Jacques Sédat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jacques Sédat
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Activités

Jacques Sédat est un psychanalyste français, membre de la société psychanalytique Espace analytique.

Formation et parcours analytique[modifier | modifier le code]

Jacques Sédat fait des études de philosophie et de psychologie à la Sorbonne et à Paris VII. Sa formation psychanalytique se déroule à l’École freudienne de Paris (EFP) et au Quatrième Groupe. Il réalise une analyse avec François Perrier, puis devient psychanalyste en activité clinique privée en 1972[1].

En 1980, il participe, avec plusieurs psychanalystes, notamment Serge Viderman, François Roustang et Conrad Stein, à la fondation du « Collège de psychanalystes », au moment de la dissolution de l'École freudienne de Paris[2].

Il rejoint ensuite le Centre de formation et de recherches psychanalytiques (CFRP), fondé en 1982 par Maud Mannoni, Octave Mannoni et Patrick Guyomard[3], puis Espace Analytique fondé en 1994 par Maud Mannoni après la dissolution du CFRP.

Il participe à la fondation par Alain de Mijolla de l’Association internationale d'histoire de la psychanalyse (AIHP)[1], devenue en 2011 l'Association internationale Interactions de la psychanalyse (A2IP), association dont il est actuellement le vice-président.

Responsabilités éditoriales[modifier | modifier le code]

Rédacteur en chef adjoint de la revue Figures de la psychanalyse (rattachée à l'Espace analytique), il collabore à plusieurs revues psychanalytiques et généralistes, et il est membre du comité de rédaction de la revue Esprit [1]. Il a dirigé la collection « Psychanalyse » dans la « Bibliothèque des introuvables » chez Tchou. Il est l'éditeur scientifique de la nouvelle édition de Chaussée d'Antin de François Perrier chez Albin Michel.

Un lecteur de Freud[modifier | modifier le code]

Jacques Sédat est connu pour être un lecteur assidu du texte freudien : « Il a écrit sur Freud et nombreux sont ses articles sur les écrits et les concepts freudiens », estime Jean-Pierre Lehmann dans sa présentation de l'ouvrage de J. Sédat Comprendre Freud (2007, 2008)[4].

Sur Freud paru en 2000, Yves Baumstimler situait la lecture de Freud par Jacques Sédat de manière suivante : « Sédat introduit à une lecture de Freud à partir de Lacan ; on peut dire qu’il s’agit d’un retour à Freud à partir du travail de Lacan »[5].

Place de Jacques Sédat dans l'histoire du mouvement psychanalytique en France[modifier | modifier le code]

Dans la troisième partie de son Histoire de la psychanalyse en France.2 — 1925-1985, intitulée « La France freudienne dans tous ses états », au chapitre « Royaumes éclatés », Élisabeth Roudinesco brossait un portrait de Jacques Sédat comme représentant, spécialement dans la période de fonctionnement du Collège de psychanalystes, « une composante bien “française” de la psychanalyse disparue depuis la mort de Pichon ». L'historienne note que « fasciné par le corporatisme et l'esprit “intergroupe” des années 1970-1980 », Jacques Sédat « met en œuvre un programme de défense de la profession, face aux contraintes fiscales imposées par l'État ». Il a, dit-elle, « une bonne connaissance de tous les aspects du mouvement psychanalytique et n'est hostile à aucun d'eux. Aussi deviendra-t-il progressivement membre de nombreux groupes issus de la crise de la SPP et de la dissolution de l'EFP, donnant plutôt sa préférence à un antimillérisme actif »[2].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Freud, Paris, Armand Colin, 2000.
  • Comprendre Freud, Paris, Armand Colin, coll. « Cursus », 2007 (ISBN 978-2-2003-5535-7).

Travail d'édition[modifier | modifier le code]

  • François Perrier, La Chaussée d'Antin, Édition nouvelle révisée et augmentée par Jacques Sédat, Paris, Albin Michel, 1994 (ISBN 2-226-07491-0)

Contributions d'ouvrages[modifier | modifier le code]

  • (Direction) Retour à Lacan ?, Paris, Fayard, 1981.
  • Plusieurs articles dans le Dictionnaire international de la psychanalyse (dir.: A. de Mijolla), Paris, Hachette Littératures, coll. « Grand Pluriel », 2005.
  • « Ricœur, Freud et la démarche psychanalytique », in Christian Delacroix, François Dosse, Patrick Garcia (dir.), Paul Ricœur et les sciences humaines, Paris, La Découverte, 2007.
  • « Sur l'origine du transfert », in Claude Schauder (éd.), Françoise Dolto et le transfert, Érès, 2008 (ISBN 978-2749205397).
  • « Le temps à retrouver », in René Frydman & Muriel Flis-Trèves (dir.) L'irrésistible course du temps, Paris, PUF, 2011 (ISBN 978-2-13-058647-0).

Articles de revues[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Page auteur sur le site des PUF, consultée en ligne le 24.09.15
  2. a et b É. Roudinesco, Histoire de la psychanalyse en France. 2. 1925-1985, annexes, p.  613.
  3. É. Roudinesco, p. 693: sur le CFRP comme « la deuxième composante du lacanisme des années quatre-vingt », en face de « l'ECF et en rivalité absolue avec elle ».
  4. Jean-Pierre Lehmann, recension de l'ouvrage de Jacques Sédat, Comprendre Freud », Che vuoi ? 2007/2, no  28, p. 153-162.
  5. Yves Baumstimler, « Jacques Sédat : Freud », Figures de la psychanalyse, 2001/1, (no 4), p. 223-224 en ligne.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Document utilisé pour la rédaction de l’article Élisabeth Roudinesco, Histoire de la psychanalyse en France. 2 — 1925-1985, Paris, Fayard, 1994, p. 613 notamment.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]