Marion Leboyer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Marion Leboyer
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Université Paris-Descartes, Université Pierre et Marie Curie, Yale
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Distinctions

Marion Leboyer est une médecin psychiatre, professeure des universités – praticienne hospitalière exerçant à l'université Paris Est Créteil (UPEC)[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Après avoir des études de médecine à l'Université Paris Descartes, un master et une thèse de sciences à l'université Pierre et Marie Curie, et avoir été nommée interne des hôpitaux de Paris en 1981, elle est cheffe de clinique à l’hôpital de La Pitié-Salpêtrière de 1989 à 1994. De 2002 à 2007, elle est cheffe du service de psychiatrie sectorisée de l’hôpital Albert Chenevier et du service de psychiatrie de l’hôpital Henri Mondor en 2002 avant d’y être nommée responsable du pôle de psychiatrie[2]. Elle est, depuis 2019, directrice médicale du département hospitalo-universitaire Innovation en santé Mentale, Psychiatrie et AddiCTologie du Grand-Paris-Sud (DMU IMPACT)[3] au sein du Centre hospitalier universitaire Henri-Mondor (AP-HP) et de la Fédération hospitalo-universitaire de médecine de précision en psychiatrie et addictologie (FHU ADAPT) depuis 2020[4],[5].

Ses travaux de recherche portent principalement sur les troubles bipolaires, la schizophrénie et l'autisme. Elle entre à l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) en 1986 sur un poste d’accueil Inserm pour internes, qui lui permet de faire sa thèse de sciences sur la génétique de la maladie maniaco-dépressive et la schizophrénie, soutenue en 1990, dans le laboratoire de Josué Feingold en génétique épidémiologique[6]. Elle devient en 2007 directrice du Laboratoire de Psychiatrie Génétique[7], renommé "Laboratoire de Neuro-Psychiatrie Translationnelle" en 2019, au sein de l'Institut Mondor de Recherche Biomédicale à Créteil.

Depuis 2007, et outre ses responsabilités de professeur des universités – praticien hospitalier, Marion Leboyer dirige la Fondation FondaMental[8], fondation de coopération scientifique en santé mentale, créée en juillet 2007 par les ministères chargés de la recherche et de la santé, sur appel d’offres des RTRS (Réseau Thématique de Recherche et de Soins)[9], avec pour objectif l'innovation dans l'organisation des soins, le soutien à la recherche, la formation et l'information sur les maladies mentales.

Elle est membre du Haut Conseil de la science et de la technologie de 2010 à 2013[10].

En décembre 2021, Marion Leboyer reçoit le Grand Prix Inserm qui récompense le caractère novateur de ses travaux de recherche en particulier sur les troubles bipolaires, la schizophrénie et les troubles du spectre de l’autisme[11],[12]. Ce prix rend hommage à un acteur de la recherche scientifique française dont les travaux ont permis des progrès remarquables dans la connaissance de la physiologie humaine, en thérapeutique, et plus largement, dans le domaine de la santé[13]. Il est l'une des plus hautes distinctions scientifiques françaises[14].

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Publications et contributions scientifiques[modifier | modifier le code]

Depuis 1984, Marion Leboyer a collaboré à plus de 950 articles internationaux et articles de revues avec un indice h de 97 (nombre de citations : 37 994)[23] ainsi qu’à plusieurs livres dont Psychiatrie, état d'urgence édité chez Fayard en 2018 (Prix du livre politique de l'année[19]). Elle fait partie des chercheurs les plus cités au plan international[23] et fait notamment partie des « Highly cited researchers » du classement Clarivates analytics pour la quatrième année consécutive (depuis 2018)[24].

Sur le plan scientifique, elle a notamment contribué à découvrir, en 2003, l’une des premières mutations génétiques dans l’autisme, avec Stéphane Jamain et Thomas Bourgeron[25],[26].

Elle publie également de nombreuses études montrant l'association des troubles bipolaires à des variants génétiques des gènes impliqués dans la synthèse des monoamines (sérotonine, dopamine en particulier)[27], mais aussi des gènes de l’horloge[28], ou plus récemment des gènes impliqués dans la réponse immunitaire contre l’inflammation[29].

Sur le plan immunologique, elle contribue avec Ryad Tamouza (AP-HP, Inserm) au lancement du domaine de l’immuno-psychiatrie[30], dont la synthèse est publiée en 2021 dans le livre Immuno-Psychiatry : facts and prospects[31]. Les résultats des recherches en immuno-psychiatrie sont résumés dans des articles de synthèse[32].

En particulier, elle démontre que les patients atteints de troubles bipolaires ont un terrain immuno-génétique particulier, les prédisposant à une moins bonne réponse anti-infectieuse, expliquant la persistance de réponses inflammatoires[33],[34]. Elle montre également la présence chez les patients bipolaires et schizophrènes de l’activation des rétrovirus humains endogènes (HERV-W) dans les troubles psychotiques et bipolaires[35],[36].

Elle est à l’origine, en collaboration avec Laurent Groc, du concept de psychoses auto-immunes[37],[38].

Elle contribue avec Josselin Houenou à la description des bases neuro-anatomiques des maladies psychiatriques, comme les anomalies des boucles cortico-limbiques sous-tendant les anomalies de régulation des émotions dans le trouble bipolaire[39] ou encore les anomalies du cervelet dans la schizophrénie[40]. Elle participe également à la description des anomalies de connectivité associées aux pathologies psychiatriques les plus sévères[41] ou encore à l’augmentation de la densité dendritique chez les bipolaires prenant du lithium[42],[43].

Elle prend également part à de nombreuses études épidémiologiques, comme, par exemple, la mise en évidence de l’augmentation du risque de schizophrénie lié à l’urbanicité[44], aux traumatismes infantiles[45], aux infections[46].

Elle a participé à des recherches sur les facteurs de vulnérabilité génétiques et environnementaux des maladies mentales (en particulier dans les troubles bipolaires) et de l'autisme, à l'identification des phénomènes immuno-inflammatoires dans différentes pathologies psychiatriques, à la mise en évidence des anomalies de différents circuits en imagerie cérébrale et à la réalisation de différents essais cliniques[réf. nécessaire], en particulier avec l'ocytocine dans l'autisme, publiés dans la revue PNAS[47].

Grâce au suivi de cohortes issues des Centres Experts pour patients bipolaires ou schizophrènes de la Fondation FondaMental, le Dr Leboyer a mis en lumière l'importance des comorbidités médicales associées aux maladies psychiatriques, qui sont la première cause de mortalité des troubles psychiatriques et à l'origine d'une perte de 20 ans d'espérance de vie[46],[48],[49].

Avec Isabelle Durand-Zaleski, économiste de la santé (URC Eco Ile de France), elle contribue à chiffrer le coût de la santé mentale[50] (160 milliards d'euros/an de dépenses directes et indirectes en 2018[51]).

Elle met en lumière le financement très faible de la recherche en psychiatrie (2% du budget total de la recherche biomédicale)[52] et démontre également le coût associé à chaque pathologie par exemple, de la schizophrénie (15 000 euros par an)[53].

Dans le cadre du projet européen FP7 « ROAMER », elle contribue à la rédaction de la feuille de route de la recherche en psychiatrie européenne[54].

Ouvrages récents[modifier | modifier le code]

  • avec P-M Llorca, Psychiatrie – état d’urgence, Fayard, 2018[55].
  • (en)avec M. Berk, I. Sommers, Immuno-psychiatry: facts and prospects, Springer Nature Publications, 2021[56].
  • avec A. de Danne, L. Letessier, Réinventer la santé mentale avec la Covid-19, Odile Jacob, 2021[57].

Prises de position[modifier | modifier le code]

Marion Leboyer estime que la psychiatrie française n'est pas assez spécialisée, et souhaite le développement d'unités spécialisées[58]. À cet égard, elle a contribué à la création de plusieurs réseaux nationaux de centre experts, structures multidisciplinaires spécialisées, plateformes de soins et de recherche dans le domaine des troubles bipolaires[59], de la schizophrénie[60], de la dépression résistante, et de l'autisme de haut niveau de fonctionnement. Partenaire de nombreuses recherches sur l'impact économique des maladies mentales, elle a contribué à montrer que ces maladies mentales ont un impact économique important (109 milliards d'euros par an en France) principalement dû aux coûts indirects, alors que l'investissement dans la recherche qui pourrait permettre de réduire l'impact sociétal et économique de ces maladies, et en améliorer le pronostic, est trop faible en France (2 % du budget de la recherche biomédicale, contre 7 % au Royaume-Uni et 11 % aux États-Unis)[52].

La page consacrée au projet InFor-autism[61], sur le site Web de la Fondation Fondamental, définit les « Troubles du Spectre Autistique » comme une « maladie », et propose un « suivi de cohorte sur deux ans de patients, de sujets sains et d’apparentés (parents, frères ou sœurs des patients inclus dans l’étude) » afin « d’étudier et de distinguer les profils cliniques et cognitifs des patients, de rechercher des biomarqueurs (cliniques, neuro-anatomiques, immunologiques, biochimiques…) stables dans le temps et d’identifier les facteurs génétiques impliqués dans l’autisme ». Le , une vidéo du Pr Leboyer sur Youtube[62] dévoile le projet InFoR-autism en partenariat avec l'Inserm et l'Institut Roche. Marion Leboyer y énonce le projet de chercher un « traitement curatif » pour l'autisme. Cette prise de position semble diverger du mouvement de reconnaissance des Troubles du Spectre de l'Autisme en tant qu'ensemble de handicaps (et non comme pathologie), tels que définis notamment par la Loi pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées (), commentée par l'association Autisme France dans un document[63] de mettant en avant la difficulté actuelle pour les MDPH de reconnaître l'autisme autrement que comme trouble psychique, en raison de la « toute-puissance » des médecins dans les réunions d'équipes pluridisciplinaires, ainsi que les pressions rencontrées par les parents d'enfants autistes poussés à chercher un « soin » pour leur enfant avant de le faire scolariser. En outre, la Haute Autorité de santé rappelle dans ses Recommandations de bonnes pratiques pour l'autisme, publiées en , qu'« aucun traitement médicamenteux ne guérit l’autisme », mais qu'il est possible de chercher des traitements pour les troubles associés[Interprétation personnelle ?][64].

Controverse[modifier | modifier le code]

Selon la journaliste Olivia Cattan, Marion Leboyer aurait eu connaissance d'essais thérapeutiques sauvages menés par les médecins du groupe Chronimed sur des enfants autistes[65]. A ce titre, Olivia Cattan interroge « comment un chercheur peut « accréditer » en quelque sorte les résultats de ces « traitements » alors qu’ils n’ont pas été « randomisés » et qu’ils ont été pratiqués sans aucune recommandation ni autorisation des grandes instances sanitaires ? »[66]. L’article d’Olivia Cattan[65] fait référence à une audition du Pr Leboyer au Sénat le 1er février 2017 sur la situation de la psychiatrie des mineurs en France[67]. Durant cette audition, le Pr Leboyer ne parle pas « d’essais thérapeutiques » mais uniquement d’ « observations [qui] justifiaient que les associations de parents d’enfants autistes demandent la réalisation d’essais en double aveugle »[67]. De telles précisions ne sont pas présentes dans les articles précités[Interprétation personnelle ?].

En 2017, à la demande de la Fondation Autisme[source insuffisante][68] (Bertrand Jacques et Florent Chapel), le Pr Leboyer avait envisagé de mettre en place[source insuffisante] un projet AntibiAutism « Minocycline treatment of High Functioning Autism Spectrum Disorder symptoms in adult patients: a double-blinded randomized controlled study », retenu par la Direction générale de l'Offre de soins (DGOS) du Ministère de la Santé dans le cadre du programme hospitalier de recherche clinique national (PHRC-N)[69]. Ce projet, qui avait pour but de tester l’efficacité d’un antibiotique antibactérien (la Minocycline) chez des adultes diagnostiqués avec trouble du spectre de l'autisme sans retard intellectuel, a été abandonné sur l’initiative du Pr Leboyer, avant tout essai sur des patients[réf. nécessaire], de sorte qu'il ne figure pas sur la liste des PHRC-N de 2017[69]. Cet abandon fait suite à la constatation de certains effets secondaires indésirables[source insuffisante] lors de l’administration de cet antibiotique[70] et à l'identification de nouveaux agents thérapeutiques (probiotiques) ciblant les mêmes voies biologiques et présentant moins d’effets secondaires[source insuffisante][71],[72].

Marion Leboyer dément toute affiliation avec le groupe Chronimed, qui, en outre, est un collectif de médecins généralistes et non de psychiatres, ainsi que toute association avec les pratiques thérapeutiques qui pourraient être qualifiées d’irrégulières et au sujet desquelles certains des membres de ce collectif feraient l’objet de poursuites judiciaires.[réf. nécessaire]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Pr Marion LEBOYER », sur Pôle de psychiatrie et d’addictologie des Hôpitaux Universitaires Henri-Mondor (consulté le )
  2. « Marion Leboyer, 1re femme à recevoir le Prix Neuropsychopharmacologie 2018 de l’European College of Neuropsychopharmacology », sur Hôpitaux Universitaires Henri Mondor, (consulté le )
  3. « Présentation du Département », sur Pôle de psychiatrie et d’addictologie des Hôpitaux Universitaires Henri-Mondor (consulté le )
  4. « FHU ADAPT », sur Direction de la Recherche Clinique et de l'Innovation de l'AP-HP, (consulté le )
  5. « Expertises cliniques », sur FHU ADAPT (consulté le )
  6. Marion LEBOYER EL CAMARCAT, Approche genetique de la maladie maniaco-depressive et de la schizophrenie : problemes methodologiques, etudes d'association et de liaison genetique, Paris (lire en ligne)
  7. « Leboyer | IMRB – Institut Mondor de Recherche Biomédicale » (consulté le )
  8. « La gouvernance », sur Fondation FondaMental, (consulté le )
  9. « Loi de programme [Établissements Enseignement Supérieur - Structure et fonctionnement] », sur ics.utc.fr (consulté le )
  10. « Décret du 15 octobre 2009 portant nomination du président, de la vice-présidente et des membres du Haut Conseil de la science et de la technologie »
  11. « Marion Leboyer, Grand Prix 2021 ⋅ Inserm, La science pour la santé », sur Inserm (consulté le )
  12. «La recherche psy crée d’énormes espoirs», sur LEFIGARO, (consulté le )
  13. « Les Prix Inserm ⋅ Inserm, La science pour la santé », sur Inserm (consulté le )
  14. « Grand prix Inserm 2011 : Alain Prochiantz récompensé », sur Sciences et Avenir, (consulté le )
  15. « Prix de 2000 à 2005 / Histoire de l'Inserm », sur histoire.inserm.fr (consulté le )
  16. Décret du 31 décembre 2006 portant promotion et nomination (lire en ligne)
  17. « Victoires de la Médecine 2007 : les lauréats », sur www.reseau-chu.org (consulté le )
  18. « Mogens Schou Awards »
  19. a et b « Prix Edgar Faure 2018 : trois livres primés, trois boussoles pour notre avenir… », sur Opinion Internationale, (consulté le )
  20. « Winner 2018: Marion Leboyer, France », sur www.ecnp.eu (consulté le )
  21. « Lauréate 2018 du prix Philippe et Maria Halphen : Marion Leboyer | Lauréats | Prix et médailles | Encourager la vie scientifique », sur www.academie-sciences.fr (consulté le )
  22. « Prix Inserm 2021 : découvrez les lauréates et les lauréats ⋅ Inserm, La science pour la santé », sur Inserm (consulté le )
  23. a et b (en) « Marion Leboyer's Publons profile », sur publons.com (consulté le )
  24. « Chercheurs hautement cités : la liste des 146 chercheurs affiliés en... », sur www.aefinfo.fr (consulté le )
  25. (en) Stéphane Jamain, Hélène Quach, Catalina Betancur et Maria Råstam, « Mutations of the X-linked genes encoding neuroligins NLGN3 and NLGN4 are associated with autism », Nature Genetics, vol. 34, no 1,‎ , p. 27–29 (ISSN 1546-1718, DOI 10.1038/ng1136, lire en ligne, consulté le )
  26. « Autisme, la piste génétique », sur Institut Pasteur, (consulté le )
  27. (en) M. Leboyer, A. Malafosse, S. Boularand et D. Campion, « Tyrosine hydroxylase polymorphisms associated with manic-depressive illness », The Lancet, vol. 335, no 8699,‎ , p. 1219 (ISSN 0140-6736 et 1474-547X, PMID 1971057, DOI 10.1016/0140-6736(90)92738-4, lire en ligne, consulté le )
  28. (en) Pierre Alexis Geoffroy, Mohamed Lajnef, Frank Bellivier et Stéphane Jamain, « Genetic association study of circadian genes with seasonal pattern in bipolar disorders », Scientific Reports, vol. 5, no 1,‎ , p. 10232 (ISSN 2045-2322, DOI 10.1038/srep10232, lire en ligne, consulté le )
  29. Ryad Tamouza, Rajagopal Krishnamoorthy et Marion Leboyer, « Understanding the genetic contribution of the human leukocyte antigen system to common major psychiatric disorders in a world pandemic context », Brain, Behavior, and Immunity, vol. 91,‎ , p. 731–739 (ISSN 1090-2139, PMID 33031918, PMCID 7534661, DOI 10.1016/j.bbi.2020.09.033, lire en ligne, consulté le )
  30. « Ryad Tamouza, le "Dr House" des maladies psychiatriques », sur Notretemps.com, (consulté le )
  31. (en-GB) « Immuno-Psychiatry | SpringerLink », sur www.springer.com (consulté le )
  32. Marion Leboyer, Michael Berk, Robert H. Yolken et Ryad Tamouza, « Immuno-psychiatry: an agenda for clinical practice and innovative research », BMC medicine, vol. 14, no 1,‎ , p. 173 (ISSN 1741-7015, PMID 27788673, PMCID 5084344, DOI 10.1186/s12916-016-0712-5, lire en ligne, consulté le )
  33. J. Oliveira, A. J. Oliveira-Maia, R. Tamouza et A. S. Brown, « Infectious and immunogenetic factors in bipolar disorder », Acta Psychiatrica Scandinavica, vol. 136, no 4,‎ , p. 409–423 (ISSN 1600-0447, PMID 28832904, PMCID 7159344, DOI 10.1111/acps.12791, lire en ligne, consulté le )
  34. biniasz, « Viser l'inflammation pour combattre les maladies psychiatriques », sur Les Généralistes-CSMF, (consulté le )
  35. (en) Ryad Tamouza, Urs Meyer, Marianne Foiselle et Jean-Romain Richard, « Identification of inflammatory subgroups of schizophrenia and bipolar disorder patients with HERV-W ENV antigenemia by unsupervised cluster analysis », Translational Psychiatry, vol. 11, no 1,‎ , p. 1–8 (ISSN 2158-3188, DOI 10.1038/s41398-021-01499-0, lire en ligne, consulté le )
  36. Bernard Bioulac, Patrice Debré, Jean-Jacques Hauw, Francis Galibert, Les Biomarqueurs en Psychiatrie (lire en ligne)
  37. Pierre Ellul, Laurent Groc, Ryad Tamouza et Marion Leboyer, « The Clinical Challenge of Autoimmune Psychosis: Learning from Anti-NMDA Receptor Autoantibodies », Frontiers in Psychiatry, vol. 8,‎ , p. 54 (ISSN 1664-0640, DOI 10.3389/fpsyt.2017.00054, lire en ligne, consulté le )
  38. Julie Jézéquel, Emily M. Johansson, Julien P. Dupuis et Véronique Rogemond, « Dynamic disorganization of synaptic NMDA receptors triggered by autoantibodies from psychotic patients », Nature Communications, vol. 8, no 1,‎ , p. 1791 (ISSN 2041-1723, PMID 29176681, PMCID 5702610, DOI 10.1038/s41467-017-01700-3, lire en ligne, consulté le )
  39. J. Houenou, M. Wessa, G. Douaud et M. Leboyer, « Increased white matter connectivity in euthymic bipolar patients: diffusion tensor tractography between the subgenual cingulate and the amygdalo-hippocampal complex », Molecular Psychiatry, vol. 12, no 11,‎ , p. 1001–1010 (ISSN 1359-4184, PMID 17471288, DOI 10.1038/sj.mp.4002010, lire en ligne, consulté le )
  40. C. Laidi, M.-A. d'Albis, M. Wessa et J. Linke, « Cerebellar volume in schizophrenia and bipolar I disorder with and without psychotic features », Acta Psychiatrica Scandinavica, vol. 131, no 3,‎ , p. 223–233 (ISSN 1600-0447, PMID 25430729, PMCID 4329064, DOI 10.1111/acps.12363, lire en ligne, consulté le )
  41. Samuel Sarrazin, Cyril Poupon, Julia Linke et Michèle Wessa, « A multicenter tractography study of deep white matter tracts in bipolar I disorder: psychotic features and interhemispheric disconnectivity », JAMA psychiatry, vol. 71, no 4,‎ , p. 388–396 (ISSN 2168-6238, PMID 24522197, DOI 10.1001/jamapsychiatry.2013.4513, lire en ligne, consulté le )
  42. Samuel Sarrazin, Cyril Poupon, Ivy Uszynski et Achille Teillac, « Neuroimaging Evidence for Increased Neurite Density in Patients Taking Lithium: A Replication Study », Psychotherapy and Psychosomatics, vol. 90, no 1,‎ , p. 71–72 (ISSN 1423-0348, PMID 32388507, DOI 10.1159/000507556, lire en ligne, consulté le )
  43. « Effets du lithium sur le cerveau dans le traitement des troubles bipolaires : vers la confirmation d’un mécanisme d’action », sur www.aphp.fr (consulté le )
  44. Andrei Szöke, Thomas Charpeaud, Anne-Marie Galliot et Jeanne Vilain, « Rural-urban variation in incidence of psychosis in France: a prospective epidemiologic study in two contrasted catchment areas », BMC Psychiatry, vol. 14, no 1,‎ , p. 78 (ISSN 1471-244X, PMID 24636392, PMCID PMC3995443, DOI 10.1186/1471-244X-14-78, lire en ligne, consulté le )
  45. (en) B. Etain, M. Lajnef, A. Henrion et A. A. Dargél, « Interaction between SLC6A4 promoter variants and childhood trauma on the age at onset of bipolar disorders », Scientific Reports, vol. 5, no 1,‎ , p. 16301 (ISSN 2045-2322, DOI 10.1038/srep16301, lire en ligne, consulté le )
  46. a et b Ophélia Godin, Bruno Etain, Chantal Henry et Thierry Bougerol, « Metabolic syndrome in a French cohort of patients with bipolar disorder: results from the FACE-BD cohort », The Journal of Clinical Psychiatry, vol. 75, no 10,‎ , p. 1078–1085; quiz 1085 (ISSN 1555-2101, PMID 25373115, DOI 10.4088/JCP.14m09038, lire en ligne, consulté le )
  47. « Autisme, nouvel espoir de traitement », Paris Match,‎ (lire en ligne, consulté le )
  48. « Marion Leboyer, Grand Prix 2021 ⋅ Inserm, La science pour la santé », sur Inserm (consulté le )
  49. « Maladies mentales: agir aujourd'hui pour les plus jeunes », sur Le Huffington Post, (consulté le )
  50. « Les enjeux économiques de la santé mentale : perspectives et recherches internationales »
  51. « Coût des maladies psychiatriques en France en 2018 »
  52. a et b (en) Karine Chevreul, David McDaid, Carrie M. Farmer et Amélie Prigent, « Public and Nonprofit Funding for Research on Mental Disorders in France, the United Kingdom, and the United States », The Journal of Clinical Psychiatry, vol. 73, no 7,‎ , p. 0–0 (ISSN 0160-6689, DOI 10.4088/JCP.11r07418, lire en ligne, consulté le ).
  53. Charles Laidi, Amélie Prigent, Alice Plas et Marion Leboyer, « Factors associated with direct health care costs in schizophrenia: Results from the FACE-SZ French dataset », European Neuropsychopharmacology: The Journal of the European College of Neuropsychopharmacology, vol. 28, no 1,‎ , p. 24–36 (ISSN 1873-7862, PMID 29301707, DOI 10.1016/j.euroneuro.2017.11.020, lire en ligne, consulté le )
  54. Til Wykes, Josep Maria Haro, Stefano R. Belli et Carla Obradors-Tarragó, « Mental health research priorities for Europe », The Lancet. Psychiatry, vol. 2, no 11,‎ , p. 1036–1042 (ISSN 2215-0374, PMID 26404415, DOI 10.1016/S2215-0366(15)00332-6, lire en ligne, consulté le )
  55. "Psychiatrie : l'état d'urgence", Marion Leboyer, Pierre-Michel Llorca, (lire en ligne)
  56. Michael Berk, Marion Leboyer, Iris E. Sommer, Immuno-Psychiatry (ISBN 978-3-030-71228-0, lire en ligne)
  57. « Réinventer notre santé mentale avec la Covid-19 - Éditions Odile Jacob », sur www.odilejacob.fr (consulté le )
  58. Éric Favereau, « La maladie mentale concerne tout le monde », Libération, .
  59. Chantal Henry, Bruno Etain, Flavie Mathieu et Aurélie Raust, « A French network of bipolar expert centres: a model to close the gap between evidence-based medicine and routine practice », Journal of Affective Disorders, vol. 131, nos 1-3,‎ , p. 358–363 (ISSN 1573-2517, PMID 21144593, DOI 10.1016/j.jad.2010.11.013, lire en ligne, consulté le )
  60. F. Schürhoff, G. Fond, F. Berna et E. Bulzacka, « A National network of schizophrenia expert centres: An innovative tool to bridge the research-practice gap », European Psychiatry: The Journal of the Association of European Psychiatrists, vol. 30, no 6,‎ , p. 728–735 (ISSN 1778-3585, PMID 26072427, DOI 10.1016/j.eurpsy.2015.05.004, lire en ligne, consulté le )
  61. « InFoR-Autism (Fondation Fondamental) ».
  62. [vidéo] Disponible sur YouTube.
  63. Bilan de la loi 2005 (sur le handicap cognitif) au 11.02.2015 par l'association Autisme France
  64. Recommandations_autisme_ted_enfant_adolescent_interventions (2012-03) sur www.has-sante.fr
  65. a et b Olivia Cattan, « Autisme : les cobayes de la honte », sur Atlantico.fr (consulté le ).
  66. Eric Favereau, « Les autistes, cobayes malgré eux », sur Libération, (consulté le ).
  67. a et b « Audition du Pr Marion Leboyer - Questions », sur videos.senat.fr (consulté le ).
  68. « Stratégies antibactériennes et autisme | Fondation Autisme », sur fondation-autisme.org (consulté le )
  69. a et b DGOS, « Les projets retenus », sur Ministère des Solidarités et de la Santé, (consulté le ).
  70. (en) Kelly Smith et James J. Leyden, « Safety of doxycycline and minocycline: A systematic review », Clinical Therapeutics, vol. 27, no 9,‎ , p. 1329–1342 (ISSN 0149-2918, DOI 10.1016/j.clinthera.2005.09.005, lire en ligne, consulté le )
  71. Martina Sgritta, Sean W. Dooling, Shelly A. Buffington et Eric N. Momin, « Mechanisms Underlying Microbial-Mediated Changes in Social Behavior in Mouse Models of Autism Spectrum Disorder », Neuron, vol. 101, no 2,‎ , p. 246–259.e6 (ISSN 1097-4199, PMID 30522820, PMCID 6645363, DOI 10.1016/j.neuron.2018.11.018, lire en ligne, consulté le )
  72. (en) Dae-Wook Kang, James B. Adams, Devon M. Coleman et Elena L. Pollard, « Long-term benefit of Microbiota Transfer Therapy on autism symptoms and gut microbiota », Scientific Reports, vol. 9, no 1,‎ , p. 5821 (ISSN 2045-2322, DOI 10.1038/s41598-019-42183-0, lire en ligne, consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]