Charles Amouroux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Charles Amouroux
Charles Amouroux.jpg

Portrait de Charles Amouroux.

Fonction
Député
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 41 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Lieu de travail
Activités
Autres informations
Membre de
Arme
Lieu de détention
Médaillon de Charles Amouroux par Jules Dalou.

Charles Amouroux est né à Chalabre (Aude) le et mort le à Paris (XXe arrondissement)[1]. C'est une personnalité de la Commune de Paris.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ouvrier chapelier, il fréquente les réunions publiques et se fait remarquer par son discours audacieux dans la période électorale de 1869. Il parvient ainsi à une véritable célébrité dans les faubourgs. Opposant syndicaliste actif au Second Empire, il va faire l"objet de quatre condamnations successives pour insultes à l'empereur. Menacé d'une cinquième condamnation, il est contraint à s'exiler en Belgique et s'installe à Bruxelles en 1870. Là, il se lie avec des membres de l'Internationale.

Il revient en France près l'amnistie. Il fait partie des compagnies de marche pendant le siège et obtient une mention de bravoure dans le "Rappel". Il se porte candidat aux élections du 8 février mais il n'obtint que 28.777 voix.

Après la proclamation de la République, le 4 septembre 1870, il est membre de la Garde Nationale et est élu à son Comité central. Il est membre de l'Association internationale des travailleurs. Il est élu au Conseil de la Commune par le IVe arrondissement aux élections du 26 mars par 8.150 voix.

Il déclara qu'un seul journal devait paraître : l'Officiel, et " Nous sommes en révolution, agissons en révolutionnaires." Il vote pour le Comité de Salut public en disant "N'ayons pas peur des mots". Le 17 mai, lors de la séance où Urbain demanda que dix otages soient fusillés par jour, il appuya la proposition par un " je suis d'avis qu'on use de représailles". Il fait partie du tribunal qui condamna à mort Thiébault aux Hautes-Bruyères. Il proposa de donner 600 francs au femmes - légitimes ou non - des gardes nationaux tombés au combat.

Il est nommé secrétaire du Conseil mais maitrisant mal l'écriture, il doit se faire adjoindre un co-secrétaire. Ensuite il fut chargé des Relations extérieures. En cette qualité, il accomplit des missions à Lyon, Saint-Étienne, Marseille et Toulouse. Les Versaillais l'arrêtent le 21 mai, mais il réussit à s'évader du ponton en rade de Brest. Repris, il est condamné, en juin 1872, aux travaux forcés à perpétuité et déporté en Nouvelle-Calédonie.

En 1878, il participe à la répression de la révolte des Canaques et est gracié en mai 1880. Revenu en France, il devient journaliste au Mot d'Ordre puis au Radical. En 1881, il est élu conseiller municipal du quartier de Charonne à Paris. En mai 1885, il est élu député d'extrême-gauche par le département de la Loire. Il meurt de phtisie quelques semaines après. Il est enterré au Cimetière du Père-Lachaise à Paris dans la 76e division, le sculpteur Jules Dalou est chargé de réaliser le médaillon de bronze qui orne sa sépulture.

Hommage[modifier | modifier le code]

Sa ville natale a donné son nom à une place et la ville d'Évry à un square.

Références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Archives de Paris, État-civil numérisé du XXe arrondissement, registre des décès de l'année 1885, acte no 2179.

Sources[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :