Sophie de Mijolla-Mellor

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mellor et Mijolla.
Sophie de Mijolla-Mellor
Sophie de Mijolla.jpg
Sophie de Mijolla-Mellor en 2019.
Fonctions
Directrice
École doctorale Recherches en psychanalyse et psychopathologie (d)
jusqu'en
Présidente
Association internationale Interactions de la psychanalyse
depuis
Présidente
Association internationale d'histoire de la psychanalyse
-
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Membre de

Sophie de Mijolla-Mellor est une philosophe et psychanalyste française, professeure émérite de psychopathologie et psychanalyse de l'université Paris-Diderot. Membre du Quatrième Groupe, elle est cofondatrice et présidente de l'Association internationale Interactions de la psychanalyse (A2IP) et directrice de la revue Topique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Sophie de Mijolla-Mellor, née en 1946, est agrégée de philosophie en 1970. Elle s'oriente progressivement vers la psychanalyse et se forme à la recherche universitaire avec Jean Laplanche qui a dirigé sa thèse d'État intitulée Psychanalyse et plaisir de la pensée. L'évolution de la notion de sublimation dans l’œuvre de Freud en 1986[1]. Sa formation analytique se fait avec la psychanalyste Piera Aulagnier[2].

Professeur émérite et directrice de recherches à l’UFR de S.H.C. de l’université Paris-Diderot[3], elle a été directrice de l’école doctorale « Recherches en psychanalyse » [4] et directrice de l’unité de recherche « Interactions de la psychanalyse »[5], actuellement rattachée au Laboratoire de Psychanalyse, puis au CRPMS[6] à l'université Paris-Diderot.

Sophie de Mijolla-Mellor est membre de l'organisation psychanalytique Quatrième Groupe.

Activité éditoriales et scientifiques[modifier | modifier le code]

Elle est co-fondatrice, avec Paul-Laurent Assoun, de la revue Recherches en psychanalyse[7], publiée avec le concours de l'école doctorale « Recherches en psychanalyse et psychopathologie »[8]. Elle est codirectrice de la revue Topique depuis 1991.

D'abord secrétaire scientifique de l’Association internationale d'histoire de la psychanalyse (AIHP) (1985-2005) créée par Alain de Mijolla, elle en est devenue la présidente à partir de 2005. Avec l'introduction de la notion d'« interactions de la psychanalyse », cette association est devenue, en 2011 et sous son impulsion, l'Association internationale Interactions de la psychanalyse (A2IP)[9].

Elle fait partie, avec Bernard Golse et Roger Perron, du comité éditorial du Dictionnaire international de la psychanalyse, dirigé par Alain de Mijolla[10] et elle est l'auteure de nombreuses entrées de ce dictionnaire.

Publications[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Le plaisir de pensée, Paris, PUF, 1992.
  • Penser la psychose, Paris, Dunod, 1998.
  • Le besoin de savoir, Paris, Dunod, 2002.
  • Le besoin de croire, Paris, Dunod, 2004.
  • Un divan pour Agatha Christie, Le Bouscat, L'Esprit du temps, 2006.
  • L'enfant lecteur de la comtesse de Ségur à Harry Potter, les raisons du succès, Paris, Bayard, 2006.
  • La paranoïa, Paris, PUF, 2007.
  • Le choix de la sublimation, Paris, PUF, 2009.
  • La mort donnée. Essai de psychanalyse sur le meurtre et la guerre, Paris, PUF, 2011.
  • La sublimation, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », no 3727 (ISBN 9782130606727).
  • Les arrogants, Paris, Dunod, 2017 (ISBN 978-2-10-076126-5).

Direction d'ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Les Femmes dans l'histoire de la psychanalyse, L'Esprit du temps, 1999, coll. « Perspectives Psychanalytiques » (ISBN 9782913062085).
  • Traité de la sublimation, Paris, PUF, 2012.

Articles et chapitres de livres (sélection)[modifier | modifier le code]

  • « Le fantasme de Pygmalion », p. 7-26, Topique, 2008/3, no 104.
  • « Le doute et la croyance », p. 95-104, Nouvelle revue de psychosociologie, 2013/2, no 16, «Croyance et persuasion».
  • « Le fantasme de la mère cruelle », Cliniques méditerranéennes, 2013/2, no 88, p. 123-130.
  • « Humour et sublimation », Champ psy, 2015/1, no 67, p. 93-102.
  • « Mythes magico-sexuels et souvenirs d’enfance », Topique, 2015/1, no 130, p. 55-61.
  • « L'évolution de la pratique psychanalytique avec les patients psychotiques », in Alain de Mijolla, Évolution de la pratique psychanalytique, L'Esprit du Temps, 2001, coll. « Perspectives Psychanalytiques » (ISBN 9782913062511) p. 117-133.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Thèse d'État, notice du Sudoc.
  2. [1]
  3. Notice sur le site du CRPMS, consultée en ligne le 17.12.15.
  4. [2]
  5. [3]
  6. Voir Page sur le site du CRPMS
  7. Sophie de Mijolla-Mellor, « La recherche en psychanalyse à l’Université »
  8. Jean Laplanche, « Pour la psychanalyse à l’Université », Recherches en psychanalyse, no 1,‎ , p. 9-13 (ISBN 2847950303, lire en ligne)
  9. Fiche auteur / PUF: [lire en ligne]
  10. Alain de Mijolla (dir.), Dictionnaire international de la psychanalyse 1. A/L. et 2. M/Z, Calmann-Lévy, 2002, (ISBN 2-7021-2530-1).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]