Dead Kennedys

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dead Kennedys
Description de cette image, également commentée ci-après

Jello Biafra, le chanteur du groupe de 1978 à 1986

Informations générales
Pays d'origine San Francisco, États-Unis
Genre musical Anarcho-punk, punk rock[1],[2],[3], punk hardcore
Années actives 1978-1986, depuis 2001
Labels IRS Records
Site officiel www.deadkennedys.com
Composition du groupe
Membres East Bay Ray
Klaus Flouride
D. H. Peligro
Ron « Skip » Greer
Anciens membres Jello Biafra
Brandon Cruz
Carlos Cadona (6025)
Bruce Slesinger (Ted)
Jeff Penalty
Dave Scheff
Greg Reeves

Dead Kennedys est un groupe de musique de punk hardcore américain, originaire de San Francisco, en Californie. Il est reconnu comme l'un des pionniers et emblèmes du genre. Leur style musical intègre les éléments les plus expérimentaux du punk britannique des années 1970 à l’énergie brute de la scène punk hardcore américaine des années 1980.

Leurs chansons expriment un mélange de propos délibérément choquants, de commentaires engagés politiquement à gauche, d’humour acerbe et sarcastique et de satire virulente, qui visaient notamment les questions politiques et sociales de l’époque, en particulier celles des États-Unis. Plusieurs des chansons du groupe ont critiqué les idéologies de la droite conservatrice, les politiques reaganiennes et les stéréotypes de la culture de masse américaine.

Biographie[modifier | modifier le code]

Débuts (1978–1979)[modifier | modifier le code]

Le groupe se forme à la suite d'une petite annonce rédigée par East Bay Ray à laquelle Jello Biafra (Eric Boucher de son vrai nom) répond. Ils sont rapidement rejoints par le bassiste Klaus Flouride, le batteur Ted et un second guitariste qui devient célèbre sous le nom de 6025. Ce dernier quitte le groupe dès mars 1979 alors que Ted est remplacé fin 1981 par Daren Henley Peligro.

En 1979, Jello Biafra se déclare candidat au poste de maire de San Francisco. Sa candidature, qui ressemble au départ à une plaisanterie, est finalement prise au sérieux par un nombre non négligeable d'électeurs, puisque Biafra termine quatrième sur dix candidats[4]. La même année, Jello Biafra forme avec Greg Ginn, du groupe Black Flag, le label Alternative Tentacles qui publiera la plupart des disques du groupe. Les premiers singles suivent : California Über Alles en 1979 qui est une charge violente contre Jerry Brown, alors gouverneur de Californie.

Premiers albums (1980–1985)[modifier | modifier le code]

Ils publient Holiday in Cambodia en juin 1980, et enfin Kill The Poor et Too Drunk to Fuck, ce dernier disque étant immédiatement interdit par les autorités californiennes[5]. Malgré cette censure, le groupe parvient à sortir leur nouvel album Plastic Surgery Disaster en 1982.

En novembre 1985, la sortie de l'album Frankenchrist déclenche un scandale : à l'intérieur de l'album figure une reproduction sous forme de poster d'une œuvre du peintre suisse HR Giger intitulée Penis Landscape. Elle vaut au groupe un procès pour pornographie et une descente de police qui laisse l'appartement de Jello Biafra dans un piteux état. Le procureur Michael Guarino, qui souhaitait faire de ce procès un exemple, confiera plus tard regretter cet épisode. L'affaire se termine d'ailleurs par un non-lieu, après plusieurs mois de procédure[6].

Le groupe se sépare en 1987 après la parution de Give Me Convenience or Give Me Death (en).

Retour (depuis 2001)[modifier | modifier le code]

En 2009, au Harmony Festival, Santa Rosa.

Une reformation du groupe s'effectue vers 2001 sans Jello Biafra avec Brandon Cruz au chant, essentiellement motivée par des intérêts commerciaux. Le label Alternative Tentacles, détenteur des droits sur le nom du groupe, ainsi que Biafra[réf. nécessaire] sont en procès contre le groupe.

Le groupe se reforme de nouveau en 2006 avec Jeff Penalty au chant. Il quitte finalement le groupe en mauvais termes début 2008 pour des raisons de profondes divergences éthiques et financières entre autres avec les autres membres du groupe[7]. Le 21 août 2008, le groupe annonce une pause de tournée à cause des problèmes de santé de Flouride et Peligro. Le groupe joue un concert au Santa Rosa, Californie, en juin 2009, avec Peligro de retour à la batterie[8].

En août 2010, Dead Kennedys annonce une courte tournée sur la côte est. La formation se rassemble avec East Bay Ray, Peligro, Greer, et le bassiste Greg Reeves replaçant Flouride[9],[10]. Ils jouent à Philadelphie, New York, Boston, Washington, D.C., Portland et Hawaï[11].

Membres[modifier | modifier le code]

Membres actuels[modifier | modifier le code]

Anciens membres[modifier | modifier le code]

  • Jello Biafra – chant (1978–1986)
  • 6025 – guitare rythmique (1978–1979)
  • Bruce Slesinger (Ted)  – batterie (1978–1981)
  • Brandon Cruz – chant (2001–2003)
  • Jeff Penalty  – chant (2003–2008)
  • Dave Scheff – batterie (2008)
  • Greg Reeves – basse (2010–2011)

Chronologie[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

Autres[modifier | modifier le code]

Singles[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.dallasobserver.com/music/echoes-and-reverberations-dead-kennedys-rock-against-politics-7072574
  2. http://www.blabbermouth.net/news/jello-biafra-on-donald-trump-victory-how-can-people-be-so-fking-stupid/
  3. http://www.sanluisobispo.com/news/local/news-columns-blogs/photos-from-the-vault/article73465142.html
  4. (en) Jello Biafra sur AllMusic.
  5. Frédéric Thébault, Génération extrême, Édition Camion Blanc, 2005, p. 307.
  6. (en) « Dead Kennedys », sur rollingstone.com, The Rolling Stone Encyclopedia of Rock & Roll, Simon & Schuster, 2001.
  7. (en) « Jeff Penalty leaves the Dead Kennedys », Punknews.org (consulté le 17 juillet 2011).
  8. (en) « Official Dead Kennedys web site », Deadkennedys.com (consulté le 13 juin 2011)
  9. (en) « Official web page news section », Deadkennedys.com (consulté le 13 juin 2011)
  10. Nardwuar interview with Jello Biafra, 11 février 2011, consulté le 5 avril 2011.
  11. (en) « Dead Kennedy's 2010 tour », Punknews.org (consulté le 13 juin 2011)

Liens externes[modifier | modifier le code]