Eva Kotchever

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Eva Kotchever
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 52 ans)
AuschwitzVoir et modifier les données sur Wikidata
Pseudonymes
Eve Addams, Eve Addams, Evelyn AdamsVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Propriétaire de
Eve's Hangout, The Grey Cottage (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conflit
Seconde Guerre mondiale
Mouvement
Lieux de détention
Auschwitz, Ellis Island, camp de Drancy, Jefferson Market Prison (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions

Eva Kotchever, aussi connue comme Eve Addams, née Chawa Zloczower le à Mława et morte le à Auschwitz, est une juive polonaise connue pour avoir tenu en 1925-1926 à New York un établissement ouvertement lesbien, le Eve's Hangout.

Biographie[modifier | modifier le code]

Chawa Zloczower naît en 1891 en Pologne, dans la ville de Mława, située dans le centre du pays, à une centaine de kilomètres de Varsovie[1]. Émigrée aux États-Unis dans les années 1910, son nom est modifié à son arrivée à Ellis Island. Proche d'Emma Goldman[2] - Kotchever participera à la diffusion du journal Mother Earth -, elle s'installe à Chicago où elle ouvre un premier établissement progressiste avec l'artiste suédoise Ruth Norlander, The Gray Cottage[3].

En 1925, elle s'installe à New York, dans le Greenwich Village et fonde le Eve's Hangout, aussi connu comme Eve Addams’ Tearoom. À l'extérieur, une pancarte indique : Men are admitted but not welcome (en français : « les hommes sont admis, mais pas les bienvenus »)[4]. Ce panneau restera célèbre à travers le monde[5] et suivra l'histoire de Kotchever[6].

En juin 1926, une descente de police a lieu dans son établissement, sous la houlette de la jeune détective Margaret Leonard. Eva Kotchever est arrêtée et reconnue coupable d'"obscénité[5]", notamment pour une collection de courtes histoires qu'elle écrit, intitulée Lesbian Love[7]. Le club est fermé par les autorités, et elle est expulsée en décembre 1926[8],[7].

Elle retraverse l'Europe pour venir vivre à Paris, où elle survit, entre autres, en vendant aux Américains de Montparnasse des ouvrages censurés aux USA, tels ceux d'Henry Miller et d'Anaïs Nin. Comme beaucoup d'artistes étrangers, elle est une habituée du Dôme à Montparnasse[9].

Arrêtée à Nice en 1943 avec son amie Hella Olstein, elles sont toutes les deux transférées au camp de Drancy puis déportées par le convoi no  63 vers Auschwitz, où elles sont assassinées à l'arrivée[10].

Hommages[modifier | modifier le code]

Rue Eva Kotchever dans le 18e arrondissement de Paris.

À New York, Barbara Kahn a écrit une pièce sur la vie d'Eva Kotchever[11]. Elle est lue en 2014 au Theater for the New City (en) à New York[12]. L'édifice dans lequel était situé son établissement est désormais protégé par la ville de New York et inscrit à son patrimoine[13].

Des artistes contemporains comme Gwen Shockey[14] ou des institutions comme l'Université de Pittsburgh[15] célèbrent sa mémoire.

En 2019, la ville de Paris a tenu a lui rendre hommage, en donnant son nom à une rue du 18e arrondissement[16], ainsi qu'à une école publique élémentaire[17] et à une crèche, situées dans cette même rue.

En 2021, l'historien Jonathan Ned Katz lui consacre une biographie.

La même année, les cérémonies et expositions[18] en sa mémoire sont reportées en raison de la pandémie de Covid-19[19].

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de la page de Wikipédia en anglais intitulée « Eva Kotchever » (voir la liste des auteurs).

  1. (pl) Karolina Wasielewska, « Eva Kotchever / Chawa Zloczower »
  2. « Emma Goldman: Political Thinking in the Streets | Kathy E. Ferguson », sur www2.hawaii.edu
  3. « The Liberator p.51 »
  4. « "Men Are Admitted, But Not Welcome" -- 129 MacDougal Street », sur Daytonian in Manhattan (consulté le 17 décembre 2017)
  5. a et b (es) « Los hombres son admitidos, pero no bienvenidos », sur Mundiario
  6. « Daytonian in Manhattan: "Men Are Admitted, But Not Welcome" -- 129 MacDougal Street | Studio, Nickolas muray, Frida and diego », sur Pinterest
  7. a et b Chauncey, George., Gay New York : gender, urban culture, and the makings of the gay male world, 1890-1940, Basic Books, , 496 p. (ISBN 978-0-7867-2335-5, OCLC 298105088, lire en ligne)
  8. « Eve Addams’ Tearoom », sur nyclgbtsites (consulté le 17 décembre 2017)
  9. (en-US) « Eve Adams in Paris », sur Queer Ephemera
  10. (en-US) « Shownotes: Eve's Tearoom Part 2 », sur Queer Ephemera (consulté le 15 mars 2020)
  11. « At 129 MacDougal, circa 1926, lesbian tearoom ruled », sur thevillager.com (consulté le 21 décembre 2017)
  12. « Barbara Kahn "Unreachable Eden" Eve Adams (Eva Kotchever) May 25 2014 - TNC » (consulté le 17 décembre 2017)
  13. « Landmarks Preservation Commission June 8, 2004, Designation List 354 LP-2150 »
  14. (en-US) « A Herstory of Lesbian Bars in NYC: Gwen Shockey Charts No Man’s Land », sur Bedford + Bowery,
  15. « Eve Addams Tearoom Memorial Browsing Shelf | History of Art and Architecture | University of Pittsburgh », sur www.haa.pitt.edu
  16. « Les rues de Paris | rue Eva-Kotchever | 18e arrondissement », sur www.parisrues.com
  17. « Ecole élémentaire publique Eva Kotchever », sur Ministère de l'Education Nationale de la Jeunesse et des Sports
  18. Florian Bardou, « Persécution des gays et des lesbiennes : au mémorial de la Shoah, «une reconnaissance tardive mais désormais officielle» », sur Libération
  19. « Reporté - Eva Kotchever (1891-1943), fondatrice d’un club de femmes à New York », sur billetterie.memorialdelashoah.org

Articles connexes[modifier | modifier le code]