Associations lacaniennes de psychanalyse (France)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

De nombreuses sociétés de psychanalyse d'orientation lacanienne se créent en France, à partir de 1980, date de dissolution de l'École freudienne de Paris. D'autres associations lacaniennes ont une origine indépendante plus récente.

Historique[modifier | modifier le code]

Plusieurs membres de la Société psychanalytique de Paris annoncent leur démission, lors de l'assemblée générale extraordinaire, réunie le . Il s'agit de Juliette Favez-Boutonier, Daniel Lagache et Françoise Dolto, auxquels se joint Blanche Reverchon-Jouve, signataire de leur manifeste, puis Jacques Lacan, présent dans la salle[1], et fondent la Société française de psychanalyse, dont Juliette Favez-Boutonier devient présidente.

La Société française de psychanalyse n'est pas reconnue par l'Association psychanalytique internationale (API), du fait de désaccords liés à la formation, au cadre analytique, et notamment aux « séances courtes », prônées par Lacan, et à la place prépondérante de celui-ci. L'association international exige le départ de Lacan préalablement à toute reconnaissance. Cette situation aboutit à une nouvelle scission, au sein de la Société française de psychanalyse cette fois, en 1964. Une nouvelle société, d'abord connue sous l'intitulé de « Groupe d’études et de recherches freudiennes », puis instituée en 1964 sous son nom actuel d'Association psychanalytique de France, se constitue, et demande son rattachement à l'Association psychanalytique internationale, qu'elle obtient, sans désormais revendiquer une allégeance lacanienne.

Les opposants à ce ralliement à l'association internationale se réunissent quant à eux dans le « Groupe d’études de la psychanalyse », puis ils rejoignent l'École freudienne de Paris fondée par Jacques Lacan en 1964, en remplacement de Société française de psychanalyse[2]. La psychanalyse est représentée en France par trois écoles de psychanalayse, la Société psychanalytique de Paris, l'Association psychanalytique de France, toutes les deux non-lacanienne, et l'École freudienne de Paris, d'obédience lacanienne, jusqu'en 1969, où une quatrième association, le Quatrième Groupe, association non-lacanienne les rejoint.

La dissolution de l'École freudienne de Paris, en 1980, fragmente à nouveau l'univers lacanien, qui continue à essaimer en de nouvelles associations lacaniennes. Un certain nombre de ces associations et instituts de formation sont directement issus de l'École freudienne de Paris, tandis que d'autres écoles lacaniennes ont une origine indépendante. Ces associations sont toutes freudiennes d'inspiration lacanienne.

Article détaillé : Jacques Lacan.

Les écoles et sociétés issues de l'École freudienne de Paris[modifier | modifier le code]

À la mort de Jacques Lacan, en 1981, les courants se sont multipliés.

Groupe Date de création Date de dissolution Fondateurs Site officiel Commentaires
École freudienne de Paris 1964 1980 Jacques Lacan _ Dissolution pour cause de mouvements divergents internes.
Cause freudienne 1980, école jamais créée pour cause de dissensions entre Jacques-Alain Miller, qui créa l'École de la cause freudienne, et Charles Melman, qui créa l'Association lacanienne internationale
École de la cause freudienne 1981 Toujours en activité Jacques-Alain Miller ECF Issue de la dissolution de l’école freudienne de Paris
Cercle freudien 1981 Toujours en activité Michèle Abbaye, Olivier Grignon, Jacques Hassoun, Pascale Hassoun et Claude Rabant Cercle freudien
Fédération des ateliers de psychanalyse 1982 Toujours en activité Pierre Delaunay, Michel Guibal, Lucien Mélèse, Radmila Zygouris FAP
Centre de formation et de recherches psychanalytiques 1982 1993 Octave Mannoni, Maud Mannoni et Patrick Guyomard _
Cartels constituants de l'analyse freudienne 1983 Toujours en activité Collectif CCAF
École lacanienne de psychanalyse 1985 Toujours en activité Collectif ELP
Association lacanienne internationale 1982 Toujours en activité Charles Melman, Marcel Czermak, Claude Dorgeuille, Jean Bergès et quelques autres ALI
Espace analytique 1994 Toujours en activité Maud Mannoni EA Issue de la dissolution du Centre de formation et de recherches psychanalytiques
Société de psychanalyse freudienne 1994 Toujours en activité Patrick Guyomard SPF
École de psychanalyse du champ lacanien 1998 Toujours en activité EPFCL Scission avec l’École de la cause freudienne
Association de psychanalyse Jacques Lacan 2002 Dissoute Pierre Bruno, Isabelle Morin, Marie-Jean Sauret APJL Scission avec l'École de psychanalyse du champ lacanien

Écoles et sociétés lacaniennes non-issues directement de scissions[modifier | modifier le code]

Groupe Date de création Date de dissolution Fondateurs Site officiel
Fédération freudienne de psychanalyse 1996 - Dr Jean-Louis Andréani, Marie-Hélène Bougrain-Dubourg, Éric Ruffiat FFDP
Fédération européenne de psychanalyse et l'école psychanalytique de Strasbourg 2000 - FEDEPSY
Instance 2002 - Instance
Institut des hautes études en psychanalyse 2003 - René Major IHEP
Le Pari de Lacan 2017 - Créé par d'anciens membres de l'APJL Le Pari de Lacan

Synthèse graphique[modifier | modifier le code]

Cliquez sur l'image pour l'agrandir.

Schéma indiquant les fondations, scissions et relations d'associations de psychanalyse.
Le mouvement psychanalytique en France, entre 1926 et 2006.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Alain de Mijolla, La France et Freud. Tome 1 Une pénible renaissance, Puf, 2012, p. 500.
  2. Mijolla 2012.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]