Walery Wroblewski

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Walery Wroblewski
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Zaloudock (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Sépulture
Nom dans la langue maternelle
Walery Antoni WróblewskiVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Formation
Institut forestier impérial (d) (jusqu'en )Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Famille
Wróblewski (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Père
Antoni Wróblewski (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Mère
Róża Wróblewska (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Parti politique
Membre de
Grade militaire
Conflits

Walery Wroblewski, né le à Zoludek en Biélorussie et mort le ou le à Ouarville (Eure-et-Loir), est une personnalité militaire de la Commune de Paris.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu d'une famille de la petite noblesse polonaise, il fait ses études à l'Institut des Eaux et Forêts de Saint-Pétersbourg, en Russie (la Pologne est alors annexée à l'Empire russe). Il prend part à l'insurrection polonaise de 1863, est blessé et doit s'exiler, à Paris (1864). Il est allumeur de réverbère puis ouvrier imprimeur. Il milite au Comité de l'Union des démocrates polonais.

En 1870, pendant le siège de Paris par les Allemands, sa proposition de créer une légion polonaise est rejetée par le Gouvernement de la Défense nationale. Après le soulèvement du 18 mars 1871, le Conseil de la Commune le nomme commandant des fortifications entre Ivry et Arcueil. Pendant la Semaine sanglante, il défend en vain la Butte-aux-Cailles, puis le quartier de la Bastille.

Après ces deux échecs et la mort ou les blessures de nombreux autres officiers supérieurs de la Commune, il lui est proposé le commandement en chef de ce qui restait de l'armée des Communards. Il le refuse, arguant du peu d'hommes restants capables de se battre de manière disciplinée, et terminera la Semaine sanglante en se battant comme simple soldat.

Il se réfugie ensuite à Londres où il entre au Conseil général de l'Association internationale des travailleurs. Revenu en France après l'amnistie de 1880, il y vit difficilement.

Il est enterré dans le cimetière du Père-Lachaise près du Mur des Fédérés.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bernard Noël, Dictionnaire de la Commune, Flammarion, collection Champs, 1978.
  • Prosper-Olivier Lissagaray, Histoire de la Commune de 1871, La Découverte (2000).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]