Principe de plaisir

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la psychanalyse
Cet article est une ébauche concernant la psychanalyse.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Le principe de plaisir est un concept central en psychanalyse, opposé au principe de réalité.

Origine du concept[modifier | modifier le code]

Élaboré par Gustav Fechner (Lustprinzip en 1845), il fut emprunté en 1900 par Sigmund Freud,

Neurones et plaisir[modifier | modifier le code]

Freud est d'abord neurologue. Le principe du neurone qui transmet, afin de retrouver un état de repos, son activation aux neurones auxquels il est connecté est connu. Le neurone tend à perdre son excitation.

Ce principe neuronal sera, dès avant la naissance de la psychanalyse, associé à la recherche du plaisir.

Néanmoins, Freud renonce à ce modèle cérébral pour s'intéresser à l'appareil psychique, fondant une métapsychologie. Dans l'Interprétation des rêves, il considère une tendance de l'être humain à fuir la pulsion, énergie psychique, ou à vouloir s'en décharger.

Plaisir, réalité et compulsion[modifier | modifier le code]

L'Interprétation des rêves sera le moment d'opposer le principe de plaisir au principe de réalité, caractérisant la conscience (voir : Première topique), permettant à la décharge d'être ajournée.

En 1920, à partir d'Au-delà du principe de plaisir Freud créera une pulsion de mort, élaborera une seconde topique et le principe de plaisir se verra remanié.

Voir aussi[modifier | modifier le code]