Samuel Le Bihan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Bihan.
Samuel Le Bihan
Description de cette image, également commentée ci-après

Samuel le Bihan au festival de Cannes 2017

Naissance (51 ans)
Avranches, Manche, France
Nationalité Drapeau : France Française
Profession Acteur
Films notables Capitaine Conan
Le Cousin
Vénus beauté (institut)
Le Pacte des loups
Mesrine : l'instinct de mort
Séries notables Alex Hugo

Samuel Le Bihan, né le à Avranches, est un acteur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance, formation et débuts[modifier | modifier le code]

Samuel Le Bihan naît à Avranches et grandit à Plougastel-Daoulas (Bretagne) dans un milieu modeste. Jeune, il s’imagine devenir artiste peintre mais, au contact d'un professeur de français, il voit naître le désir de devenir comédien[1].

C’est en accompagnant des amis au cours Florent qu’il confirme son coup de foudre pour le métier de comédien[réf. nécessaire]. Il passe un an et demi au cours Florent et enchaîne sur un stage de Commedia dell'arte qui l'amène à jouer des spectacles de rue, mélange de travail de clown et mime burlesque où se mêlent jonglage et « crachage de feu ». Ce spectacle l’installe sur le parvis du centre Georges-Pompidou et le conduit à travers l’Europe[1].

Pour enrichir cette expérience théâtrale, il décide d'apprendre les textes classiques et rejoint l’école de la rue Blanche, puis le Conservatoire national supérieur d'art dramatique (CNSAD). Au bout d’un an, il part à New York, suivre quelques cours en auditeur libre à l'Actors Studio[1].

Carrière[modifier | modifier le code]

De retour en France, Samuel Le Bihan intègre en 1994 la troupe de la Comédie-Française. Pendant quatre années, il y défend les textes de CorneilleRacineHugo, KleistFeydeau et bien d’autres. La ministre français de la Culture de l’époque, Catherine Tasca, lui remet les insignes de chevalier des Arts et Lettres.

C’est aussi à cette époque que le cinéma le découvre grâce à des réalisateurs comme Régis WargnierBertrand TavernierAlain Corneau, et Tonie Marshall. Il quitte alors la Comédie-Française, mais revient très vite au théâtre en incarnant Stanley Kowalski dans la pièce Un tramway nommé Désir, mise en scène par Philippe Adrien avec pour partenaire Caroline Cellier. Pour cette prestation, il est nommé aux Molières dans la catégorie « Jeune espoir ».

Il devient Norbert, l'officier raisonnable de Capitaine Conan, pour lequel il est nommé aux Césars, et qui marque le début de sa carrière cinématographique. Puis viennent Vénus Beauté, pour lequel il obtient le prix Jean-Gabin, et Le Pacte des loups, qui le consacrent aux yeux du public.

Sa carrière est marquée par des comédies populaires, Restons groupésJet SetTrois zéros, le cinéma d’auteur avec Catherine BreillatKrzysztof KieślowskiLaëtitia MassonÉmilie Deleuze, Anne Le Ny. Le cinéma de genre marque également son influence avec Total WesternLe Pacte des loups et Fureur, tout comme le polar avec Le Cousin.

En 2004, il collabore pour des productions américaines avec Robert De NiroHarvey KeitelKathy Bates dans The Bridge of San Luis Rey, ainsi qu'avec Andie Mac Dowell et Tim Roth dans The Last Sign.

Parallèlement, il crée sa maison de production, « Frelon productions », avec laquelle il découvre et produit les spectacles de François-Xavier Demaison dont il est également un des auteurs.

Engagements[modifier | modifier le code]

  • En 2005-2006, Samuel Le Bihan est parrain de l'opération caritative Novembre en enfance.
  • [Quand ?] il s’engage auprès de l'association Action contre la faim en tant qu’administrateur, ce qui l’amène au Darfour, au Liberia, Haïti et en Mongolie, d’où il revient à chaque fois avec des reportages écrits ou filmés expliquant l’état d’urgence. Dans le cadre de l'émission Envoyé Spécial de France 2, il part 12 jours en Mongolie en 2008 avec le photographe Richard Aujard. Il en tire un documentaire, Nomad's Land où il assure en voix off un commentaire qu'il a écrit lui-même. Ce documentaire a pour but de sensibiliser à la pauvreté de ce pays.
  • En 2014, il crée « Earthwake » avec les anciens dirigeants d’Action contre la faim : association qui a pour vocation de lutter contre le fléau des pollutions plastiques sur les continents et les océans et pour laquelle il interviendra en décembre 2015 lors de la COP 21. Lors de cette conférence TEX 2016, Samuel Le Bihan évoque la transformation de sacs plastiques en produits pétroliers en attendant l'arrivée en force des Nouvelles Énergies. [2]

Vie privée[modifier | modifier le code]

Samuel Le Bihan se marie en 2002 au mannequin Daniela Beye. Ils ont ensemble une fille, Angia, née en décembre 2011[3]. Le couple se sépare en 2015[4].

Il est également père d'un garçon, Jules, né en 1995, d'une union précédente, avec l'actrice Patricia Franchino[5].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Samuel Le Bihan au festival de Cannes 2009.

Télévision[modifier | modifier le code]

Samuel Le Bihan et Karin Viard à la cérémonie des prix Lumières 2013.
Samuel Le Bihan en 2015.

Publicité[modifier | modifier le code]

Clip[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Auteur[modifier | modifier le code]

Comédien[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Décoration[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Nathalie Simon, « Samuel Le Bihan, quelqu'un de bien », Le Figaro, encart « Le Figaro et vous », samedi 11 / dimanche 12 février 2017, page 35.
  2. https://www.youtube.com/watch?v=_tQITdfo8F8
  3. « Samuel Le Bihan papa pour la deuxième fois », France-Soir.fr, 2 janvier 2012.
  4. « Après 15 ans d'amour, Samuel Le Bihan et Daniela sont séparés », Gala.fr (consulté le 15 décembre 2016).
  5. Biographie de Samuel Le Bihan, sur Gala.fr (consulté le 23 mars 2017).
  6. Voix originale assurée par Michael Keaton.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]