Otto Rank

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Otto Rank
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 55 ans)
New YorkVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Cimetière de Ferncliff (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Conjoint
Autres informations
Domaine
Influencé par

Otto Rank, né Otto Rosenfeld le à Vienne et mort le à New York, est un psychologue et psychanalyste autrichien. D'abord membre du premier cercle freudien, secrétaire de la Société psychanalytique de Vienne et membre du « comité secret », l'évolution de ses recherches lui vaut d'être exclu de l'Association psychanalytique internationale en 1930. Il est considéré comme un dissident du mouvement international.

Éléments biographiques[modifier | modifier le code]

Otto Rank est originaire de Vienne, issu d'une famille de la moyenne bourgeoisie juive. Fils de l’artisan d’art Simon Rosenfeld, il est contraint, dans un premier temps, de travailler lui-même comme artisan et de renoncer aux études supérieures. Il prend le nom de Rank à l'âge de dix-neuf ans, en référence au bon Dr Rank de la pièce d'Ibsen, La Maison de poupée. Il lit à vingt ans L'Interprétation du rêve de Freud et écrit un essai que le psychanalyste Alfred Adler transmet à Freud. Devenu dès lors un psychanalyste du premier cercle et, en 1906, le premier secrétaire de la Société psychanalytique de Vienne[1],[2], il est aussi l'auteur des transcriptions des minutes de la société viennoise (conférences et d'échanges), de 1906 à 1918[3].

Otto Rank (debout à gauche) fait partie du « comité secret » qui entoure Sigmund Freud à Vienne, 1922.
À partir de 1912, Otto Rank dirige la revue Imago avec Hanns Sachs.

Soutenu par Freud, il reprend des études à partir de 1908 en littérature allemande et philologie classique à l'université de Vienne, où il est reçu docteur en 1912 pour son travail Die Lohengrinsage[4]. Ses centres d'intérêt sont alors en particulier l’histoire culturelle et la mythologie, dans une perspective comparatiste. La même année, il fonde la revue Imago, avec Hanns Sachs[1]. Il s'intéressait particulièrement aux mythes, aux religions, à la philosophie. Il est l'un des sept membres du comité secret et, à ce titre, reçoit l'anneau. En 1918, il épouse Beata Rank-Minzer qui deviendra psychanalyste d'enfants.

Il est d'abord un proche de Sándor Ferenczi avec qui il codirige, à la demande de Freud, l'Internationale Zeitschrift für Psychoanalyse. Les deux hommes publient en 1923 Perspectives de la psychanalyse, consacré notamment à des questions de technique analytique[5].

En 1924, il publie Le Traumatisme de la naissance[6], s'intéresse à ce qui se trouve avant le complexe d'Œdipe et propose une vision différente de celle de la psychanalyse d'orientation freudienne[1].

Sigmund Freud l'analyse brièvement jusqu'à fin puis le rejette ; Rank se trouve exclu des cercles psychanalytiques freudiens[7].

En 1926, Rank s'installe à Paris, devenant l'analyste d'Henry Miller et d'Anaïs Nin, avec qui il a une courte liaison[8]. Il voyage en Amérique[9], où il rencontre un certain succès[10]. Il est invité notamment à la société de Rochester pour la Protection de l'enfance en danger où travaille alors Carl Rogers[11].

Il est exclu de l'Association psychanalytique internationale le [10]. En , il meurt à New York à l'âge de 55 ans[12], des suites d'une septicémie[7].

Influence et postérité : Rank avec Freud[modifier | modifier le code]

Otto Rank a rédigé deux chapitres de L'Interprétation du rêve, qui figurent dans les éditions 4-7, de 1914 à 1922, du livre de Sigmund Freud : « Traum und Dichtung » [« Rêve et poésie »] et « Traum und Mythus » [« Rêve et mythe »][13].

Dans son essai sur Le Double (1914), Otto Rank est inspiré au départ par le film de Hanns Heinz Ewers L'Étudiant de Prague (1913).

Dans L'Inquiétante Étrangeté, Freud réfère à son essai sur Le Double (Der Doppelgänger), paru en 1914 dans Imago, en relation avec le concept de narcissisme primaire [14]. À propos du thème romantique du Double traité par l'« écrivain de très vaste culture » qu'est Rank, alors inspiré au départ par un film, L'Étudiant de Prague (1913), Freud écrit en 1919 : « ces représentations ont poussé sur le terrain de l'amour illimité de soi, celui du narcissisme primaire, lequel domine la vie de l'enfant comme du primitif ; avec le dépassement de cette phase, le signe dont est affecté le double se modifie, d'assurance de survie qu'il était, il devient l'inquiétant (unheimlich) avant-coureur de la mort »[14].

Publications[modifier | modifier le code]

  • La Volonté du bonheur, Paris, Stock, 1972
  • L'Art et l'artiste : créativité et développement de la personnalité, Paris, Payot, 1998, (ISBN 2-228-89345-5)
  • Psychanalyse et sciences humaines avec Hanns Sachs, (1913), Paris, PUF, 1980, (ISBN 2-13-036435-7)
  • Le Mythe de la naissance du héros. Essai d'une interprétation psychanalytique du mythe (1909), suivi de La légende de Lohengrin, Paris, Payot, 2000
  • Une contribution au narcissisme (1911), Paris, in Topiques, 1974;
  • Don Juan et le double [« Don Juan und Der Doppelgänger »] (trad. de l'allemand par S. Lautman), Paris, Payot & Rivages, coll. « Petite bibliothèque Payot » (no 23), (1re éd. 1932, Denoël et Steele, coll. « Bibliothèque psychanalytique »), 193 p. (ISBN 2-228-89514-8, présentation en ligne, lire en ligne).
  • Volonté et psychothérapie, Paris, Payot, 2002, (ISBN 2-228-89623-3)
  • Le Traumatisme de la naissance. Influence de la vie prénatale sur l'évolution de la vie psychique individuelle et collective (1924), trad. de l'allemand par S. Jankélévitch, postface du Dr Claude Girard, Paris, Payot, coll. « Petite Bibliothèque Payot », 2002, (ISBN 2-228-89551-2)
  • Perspectives de la psychanalyse , 1924 avec Sándor Ferenczi, Paris, Payot, 1994, (ISBN 2-228-88870-2)

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Christian Jeanclaude, Freud et son héritage : Rappel des fondamentaux freudiens de la psychanalyse comme discipline indépendante, De Boeck, , 287 p. (ISBN 978-2-8041-6271-9, lire en ligne), p. 83
  2. (en)Luis A. Cordón, Freud's World: An Encyclopedia of His Life and Times, ABC-CLIO, (ISBN 9780313084416, lire en ligne), p. 389
  3. [compte rendu] Élisabeth Roudinesco, « Freud au temps des dissensions et des douleurs », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  4. (en)Andrew Koffmann, M. Grace Walters, Introduction to Psychological Theories and Psychotherapy, Oxford University Press, (ISBN 9780199398669, lire en ligne)
  5. Pierre Sabourin, Sándor Ferenczi, un pionnier de la clinique, Campagne Première, 2011, p.115.
  6. Otto Rank et S. Jankélévitch, Le Traumatisme de la naissance, République des Lettres,
  7. a et b Elisabeth Roudinesco et Michel Plon, Dictionnaire de la psychanalyse, Paris, Fayard, coll. « La Pochothèque », (1re éd. 1997), 1789 p. (ISBN 978-2-253-08854-7), « Rank Otto, né Rosenfeld (1884-1939) », p. 1294-1300.
  8. Cf. Anaïs Nin, Journal de l'amour, Le livre de poche, Paris, 2003
  9. https://www.encyclopedia.com/people/medicine/psychology-and-psychiatry-biographies/otto-rank
  10. a et b republique-des-lettres.com, « Otto Rank », republique-des-lettres.com,‎ (lire en ligne, consulté le )
  11. Cf. Carl Rogers, Autobiographie, ed. Epi, 1971, p. 45.
  12. « Mensonges freudiens: histoire d'une désinformation séculaire. » J.Bénesteau p. 49
  13. Dictionnaire international de la psychanalyse, entrée : « Rank (Rosenfeld) Otto » (Article de E. James Lieberman), p.  1456.
  14. a et b Sophie de Mijolla-Mellor, « Don Juan et Le Double », dans Dictionnaire international de la psychanalyse (dir. Alain de Mijolla), Hachette, 2005, p. 491-492.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Collectif, « Dossier Otto Rank », Le Coq-Héron, vol. 187, no 4,‎ , p. 11-79 (lire en ligne, consulté le )
  • Didier Houzel, « Traumatisme de la naissance (Le-) », dans Dictionnaire international de la psychanalyse (dir. Alain de Mijolla), Hachette, 2005, p. 1860-1861 (ISBN 201279145X).
  • René Kaës, « Mythe de la naissance du héros (Le-) », dans Dictionnaire international de la psychanalyse (dir. Alain de Mijolla), Hachette, 2005, p. 1119-1121 (ISBN 201279145X).
  • E. James Lieberman,
    • La volonté en acte. La vie et l'œuvre d'Otto Rank, 1985, Paris, PUF, 1991, (ISBN 2-13-043306-5)
    • « Rank (Rosenfeld), Otto », dans Dictionnaire international de la psychanalyse (dir. Alain de Mijolla), Hachette, 2005, p. 1455-1457 (ISBN 201279145X).
  • Lydia Marinelli et Andreas Mayer : Rêver avec Freud. L'histoire collective de 'L'Interprétation du rêve', Aubier, 2009. (ISBN 978-2-7007-0398-6) (contient « Rêve et création poétique » et « Rêve et mythe » d'Otto Rank)
  • Sophie de Mijolla-Mellor, « Don Juan et Le Double », « double (le-) », « étrangeté (sentiment d'-) » , « inquiétante étrangeté (L') », dans Dictionnaire international de la psychanalyse (dir. Alain de Mijolla), Hachette, 2005, p. 491-492, 496-497, 580-581, 860-861 (ISBN 201279145X).
  • Elisabeth Roudinesco et Michel Plon, Dictionnaire de la psychanalyse, Paris, Fayard, coll. « La Pochothèque », (1re éd. 1997), 1789 p. (ISBN 978-2-253-08854-7), « Rank Otto, né Rosenfeld (1884-1939) », p. 1294-1300.
  • Jessie Taft : Otto Rank. A biographical study based on notebooks, letters, collected writing, therapeutic achievements and personnal associations, New York, The Julian Press Inc., 1958.
  • Pamela Tytell, « Rank, Otto (1884-1939) », sur www.universalis.fr (consulté le ).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]