Maxime Lisbonne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Maxime Lisbonne
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 66 ans)
La Ferté-AlaisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Membre de
Arme
Conflits
Condamnation
Lieu de détention

Maxime Lisbonne, né le à Paris et mort le à La Ferté-Alais, est un militaire, homme politique et journaliste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Engagé dans la marine à l'âge de 15 ans[1], il participe à la Guerre de Crimée puis il devient chasseur à pied et ensuite zouave. Son engagement terminé, il se lance dans le théâtre et devient directeur de la salle les Folies Saint-Antoine, mais il fait faillite en 1868. Il devient alors agent d'assurance.

Pendant le siège de Paris par les Prussiens, il est élu capitaine du 24e bataillon de la Garde nationale, avec lequel il participe au combat de Buzenval en . Dès le , comme délégué du 10e arrondissement, il est membre du comité central de la Garde nationale. Le , avec Eugène Protot et Paul Antoine Brunel, il dirige la manifestation contre la mairie du 1er arrondissement. Le , il est élu chef de la Xe légion de la Garde nationale. Le 1er mai, il est nommé lieutenant-colonel et prend le commandement des fortifications parisiennes entre le Point-du-Jour et la porte de Versailles. Devenu colonel, il porte un costume étrange : grandes bottes à retroussis, tunique à large parements rouges, éperons à l'orientale, laissant trainer son sabre sur le pavé[2]. Pendant la Semaine sanglante, il organise la défense du Panthéon et du Château-d'Eau. Le , sur la barricade de la rue Amelot[3], il est blessé à la cuisse et transporté dans une voiture à bras à l'ambulance de Saint-Mandé, où il est amputé. Arrêté par les soldats prussiens qui le livrent aux Versaillais[1], il est torturé et passe le devant le conseil de guerre, qui le condamne à la peine de mort ; mais un second conseil, en , commue la sentence en travaux forcés en Nouvelle-Calédonie. Il purge sa peine sur l'île de Nou[4].

Après l'amnistie de 1880, il revient en France et reprend ses activités théâtrales aux Bouffes du Nord. Il se lance dans le journalisme avec L'Ami du peuple, où il prône la révolution sociale. Il ouvre différents cabarets, La Taverne du Bagne, Le Casino des Concierges, Le Ministère des Contributions directes et Le Concert Lisbonne (ancien Divan japonais)[réf. nécessaire]. Situé boulevard de Clichy à Paris, La Taverne du Bagne, dont les portes sont des grilles et où les garçons sont déguisés en bagnards traînant la chaîne, est « représentative du Paris des cabarets » et « fréquentée par les anciens communards comme par la bonne société parisienne »[4]. Toujours militant républicain et socialiste, il ponctue les soirées de ses courtes interventions dans lesquelles il fait « l’éloge de la Commune avec un ton léger, mais non sans profondeur[1]. »

Ruiné, il termine sa vie comme débitant de tabac à La Ferté-Alais, où il meurt en 1905. Il est inhumé dans le cimetière communal.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marcel Cerf, Le d'Artagnan de la Commune (le Colonel Maxime Lisbonne), Le Pavillon Éditeur, 1967.
  • Marcel Cerf, Les mémoires de Maxime Lisbonne, texte présenté et annoté, "La Commune", revue d'Histoire de l'Association des Amis de la Commune de Paris-1871. Présentation sur plusieurs numéros à partir de 1976.
  • Didier Daeninckx, Le Banquet des affamés (roman), Gallimard, 2012[5].
  • Didier Daeninckx, 12, rue Meckert (roman), Gallimard, 2001.
  • Biographie de Maxime Lisbonne, sur le site de l'histoire de La Ferté-Alais, réalisé par Philippe Autrive.

Fiction télévisée[modifier | modifier le code]

  •  : Sur les traces de Maxime Lisbonne : le d'Artagnan de la Commune, de Jacqueline Margueritte, sur un scénario de Claudine Cerf[6] d'après Le d'Artagnan de la Commune (le colonel Maxime Lisbonne), de Marcel Cerf (1967)[7].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Jean-Louis Robert, « Portraits de communards. Maxime Lisbonne, le d’Artagnan des bataillons », sur L'Humanité,
  2. Charles Virmaître : Paris oublié page 109
  3. LA COMMUNE DE PARIS (18 Mars – 28 Mai 1871)
  4. a et b Laure Godineau, « Années 1880 : la sortie du silence », L'Histoire, no 90 (collections),‎ , p. 78-83 (lire en ligne, consulté le ).
  5. « Accueil », sur commune1871.org (consulté le ).
  6. notice BnF « Sur les traces de... Maxime Lisbonne : le d'Artagnan de la Commune ».
  7. notice BnF « Le d'Artagnan de la Commune : (le colonel Maxime Lisbonne) ».

Sources[modifier | modifier le code]

  • Bernard Noël, Dictionnaire de la Commune, Flammarion, Collection Champs, 1978.

Liens externes[modifier | modifier le code]