Gaetano Manfredonia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Gaetano Manfredonia
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activité

Gaetano Manfredonia, né en 1957 à Foggia, est un historien italien spécialiste du mouvement ouvrier et libertaire en Italie et en France[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Titulaire d'un doctorat d'histoire contemporaine avec une thèse de troisième cycle intitulée L'Individualisme anarchiste en France, 1880-1914 sous la direction de Raoul Girardet (1984) puis une nouvelle thèse (nouveau régime), également sous la direction de Girardet, intitulée Études sur le mouvement anarchiste en France (1990[2]), Gaetano Manfredonia est l'auteur de plusieurs travaux de recherche et d'ouvrages sur l'histoire des courants libertaires en Italie et en France.

Après la thèse pionnière de Jean Maitron sur « Le mouvement anarchiste en France », Manfredonia renouvelle l'historiographie du mouvement anarchiste français notamment par sa collaboration à l'ouvrage collectif « L'histoire des gauches », ou encore par son livre « Anarchisme et changement social. » Dans ce dernier ouvrage, après avoir proposé une nouvelle typologie de l'anarchie, il entreprend une relecture de l'histoire du mouvement anarchiste. Il dégage ainsi trois « idéaux-types » du changement social chez l'anarchiste : insurrectionnel, syndicaliste ou éducationniste-réalisateur.

Le premier, « insurrectionnel », englobe autant les mouvements organisés que les individualistes qui veulent détruire le système autoritaire avant de construire, qu’ils soient bakouniniens, stirnerien ou partisans de la propagande par le fait.

Le second, « syndicaliste », vise à faire du syndicat et de la classe ouvrière, les principaux artisans tant du renversement de la société actuelle, que les créateurs de la société future. Son expression la plus aboutie est sans doute la Confédération nationale du travail pendant la révolution sociale espagnole de 1936.

Le troisième est « éducationniste réalisateur » dans le sens où les anarchistes privilégient la préparation de tout changement radical par une éducation libertaire, une culture formatrice, des essais de vie communautaires, la pratique de l'autogestion et de l'égalité des sexes, etc.

Ce modèle est proche du gradualisme d'Errico Malatesta et renoue avec « l’évolutionnisme » d'Élisée Reclus.

Il est actuellement conservateur des bibliothèques territoriales et directeur de la Bibliothèque départementale de prêt de la Corrèze après avoir été élève conservateur à l'Enssib et professeur de Sciences économiques[3].

En 2016, il participe au documentaire Ni dieu ni maître, une histoire de l’anarchisme.

Publications[modifier | modifier le code]

Participation à des ouvrages collectifs[modifier | modifier le code]

Articles[modifier | modifier le code]

Radio[modifier | modifier le code]

  • Jean Lebrun, Gaetano Manfredonia, Les anarchistes et l'écologie, La marche de l'histoire, France Inter, 16 février 2015, écouter en ligne.

Sources[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Julie Clarini, Claude Pennetier : « Dans la tradition anarchiste, une attention portée à l’individu », Le Monde, 3 juin 2015,lire en ligne.
  2. « Thèses », sur anarlivres.free.fr (consulté le 4 février 2016)
  3. Gaetano Manfredonia, nouveau directeur de la BDP de la Corrèze, mardi 1er septembre 2009, www.adbdp.asso.fr