Cattan, Kabbalah esperanto, Édition Bruno Leprince, (ISBN 978-2-916333-85-4) - Roman ésotérique.
  • Olivia Cattan, D'un monde à l'autre, Le combat d'une mère pour son fils autiste, éditions Max Milo, , 285 p. (ISBN 978-2-315-00492-8) - Essai[18]
  • Olivia Cattan, Identités contraires, Roman Thriller psychologique, Editions Chopin, 2017.
  • Olivia Cattan Autiste et Alors, Editions Max Milo, beau livre. Textes Olivia Cattan; Photos Yann Arthus-Bertrand, Nikos Aliagas...,
  • Olivia Cattan, préfacé par Marina Carrère d'Encausse, Le livre noir de l'autisme; Editions du Cherche Midi, Septembre 2020. Essai[19]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Ce qu'elle a appelé « autismophobie ».

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Biographie d'Olivia Cattan », sur evene.lefigaro.fr (consulté le 11 octobre 2016).
  2. Claire LESEGRETAIN, « Le statut de la femme en débat dans le judaïsme », sur la-croix.com, (consulté le 10 octobre 2016).
  3. Daniel Rouach, « Le centre Reuben Feurstein de Jérusalem à l'avant garde de la lutte contre l'autisme », sur Israel Valley News,
  4. « Pour les autistes: "Dis maman, c'est quand qu'on va à l'école" »,
  5. « Remise de la Médaille d'Or du Bien Public le 28 mars 2012 à Olivia Cattan.MP4 », sur Youtube, ajoutée le 2 avr. 2012
  6. « Remise distinctions du 28 mars 2012 », sur Ligue Universelle du Bien Public,
  7. a et b Edwige Coupez, « Olivia Cattan dénonce "l'autismophobie" en France », sur francetvinfo.fr, (consulté le 10 octobre 2016).
  8. « Tour de France de l'autisme, état des lieux par Olivia Cattan, revue de presse sur la rencontre du  », sur Jean-Pierre, diacre permanent vincentien, diocèse du Mans,
  9. [vidéo]« Autisme : un numéro SOS pour aider les familles », sur leparisien.fr, (consulté le 10 octobre 2016).
  10. Coralie Vincent, « Olivia Cattan, une maman d'autiste en colère répond à Eglantine Eméyé », sur closermag.fr, (consulté le 10 octobre 2016).
  11. a b c d et e « Violente charge d'une maman d'enfant autiste contre Eglantine Emeyé », sur liberation.fr, (consulté le 10 octobre 2016).
  12. « Églantine Éméyé - La colère d'une maman d'autiste : "Vous incitez à abandonner" », sur purepeople.com.
  13. a b c d e f et g « DPDA: la présidente de SOS Autisme en colère après les propos de David Pujadas », sur lexpress.fr, (consulté le 10 octobre 2016).
  14. a b et c Vanessa Boy-Landry, « "Non, la révolution n’est pas en marche!" », sur parismatch.com, (consulté le 10 octobre 2016).
  15. Yves Calvi et Ana Boyrie, « Autisme : "La gauche déserte ce monde du handicap et s'en fout", s'indigne la présidente de SOS Autisme », sur rtl.fr, (consulté le 10 octobre 2016).
  16. « Législatives : Mélenchon présente vingt candidats de la France insoumise », sur Le Journal du dimanche,
  17. Jean-Luc Mélenchon, « Connexion », JLM 2017,‎ (lire en ligne, consulté le 6 mai 2017)
  18. Anna Piekarec, « «D'un monde à l'autre», par Olivia Cattan », sur rfi.fr, (consulté le 10 octobre 2016).
  19. « Autisme : les cobayes de la honte », sur Atlantico.fr,

Liens externes[modifier | modifier le code]