Arthur Arnould

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Arthur Arnould
Image dans Infobox.
Fonction
Q4011172
4e arrondissement de Paris
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 62 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Pseudonymes
Arthur Matthey, A. MattheyVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Conjoint
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Influencé par

Arthur Arnould (aussi connu sous le pseudonyme de Arthur Matthey), né le à Dieuze (Meurthe) et mort le à Paris, est un ancien employé de l’Assistance publique, écrivain et journaliste libertaire français. Il participe activement à la Commune de Paris et est un membre actif de la Première Internationale (Association internationale des travailleurs)[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Arnould naît dans une famille aisée et intellectuelle. Son père, Edmond Arnould, était professeur au Collège de France.

Après une courte carrière administrative à la préfecture de la Seine, Arthur Arnould, devient journaliste d'opposition au Second Empire. Il fut aussi théosophe et martiniste[2].

D'abord secrétaire de rédaction à la Revue nationale puis rédacteur à la Revue moderne, il a publié des articles sur différents auteurs, notamment sur Edgard Poe. Il débuta en politique dans l'Opinion nationale et dans L'Époque, où il fait l'objet d'une condamnation à la suite d'un article, « La foire aux sottises », dans lequel il avait critiqué sans ménagement les sergents de ville parisiens[3]. Il fonde le Journal du peuple avec Louis Noir et quelques autres rédacteurs de la Marseillaise. Il écrit aussi dans l'Avant-Garde.

Après la proclamation de la République, le , il est nommé adjoint au maire du IVe arrondissement. Le , il est élu au Conseil de la Commune par le IVe et le VIIe arrondissements, avec 8 608 voix. Il est d'abord membre de la Commission des Relations extérieures, puis de celle du Travail et de l'Echange (), puis des Subsistances () et enfin de l'Enseignement (). Le il est chargé du Journal Officiel de la Commune. De tendance proudhonienne et anarchisante, il appartient à la minorité du Conseil et vote contre la création du Comité de Salut public. Il demande à ce que les séances du conseil soient aussi publiques que possible, que les rapports militaires soient affichés et que le secret soit supprimé.

D'après Paul Delion (auteur des Membres de la Commune et du Comité central en 1871), Arthur Arnould était très isolé au sein du Conseil, à la fois traité d'aristocrate à cause de sa mise soignée et de réactionnaire à cause de ses protestations.

Après la Semaine sanglante, il se réfugie en Suisse et ne revient en France qu'après l'amnistie de 1880.

Il a écrit L'État et la Révolution (1877), une Histoire populaire et parlementaire de la Commune de Paris, éditée en 1878 à Bruxelles par Henry Kistemaeckers, et quelques romans sous le pseudonyme d'Arthur Matthey, Matthey du nom de sa première épouse.

En 1890, il épouse l'artiste Delphine de Cool.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Œuvres sur la Commune de Paris :

  • Arthur Arnould (préf. Bernard Noël), Histoire populaire et parlementaire de la Commune de Paris, Paris, Klincksieck, coll. « Critique de la Politique », (lire en ligne).
  • Arthur Arnould (préf. Bernard Noël), L'État et la révolution, Lyon, Jacques-Marie Laffont et associés, .
  • Gustave Lefrançais et Arthur Arnould (préf. Marc Vuilleumier), Souvenirs de deux communards réfugiés à Genève, 1871-1873, Genève, Collège du travail, .

Romans sous le pseudonyme d'Arthur Matthey :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dictionnaire des anarchistes (lire en ligne).
  2. Richard Raczynski, Un dictionnaire du Martinisme, Paris, Dualpha éditions, , p. 57.
  3. Le Constitutionnel, , p. 3.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notices biographiques[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]