Michel Bounan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Michel Bounan
Naissance
Créteil (France)
Décès (à 77 ans)
Paris (France)
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture Français
Genres
Critique sociale

Œuvres principales

  • Le Temps du Sida, 1990
  • La Vie innommable, 1993
  • L'Art de Céline et son Temps, 1997
  • Logique du terrorisme, 2003
  • La Folle histoire du monde, 2006

Michel Bounan, né le à Créteil et mort le à Paris, est un médecin homéopathe et essayiste français proche de la critique situationniste. Un temps médecin de Guy Debord[1], il a entretenu une correspondance avec lui dans les années 1990.

Origine du sida[modifier | modifier le code]

En 1990, dans son livre Le Temps du sida, Michel Bounan émet une hypothèse qui lierait le sida aux conditions sociales engendrées par l'économie marchande moderne et au rôle des cofacteurs environnementaux dans le développement de cette maladie[2]. Selon lui, les continuelles agressions physiques et psychologiques par de nombreuses pollutions chimiques et produits médicaux, les vaccinations dans les pays du tiers monde, compromettraient les défenses naturelles du corps[3]. Cette théorie se rattache aux autres théories liées à la contestation de la responsabilité du VIH dans le sida.

L'Art de Céline et son temps[modifier | modifier le code]

En 1997, Michel Bounan publie L'Art de Céline et son temps, où il défend l'idée selon laquelle Louis-Ferdinand Céline était un agent provocateur déguisé en libertaire au service de l'ordre établi. Pour Bounan, l'antisémitisme de Céline, comme auparavant les Protocoles des sages de Sion, est une entreprise de manipulation visant à détourner l'agitation révolutionnaire qui menace l'édifice social vers une cible neutre, les juifs[4],[5].

Logique du terrorisme[modifier | modifier le code]

Logique du terrorisme, publié en 2003, retrace l'histoire du terrorisme[6] en reprenant certaines thèses de Guy Debord et Gianfranco Sanguinetti sur le sujet. Michel Bounan décrit le système mafieux de l'Italie du 19e siècle, qui pratiquait le terrorisme contre des cibles qui refusaient de se soumettre, tout en leur proposant des services de protection contre le terrorisme. Il étend cette analyse aux gouvernements qui, pour défendre leur existence contre leurs populations hostiles, instrumentalisent le terrorisme et instaurent des lois répressives contre leurs populations sous couvert de protection contre ce terrorisme. Sans nier l'existence des terroristes, il examine comment les gouvernements les ont armés et médiatisés au cours des 19e et 20e siècle[7]. Dans cet ouvrage, Michel Bounan conteste la version couramment retenue sur le déroulement des attentats du 11 septembre 2001 - ainsi écrit-il page 19 :

Les services de renseignement américains, qui prétendaient tout ignorer de l'attentat, étaient si bien avertis dans les heures qui ont suivi, qu'ils pouvaient nommer les responsables et les exécutants, diffuser des comptes rendus de communications téléphoniques et des numéros de carte de crédit. Cette imprudence était à la dimension du crime et plusieurs ouvrages ont été publiés affirmant cette fois que le plus monstrueux attentat terroriste de l'histoire civile avait été tout bonnement fomenté et exécuté par les services secrets américains[8].

Plus loin, pages 51 et suivantes, relayant les thèses d'autres observateurs, parmi lesquels Thierry Meyssan, il énonce une liste d'invraisemblances et incohérences de l'histoire officielle. Ainsi il insinue que les avions détournés pour l'attentat auraient pu être détournés aisément grâce à la technologie dite "global hawk", mise au point et détenue par la défense américaine, technologie qui permet de prendre le contrôle d'un appareil en vol, et de la téléguider[9].

La Folle histoire du monde[modifier | modifier le code]

En 2006, Michel Bounan publie La Folle histoire du monde. Il y expose la thèse selon laquelle l'histoire de l'humanité ne consiste pas uniquement dans celle de son développement technique ou de ses "progrès" en tous genres, ni même dans celle de ses institutions et de ses révolutions. L'histoire de l'humanité serait aussi l'histoire des folies collectives qui ont permis ce développement et ces institutions.

L'Or du temps[modifier | modifier le code]

En , Michel Bounan publie L'Or du temps[10].

Publications[modifier | modifier le code]

Tous les livres de Michel Bounan ont été publiés par les Éditions Allia.

Correspondance[modifier | modifier le code]

  • Les lettres que Guy Debord adressa à Michel Bounan sont réunies dans le volume 7 de la Correspondance de Debord (Fayard, 2008).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La folle histoire du docteur Bounan, culturalgangbang.com, 1er septembre 2006
  2. www.riquet.fr, « Editions Allia - Livres : Notes - Le Temps du sida », sur www.editions-allia.com (consulté le )
  3. Michèle Bernstein, Le sida de Pinocchio, Libération, 1990
  4. El arte de Céline y su tiempo, revistadeletras.net, 6 décembre 2012
  5. Céline et la fausse innocence, Diagonal, 29 octobre 2012
  6. « Bounan s’en va-t-en guerre | Technikart », Technikart,‎ (lire en ligne, consulté le )
  7. « Erudit.org - "Fragments d'un discours belliqueux" - recension par Gil Anidjar », sur www.editions-allia.com, (consulté le )
  8. Logique du terrorisme, éditions Allia, 2003, p. 19
  9. Logique du terrorisme, éditions Allia, 2003, p. 52
  10. Henri de Montety, « L'Or du temps », La Revue des Deux mondes,‎ (lire en ligne)
  11. Denis Lambert, « Michel Bounan - L'impensable, l'indicible, l'innommable - Chro », Chro,‎ (lire en ligne, consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :