Association francophone de femmes autistes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Association francophone de femmes autistes
Histoire
Fondation
Cadre
Zone d'activité
Type
association loi de 1901
Domaine d'activité
Objectif
Pays
Organisation
Fondateur
Marie Rabatel et Magali Pignard
Président
Marie Rabatel
Trésorier
Sabrina Gaudet

L′Association francophone de femmes autistes, abrégé AFFA, est une association loi de 1901 créée en 2016, et destinée aux femmes avec un trouble du spectre de l'autisme.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'AFFA est créée fin 2016 par deux femmes autistes françaises[1], Marie Rabatel et Magali Pignard[2], afin de donner de la visibilité aux femmes autistes, dont le tableau clinique peut être différent de celui des hommes[1]. L'association est présidée par Marie Rabatel[3] (originaire de Saint-André-le-Gaz[2]). En , l'AFFA publie un guide de prévention contre la manipulation mentale[4], présenté au Salon international de l'autisme de cette même année[5].

Le , Marie Rabatel participe au congrès annuel de L'Encéphale[6].

Le , l'AFFA organise la journée d'étude « Femme avant tout » à l'Assemblée nationale[7], destinée à sensibiliser au diagnostic de l'autisme féminin et à prévenir les violences sexuelles[8]. À cette occasion, les membres de l'AFFA expliquent que les femmes autistes « sont vulnérables et moins en capacité d'identifier les comportements violents et de s'en défendre », ce qui fait qu'elles « subissent encore plus fortement les violences tout au long de leur vie »[9].


Missions[modifier | modifier le code]

L'AFFA a pour mission, entre autres, de lutter contre les abus dont sont victimes les filles et femmes autistes, en particulier les abus sexuels[1]. L'association explique que 90 % des femmes autistes ont été victimes d'une agression sexuelle[9] (une autre source indiquant 88 % de violences sexuelles, dont 51 % de viols)[10].

Durant le confinement de 2020 en France, Marie Rabatel signale une nette augmentation des appels à l'association pour signalement de violences conjugales[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Magali Pignard, « AFFA - Association Francophone de Femmes Autistes, pour donner de la visibilité aux femmes/filles autistes », sur The autist, (consulté le 20 mars 2019).
  2. a et b « Son combat pour l’autisme l’amène à l’Assemblée nationale », sur www.ledauphine.com (consulté le 20 mars 2019).
  3. « Autisme : les femmes invisibles », sur elle.fr, Elle, (consulté le 20 mars 2019).
  4. Magali Pignard, « Prévenir la manipulation mentale - Guide de l'Association Francophone de Femmes Autistes », sur The autist, (consulté le 20 mars 2019).
  5. Handicap.fr, « Femmes autistes : échapper à la manipulation mentale », sur Handicap.fr (consulté le 20 mars 2019).
  6. Corinne Tutin, « Autisme : l’atteinte des jeunes filles sous-estimée », sur egora.fr, (consulté le 20 mars 2019).
  7. Cassandre Rogeret, « Autisme : les femmes disent stop au diagnostic tardif ! », sur Handicap.fr, (consulté le 21 mars 2019)
  8. « Quatre femmes autistes sur cinq seraient victimes de violences sexuelles », sur www.hospimedia.fr (consulté le 20 mars 2019).
  9. a et b Emmanuelle Dal'Secco, « Femmes handicapées : stop aux violences et stéréotypes ! », sur Handicap.fr (consulté le 20 mars 2019).
  10. « Femme et autisme : des caractéristiques spécifiques », sur Marie Claire (consulté le 21 mars 2019)
  11. « Yanous ! Espace Femmes handicapées. Toutes les violences ont un lendemain. », sur www.yanous.com (consulté le 1er mai 2020)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]