Association psychanalytique de France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir APF.
Association psychanalytique de France
Image illustrative de l'article Association psychanalytique de France
Fondation
Discipline Psychanalyse
Pays Drapeau de la France France
Ville Paris
Adresse 24, place Dauphine
Langue Français
Fondateur Daniel Lagache
Juliette Favez-Boutonier
Georges Favez
Wladimir Granoff
Président Léopoldo Bleger
Publications L'Annuel de l'APF
Affiliation Association psychanalytique internationale
Site web Site officiel

L'Association psychanalytique de France, créée le , est une école de pensée de la psychanalyse, dont l'objet est de participer aux recherches en psychanalyse et à la formation de psychanalystes.

Histoire[modifier | modifier le code]

Lorsque la Société française de psychanalyse demanda en 1959 sa reconnaissance officielle et son affiliation à l'Association psychanalytique internationale, l’API exigea pour cela la mise à l'écart de Jacques Lacan en tant que didacticien. Deux courants de la Société française de psychanalyse s'opposèrent alors : un courant, devenu majoritaire à la SFP en novembre 1963, était animé par Daniel Lagache, Juliette Favez-Boutonier, Georges Favez, Wladimir Granoff, Didier Anzieu, René Pujol et les cinq « motionnaires » de juillet 1963 (Jean-Louis Lang, Jean Laplanche, Jean-Bertrand Pontalis, Victor Smirnoff et Daniel Widlöcher), tandis qu'un deuxième courant, devenu minoritaire, réunissait les partisans de Jacques Lacan.

D'autres raisons peuvent expliquer la création de l’APF : au-delà des événements intervenus au sein de la SFP, des conflits institutionnels ou des rivalités personnelles, des questions doctrinales, concernant la formation des candidats existaient. Jean-Louis Lang a écrit à ce propos : « La "formation" à l’APF constitue l’une de ses originalités majeures […] On peut les résumer ainsi : suppression de l’analyse dite "didactique" sous contrôle institutionnel et suppression du collège des "didacticiens" ; séparation complète entre les instances institutionnelles et l’analyse personnelle […] La validation des cures contrôlées est prononcée par les membres du Comité de formation […] L’homologation du cursus (y compris la participation aux enseignements) est du ressort du collège des titulaires, le candidat est alors appelé à présenter un mémoire afin d’accéder au sociétariat, lequel est soumis au vote des titulaires[1]. »

L’Association psychanalytique de France a pu être considérée comme tenant une position centriste entre celles de la Société psychanalytique de Paris et les pratiques - hétérodoxes par rapport aux pratiques codifiées du temps de Sigmund Freud et admises par l'Association psychanalytique internationale - de Jacques Lacan, notamment la durée variable des séances[2].

Activités scientifiques[modifier | modifier le code]

Les activités scientifiques de l’APF concernent des groupes de recherche, colloques et réunions, journées ouvertes, conférences scientifiques du Mardi, débats scientifiques du Samedi et les « Entretiens de Vaucresson ». Ceux-ci se déroulent deux week-ends par an, en juin et décembre : les samedis, un débat ouvert aux participants suit la conférence du matin et de l’après-midi ; les dimanches matin, une nouvelle conférence donne lieu à de nouvelles discussions.

Parfois, les journées tournent autour d’un thème bien précis, comme : « Qu’appelle-t-on processus psychanalytique ? »[3], ou alors « Histoire et destin dans la Psychanalyse »[4].

Publications[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Louis Lang, l'AFP, cliquer sur Histoire, page visitée le 19 juin 2012
  2. Cf. Alain de Mijolla, Freud et la France, 1885-1945, Presses universitaires de France, 2010 (ISBN 2130545157).
  3. Lore Schacht et Jean-Claude Rolland, in Documents & Débats, Bulletin intérieur de l’APF, No 45, avril 1966.
  4. Laurence Khan, in Documents & Débats, Bulletin intérieur de l’APF, no 47, avril 1997, p. 33-45.
  5. Revue penser/rêver (2002-2015)[1].
  6. L'Annuel de l'APF, consulté en ligne le 28 septembre 2014).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]