Daniel Colson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Daniel Colson
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Formation
Activité
Parentèle
Autres informations
A travaillé pour

Daniel Colson (né à Aubusson[1] en 1944) est un professeur de sociologie de l’université de Saint-Étienne. Il fait partie de l'ex-MODYS, Monde et dynamiques des sociétés aujourd'hui devenu Centre Max Weber, une unité de recherche associée au CNRS, et milite au sein de l’association La Gryffe, une librairie libertaire de Lyon[2]. C'est aussi un philosophe et historien de l'anarchisme[3]. Il est frère de l'écrivain Pierre Marlson et oncle de l'écrivain Raphaël Colson, lui-même également écrivain.

Biographie[modifier | modifier le code]

Daniel Colson a étudié au Grand séminaire de Clermont-Ferrand puis s'est inscrit en sociologie à l'université de Lyon à l'automne 1966[1], où il découvre le marxisme puis, par Michel Marsella (1946-1982), l'anarchisme. Avec d'autres étudiants, il anime le Comité Vietnam lyonnais puis, après les événements de 1968, fonde le « Comité du Vieux-Lyon » dont le but est de créer une commune autonome, et qui se dote en 1972 d'un organe, IRL, grâce à une imprimerie autogérée[1]. Le groupe bénéficie alors de la bienveillance d'un des enseignants de l'université, Jean Métral.

Après un premier projet académique avorté sur le mode de production asiatique (1975), il soutient sa thèse de doctorat, consacrée au mouvement ouvrier forézien[4] en 1983.

Conférences[modifier | modifier le code]

Prises de position[modifier | modifier le code]

Réforme El Khomri du code du travail

En mars 2016, dans le cadre des manifestations contre la « loi Travail », Daniel Colson signe une tribune, avec entre autres Pierre Alféri, Jérôme Baschet, Serge Quadruppani et Eric Hazan, diffusée par des médias alternatifs et relayée sur les réseaux sociaux, mais passée entièrement sous silence par les mainstreams. Cette tribune soutient le mouvement d'occupations des places (qui prendra la forme de Nuit debout) et les actions de rue : « […] les prochaines dates sont le 24 et surtout le 31 mars, avec la proposition, ce jour-là, de rester dans la rue et d’occuper des places. Mais nous avons appris ces dernières années que les occupations de places à elles seules ne suffisent pas à bloquer le fonctionnement des institutions. Le risque qu’elles contiennent est de se contenter d’exister, d’attendre leur évacuation ou leur épuisement. À notre sens, elles doivent donc plutôt servir de base depuis lesquelles prendre les lieux d’où les "représentants du peuple" prétendent pouvoir le gouverner, et à l’occasion le matraquer. Mairies, conseils divers, assemblées soi-disant régionales ou nationales, tout cela mérite d’être investi, repris, assiégé ou bloqué. Nous devons viser le blocage organisé du pouvoir politique. Il est donc crucial que soit défendu publiquement, dans ces jours, le bien-fondé du recours à l’action de rue. […][5],[6] »

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Préfacier[modifier | modifier le code]

  • Olivier Nguema Akwe, Arts martiaux et sorcellerie en Afrique : anthropologie des sports de combat, éd. L'Harmattan, 2011
  • André Peyrache, Chair à Charbon. Fragments de discours sur les mondes miniers dans le bassin de La Loire, éd. Site Couriot Musée de La Mine. Saint-Etienne, 2010
  • David Rappe, La bourse du travail de Lyon, éd. Atelier de Création Libertaire, 2005

Participation à des ouvrages collectifs[modifier | modifier le code]

Articles[modifier | modifier le code]

  • Jean Préposiet, La liberté, l’anarchisme et Spinoza, Réfractions, n°27, automne 2011, texte intégral.
  • (es) O Anarquismo hoje, Politica & Trabaho, Revista de Ciências Sociais, n°36, avril 2012, pp. 75-90.
  • D’un mai 68 lyonnais et de ses suites : entretien avec Daniel Colson Revue électronique A contretemps 2016

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c D'après l'entretien avec Freddy Gomez, « D’un mai 68 lyonnais : entretien avec Daniel Colson », sur À Contretemps, (consulté le 30 avril 2017).
  2. Daniel Colson dans la revue Réfractions de l'association La Gryffe
  3. Daniel Colson dans la revue le Portique 2007
  4. Daniel Colson, Anarcho-syndicalisme et communismeSaint-Étienne 1920-1925 (préface de Pierre Ansart), Saint-Étienne - Lyon, Centre d’études foréziennes - Atelier de création libertaire,
  5. « Pourquoi nous appuyons la jeunesse », lundi.am, no 53,‎ (lire en ligne).
  6. http://bellaciao1.rssing.com/browser.php?indx=4610309&item=13444.

Liens externes[modifier | modifier le code]