Albert Parsons

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Albert Parsons
Albert Parsons portrait.jpg

Albert Parsons vers 1880

Informations
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Le 11 novembre 1887, à Chicago, à 11h 30 dans la cour de la prison, exécution par pendaison des anarchistes August Spies, Albert Parsons, Adolph Fischer, George Engel.

Albert Richard Parsons (Montgomery, 20 ou 24 juin 1848 - Chicago 11 novembre 1887) est un anarchiste américain qui fut pendu pour des raisons douteuses à la suite de l'explosion d'une bombe sur la police à Haymarket Square.

Biographie[modifier | modifier le code]

Orphelin à cinq ans, Albert Parsons fut élevé par une esclave, Esther. Ex-soldat de l'armée confédérée, il s’est expatrié à Chicago en 1873, à la suite de son mariage avec une métisse noire, indienne et mexicaine, Lucy Parsons (elle aussi militante anarchiste) ; dans le Texas de cette époque, le Ku Klux Klan s’opposait violemment à ce type d’union. Albert se fit embaucher comme composeur au Chicago Tribune avant d’être renvoyé pour ses propos anti-capitalistes. Il travailla ensuite comme imprimeur, essentiellement pour les causes radicale et ouvrière. Il était membre de l’organisation modérée Knights of Labor (devenue en 1886 American Federation of Labor - AFL) et fut membre-fondateur du syndicat Central Labor Union. Parsons pouvait compter sur August Spies comme un allié proche, et édita le journal The Alarm, la version anglaise du Arbeiter-Zeitung.

Spies lui demanda à la dernière minute de parler au rassemblement ouvrier anarchiste de Haymarket Square, lors de la grève pour la campagne des huit heures de travail quotidiennes commencée le 1er mai 1886, suivie par 340 000 travailleurs. Parsons s’adressa à la foule pendant près d’une heure, puis quitta les lieux , tout comme la grande majorité des manifestants. Alors qu'il restait environ 200 manifestants sur la place, un contingent de policiers les chargea. À ce moment, une bombe dite artisanale explosa et provoqua une mélée qui fit plusieurs morts, notamment du côté policier. Parsons prit la fuite de Chicago après les premières arrestations à la suite de l’attentat, mais y retourna de son plein gré. Avec à sa défense l'avocat William Perkins Black, qui fut par la suite ruiné pour l'avoir défendu, Parsons fut accusé et jugé coupable d'avoir lancé la bombe (tout comme 6 autres militants). Ils furent condamnés à mort et pendus, sauf deux d'entre eux, en 1887. Avant d'être exécuté, Parsons aurait crié : "Laissez entendre la voix du peuple !". Ce jour, le 11 novembre 1887, fut dès lors appelé le "Black Friday" (vendredi noir).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notices[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]