Principe de plaisir

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le principe de plaisir est un concept central en psychanalyse, opposé au principe de réalité.

Origine du concept[modifier | modifier le code]

Élaboré par Gustav Fechner (Lustprinzip en 1845), il fut emprunté en 1900 par Sigmund Freud.

Neurones et plaisir[modifier | modifier le code]

Freud est d'abord neurologue. Le principe du neurone qui transmet, afin de retrouver un état de repos, son activation aux neurones auxquels il est connecté est connu. Le neurone tend à perdre son excitation.

Ce principe neuronal sera, dès avant la naissance de la psychanalyse, associé à la recherche du plaisir.

Néanmoins, Freud renonce à ce modèle cérébral pour s'intéresser à l'appareil psychique, fondant une métapsychologie. Dans l'Interprétation des rêves, il considère une tendance de l'être humain à fuir la pulsion, énergie psychique, ou à vouloir s'en décharger.

Plaisir, réalité et compulsion[modifier | modifier le code]

L'Interprétation du rêve sera le moment d'opposer le principe de plaisir au principe de réalité, caractérisant la conscience (voir : Première topique), permettant à la décharge d'être ajournée.

En 1920, à partir d'Au-delà du principe de plaisir, Freud créera une pulsion de mort, élaborera une seconde topique et le principe de plaisir se verra remanié.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Université du Québec, Bibliothèque numérique [1] Freud, Au-delà du principe de plaisir (1920)