Normand Baillargeon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Normand Baillargeon
Image illustrative de l'article Normand Baillargeon

Naissance 6 juillet 1958
Valleyfield (Québec)
Origine Canadien
Type de militance écrivain
essayiste
chroniqueur
historien de l'anarchisme
activiste du « Collectif pour une éducation de qualité »
Cause défendue anarcho-syndicalisme

Normand Baillargeon, né le à Valleyfield (Québec), est un enseignant et universitaire canadien.

Professeur en sciences de l'éducation à l'université du Québec à Montréal (UQAM) de 1989 à 2015, il est aussi philosophe, essayiste[1], militant libertaire[2],[3], anarcho-syndicaliste, chroniqueur et collaborateur de différentes revues alternatives et à Radio-Canada de 2011 à 2016.

On peut le rattacher au mouvement sceptique contemporain.[réf. nécessaire]

Biographie[modifier | modifier le code]

Normand Baillargeon a vécu en Afrique (Cameroun et Sénégal) durant sept ans, entre 1962 et 1971 — son père y enseignait les mathématiques et l'anglais. Revenu au Québec, il étudie la philosophie et l'éducation, obtenant un doctorat dans chacune de ces disciplines.

Enseignement et publications[modifier | modifier le code]

De 1979 à 1989, il enseigne la philosophie dans divers collège d'enseignement général et professionnel (cégeps), avant de passer à l'université du Québec à Montréal (UQAM), où il enseigne les fondements de l'éducation à de futurs enseignants québécois.

En 1999, il publie son premier essai, Anarchisme, qui rencontre un succès de librairie et provoque de nombreuses inscriptions à son cours sur le même sujet à l'UQAM[4].

Au milieu des années 2000, il écrit et publie Petit cours d'autodéfense intellectuelle, un livre sur l'éducation à la pensée critique pour lequel il remporte le prix Québec Sceptique 2005. La même année, il fonde, avec Bernard Cloutier et Michel Virard, l'Association humaniste du Québec[5],[6].

Il a été un des fondateurs du Collectif pour une éducation de qualité[7], qui s'oppose au renouveau pédagogique (anciennement « la réforme de l'éducation ») qui se met alors en place dans les écoles québécoises.

À l'automne 2015, il quitte son poste à l'UQAM, invoquant des désaccords sur trop de plans avec ses collègues en éducation[8].

Médias, cinéma[modifier | modifier le code]

Normand Baillargeon a participé à différents médias alternatifs parmi lesquels AO! Espace de la Parole, la revue de philosophie Médiane – aujourd'hui disparue –, dont il est un des fondateurs, et le mensuel Le Couac pour lequel il écrit de 1997 à 2007. Il a aussi participé à Bazzo.tv, sur les ondes de Télé-Québec.

De 1994 à 1999, il est chroniqueur au quotidien Le Devoir, d'abord en éducation, puis en politique.

Il collabore depuis ses débuts en 2004 à la revue À bâbord !, publication dans laquelle il tient une chronique sur l'éducation et pour laquelle il a dirigé de nombreux dossiers.

Il intervient dans le film Le Gambit du fou de Bruno Dubuc, sorti en 2002, dans le documentaire Chomsky et Cie, sorti en 2008, et dans L'Encerclement de Richard Brouillette, sorti en 2009.

Depuis 2009, il collabore à Philosophie Magazine[9].

De la rentrée 2011 au 30 octobre 2016, il anime avec Xavier Brouillette la chronique De la philo derrière les gros titres, dans le cadre de l'émission Dessine-moi un Dimanche, animée par Franco Nuovo à Radio-Canada[10].

Depuis janvier 2012, il tient un blogue hébergé par le journal Voir[11].

Il a été invité d'honneur du salon du livre de Montréal en 2014 et président d'honneur du salon du livre de Rimouski en 2016.

En novembre 2016, il remporte le prix Pierre-Vadeboncoeur pour son essai La dure école.

En 2016, il participe au documentaire Ni dieu ni maître, une histoire de l’anarchisme.

En 2017, il remporte le prix Léo-Guindon, remis par l'Alliance des professeures et professeurs de Montréal.

Commentaires[modifier | modifier le code]

Selon le politologue Jean-Marc Piotte,

« Les ouvrages du philosophe Normand Baillargeon, écrits dans un style vif et limpide, sont imprégnés par la philosophie analytique, portés par les valeurs du Siècle des Lumières et les aspirations du courant anarchiste[12]. »

Œuvre[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

  • Anarchisme, Montréal, Éditions L’île de la tortue, 1999[13].
  • L'ordre moins le pouvoir : histoire et actualité de l'anarchisme, deux premières éditions, Agone, 2001[14],[15], traduction en espagnol et en anglais.
  • Les Chiens ont soif. Critiques et propositions libertaires, Lux Éditeur, 2001, lire en ligne, réédition 2010.
  • L'ordre moins le pouvoir : histoire et actualité de l'anarchisme, troisième édition, Lux Éditeur, 2004.
  • Trames. Esthétique/politiques, Éditions Nota Bene, 2004.
  • Petit cours d'autodéfense intellectuelle, Lux Éditeur, 2005, lire en ligne, traductions en anglais, allemand, néerlandais, finnois, roumain, coréen, italien, espagnol, russe et portugais.
  • Éducation et Liberté. Anthologie, Tome 1 : 1793-1918, Lux Éditeur, 2005.
  • Écrits dans la marge. Réflexions libres et libertaires, Éditions Trois-Pistoles, 2006.
  • Sève et sang. Chants et poèmes de révolte et d'espoir. Anthologie, Mémoire d'encrier, Montréal, 2007.
  • L'ordre moins le pouvoir. Histoire et actualité de l'anarchisme, quatrième édition, Agone, 2008[16],[17].
  • avec Christian Boissinot (Éds) La vraie dureté du mental. Hockey et philosophie, Presses de l'université Laval, Québec, 2009.
  • avec Daniel Baril (Éds) Heureux sans Dieu, VLB Éditeur, Montréal, 2009.
  • Contre la réforme. La dérive idéologique du système d'éducation québécois, Presses de l'université de Montréal, Montréal, 2009.
  • Raison oblige. Essais de philosophie sociale et politique, Presses de l'université Laval, 2009.
  • avec Christian Boissinot (Éds) Je pense, donc je ris. Humour et philosophie, Presses de l'université Laval, Québec, 2010. (Traduction en anglais, University of Ottawa Press, 2015).
  • Stéroïdes pour comprendre la philosophie, Amérik Média, Verdun, 2010.
  • (sous la direction de) Là-haut, il n'y a rien. Anthologie de l'incroyance et de la libre-pensée, Presses de l'université Laval, Québec, 2010.
  • avec Jean-Marc Piotte (Éds) Le Québec en quête de laïcité, Écosociété, Montréal, 2011.
  • L'Éducation, coll. « Corpus », Garnier Flammarion, Paris, 2011.
  • Liliane est au lycée, coll. « Antidote », Flammarion, Paris, 2011.
  • Je ne suis pas une PME. Plaidoyer pour une université publique, coll. « Essai Libre », Poètes de Brousse, Montréal, 2011.
  • avec Christian Boissinot (Éds) Quand Platon écoute les Beatles sur son Ipod. Musique populaire et philosophie, Presses de l'université Laval, Québec, 2012.
  • L'Arche de Socrate. Petit bestiaire philosophique, La Grande Bibliothèque, Aden, Bruxelles, 2012.
  • Turbulences. Essais de philosophie de l'éducation, Presses de l'université Laval, Québec, 2013.
  • Légendes pédagogiques. L'autodéfense intellectuelle en éducation, Poètes de Brousse, Montréal, 2013.
  • « Pour la gratuité de l’université : une perspective normative », dans Gabriel Nadeau-Dubois, dir., Libres d’apprendre : plaidoyers pour la gratuité scolaire, Écosociété, Montréal, 2014.
  • Chroniques des années molles, Leméac, Montréal, 2014.
  • Histoire philosophique de la pédagogie. Vol. 1: De Platon à Dewey, Poètes de Brousse, Montréal, 2014.
  • avec Laurent Aglat, Philippe-Olivier Boucher, Diane Boudreau, Maxime Catellier, Véronique Lambert, Maxime Nadeau et Jean-François Poupart, Un peuple à genoux 2014, Poètes de Brousse, coll. « Essai Libre », Montréal, 2014.
  • (Éd.) L'assaut contre les retraites. Discours catastrophistes, réformes réactionnaires et droit à une retraite décente, M Éditeur, coll. « Mégaphone », Mont-Royal, 2015.
  • (et al.) Un peuple à genoux 2015, Poètes de Brousse, coll. « Essai Libre », Montréal, 2015.
  • Propos sur l'éducation, M Éditeur, Mont-Royal, 2016.
  • La dure école, Leméac, Montréal, 2016.
  • Le roman de Khayyam, Poètes de brousse, Montréal 2016.
  • avec D. Baril (Eds), La face caché du cours Éthique et culture religieuse, Leméac, Montréal, 2016.
  • Enseigner au Québec, VLB, Montréal, 2016[18].
  • Anarchisme et éducation Anthologie, volume 1 : 1793-1918, M Éditeur, Montréal, 2016.
  • « Confessions d'un paria », dans : Michel Dorais (Ed.), Le savoir engagé, PUL, Québec, 2016.
  • (et al.) Un peuple à genoux 2016, Poètes de Brousse, coll. « Essai Libre », Montréal, 2016.
  • Introduction à la philosophie, Tome 1, Poètes de Brousse, Montréal, 2017.
  • (Sous la direction de) Pour faire le portrait d'un poète. Hommage du Québec à Prévert, Québec Amérique, Montréal, 2017.

Préfaces, traductions, direction d'édition ou d'entretiens[modifier | modifier le code]

  • Gilbert Langevin, PoéVie, Anthologie préparée par Normand Baillargeon, Typo, 1997.
  • David Barsamian et Normand Baillargeon, Entretien avec Chomsky, Écosociété, 2002.
  • Michael Albert, L’Élan du changement. Préface, Écosociété, 2004.
  • Jean Bricmont, L'Impérialisme humanitaire. Préface : Devoir d'ingérence et aveuglement collectif, Lux Éditeur, 2006.
  • Frederick Douglass, Mémoires d’un esclave. Seconde édition revue et corrigée. Traduit de l’anglais par Normand Baillargeon et Chantal Santerre, Lux Éditeur, 2007.
  • Edward Bellamy, C'était demain, Introduction et édition critique (avec Chantal Santerre), Lux Éditeur, 2007. (Traduction de: Looking Backward, 1888)
  • Lewis Carroll, La Chasse au Snark, Édition Bilingue, Lux Éditeur, Traduction et annotations, 2007.
  • Normand Baillargeon et Jean-Marc Piotte (dir.), Au bout de l'impasse à gauche - Récits de vie militante et perspectives d'avenir, Lux Éditeur, 2007.
  • Bertrand Russell, Principes de reconstruction sociale, Presses de l'Université Laval, coll. « Zétésis », Québec, 2007. Introduction, révision de la traduction, notes et bibliographie par Normand Baillargeon.
  • Edward Bernays, Propaganda. Comment manipuler l'opinion en démocratie, Édition La Découverte, coll. « Zones », Paris, 2007. Introduction et bibliographie : Normand Baillargeon. Paru au Québec chez Lux Éditeur, Montréal, 2008.
  • « Les voix humaines ». Préface à : André Corten, L'autre moitié de l'Amérique du Sud. Lettres à mon petit-fils, Mémoire d'encrier, Montréal, 2008.
  • Rabindranath Tagore, Les oiseaux de passage, Le Noroît, Montréal, 2008. Introduction, traduction et bibliographie : Normand Baillargeon.
  • Voltairine de Cleyre, D'espoir et de raison. Écrits d'une insoumise, Lux Éditeur, Montréal, 2008. Introduction, choix de textes, coordinaton des traductions, traductions et bibliographie : Normand Baillargeon et Chantal Santerre.
  • Voltairine de Cleyre, L'action directe, Le Passager Clandestin, Paris, 2009, Introduction, BNF.
  • « Chère étudiant, cher étudiant ». Préface à : Hélène Laramée, et al., L'art du dialogue et de l'argumentation. S'initier à la pensée critique pour le cours Philosophie et rationalité, Chenelière Éducation, Montréal, 2009.
  • Marcel Sévigny, "Et nous serions paresseux", Résistance populaire et autogestion libertaire. Préface de Normand Baillargeon, Éditions Écosociété, Montréal, 2009.
  • Noam Chomsky, Pour une éducation humaniste, Éditions de l'Herne, Paris, 2010. Introduction et entretien avec Chomsky.
  • « Le cinéma politique de Pierre Falardeau », Dossier dirigé par Normand Baillargeon dans : Bulletin d'histoire politique, Vol. 19, No1, Automne 2010.
  • Noam Chomsky, Réflexions sur l'université, Raison d'agir, Paris, 2010. Introduction et entretien avec Chomsky.
  • Noam Chomsky, Permanence et mutations de l'université, Presses de l'Université du Québec, Québec, 2011. Introduction et entretien avec Chomsky.
  • Rudolf Rocker, Théorie et pratique de l'anarchosyndicalisme, Aden, Bruxelles, 2011. Introduction et traduction.
  • Bertrand Russell, Pourquoi je ne suis pas chrétien, Lux, Montréal, 2011. Introduction et bibliographie.
  • « L'autogestion, sans qualificatif ». Préface à : Michel Schweri, La réunion du lundi. De l'autogestion appliquée à la Librairie du Boulevard, Éditions des sauvages, Genève, 2012.
  • « Élise Desaulniers et la conversation démocratique ». Préface à : Élise Desaulniers, Vache à lait. Dix mythes de l'industrie laitière, Stanké, Montréal, 2013.
  • « Edward Bernays : Propaganda (2007) », dans : Préface(s) à 30 ans d'édition, La Découverte, Paris, 2013, p. 176-197.
  • « Une expérience de pensée ». Préface au roman de: Philippe Deschemin, Contoyen, Éditions La Boétie, 2014. (ISBN 978-2-9548767-0-2)
  • « Médecine, pensée critique et conversation démocratique ». Préface à: Nicolas Pinsault et Richard_Monvoisin, Tout ce que vous n'avez jamais voulu savoir sur les thérapies manuelles, PUG, 2014.
  • «Cette criante urgence de repenser l'économie», préface à: Pascal Lebrun, L'économie participaliste, Lux, Montréal, 2014, pp. 7-13.
  • « Envoûtements », texte dans le livret de l'album Balade/Ballades, de Yannick Rieu, 2014.
  • Normand Baillargeon (sous la direction de), Mutations de l'univers médiatique : médias traditionnels et nouveaux, M, Mont-Royal, Québec, 2014.
  • « Ce siège obscur d'éclatantes menées », postface à Fabrice Balester, Les chrysanthèmes de la folie, Polar en Poche, 2014, p. 108-115.
  • « Envol », préface à : Francine Sinclair, Stéphanie Demers, et Guy Bellemare, (Éds.), Tisser le fil rouge. Le printemps érable en Outaouais — récits militants, M Éditeur, 2014, p. 11-16.
  • « Un livre polémique, mais nécessaire », préface à : Sarah Conly, Contre l'autonomie. La méthode forte pour inspirer la bonne décision, PUL, Québec, pp. XV à XXVI.
  • « Pour une autre pensée en économie », dans : Yanick Barrette (Éd.), Le Québec à l'heure des choix. Regards sur les grands enjeux, Dialogue Nord-Sud, 2014, p. 131-143.
  • avec Jean Bricmont, « Le voyage en Russie soviétique de Bertrand Russell », dans: Bertrand Russell, Pratique et théorie du bolchévisme, Éditions du Croquant, Brossieux, 2014, p. 5-25.
  • « Dialoguer avec Emma Goldman », préface à : Max Leroy, Emma Goldman. Une éthique de l'émancipation, Atelier de création libertaire, Lyon, 2014, p. 5-9.
  • « Piotte et le changement social», préface à : Jean-Marc Piotte, La Révolution des mœurs : Comment les baby-boomers ont changé le Québec, Québec Amérique, 2016.
  • Bertrand Russell, Idéaux politiques, Écosociété, Montréal, 2016. Introduction, traduction, notes et bibliographie par Normand Baillargeon et Chantal Santerre.
  • « Prologo. Edward Bernays y la invencion del "gobierno invisible" », dans : Edward Bernays, Propaganda. Como manipular laopinion en democracia, Libros del Zorzal, Buenos Aires, Argentina, 2016.
  • Préface dans : Daniel Hébert et Richard Maltais Desjardins, Philosopher. De l'opinion à la conviction, PUL, 2016, pp. XIII-XIV.
  • (it) « A colloquio con Emma Goldman », préface à Max Leroy, Emma la Rossa, Elèuthera, Milano, 2016.
  • (it) — et Chantal Santerre, «La bandiera della rivolta: la vita e l’opera di Voltairine de Cleyre», préface à Voltairine de Cleyre, Un’anarchica americana, Elèuthera Milano, 2017.
  • «Pierre Falardeau, 1946-2009», dans: (sous la direction de) Yvan Lamonde, et al., Dictionnaire des intellectuel.les au Québec, Presses de l'Université de Montréal, Coll. Corpus, Montréal, 2017, pp. 142-144.
  • John Stuart Mill, Sur l'université. Le discours de St Andrews, Presses de l'Université Laval, Québec, 2017. Traduction anonyme revue, complétée et présentée par Normand Baillargeon, Antoine Beaugrand-Champagne et Camille Santerre Baillargeon.
  • «Cris et chuchotements», préface à: Tristan Malavoy, Feux de position, Éditions Somme toute, 2017, pp. 5-7.
  • «L'énigme», préface à: Albert Einstein et Sigmund Freud, Pourquoi la guerre, Le Bleu du Ciel, Montréal, 2017.

Articles[modifier | modifier le code]

Cinéma, vidéos (participation)[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Huffington Post Québec, « Normand Baillargeon », sur quebec.huffingtonpost.ca.
  2. Bibliothèque nationale de France, « Baillargeon, Normand (1958-...) », sur catalogue.bnf.fr.
  3. Gaëtan Désilets, Affranchir l'école québécoise : Plaidoyer pour l'élève et le maître, Société des Ecrivains, (ISBN 9782342030044, lire en ligne), p. 12.
  4. Roch Côté, Québec 2001, Éditions Fides, , 529 p. (ISBN 9782762122343, lire en ligne), p. 386.
  5. « Nos écrivains du Québec », sur assohum.org.
  6. Michel Virard, « Dieu n’existe probablement pas. Alors cessez de vous inquiéter et profitez de la vie », sur Le Couac.
  7. Éric Bédard, Marc Chevrier, « La transmission du patrimoine historique en péril. Le Collectif pour une éducation de qualité (CEQ) se prononce », Bulletin d'histoire politique, Association québécoise d'histoire politique, no volume 16, numéro 2,‎ (lire en ligne).
  8. Radio-Canada, « Le professeur Normand Baillargeon quitte l'UQAM », sur Radio-Canada.ca (consulté le 9 octobre 2015)
  9. Philosophie Magazine, « Normand Baillargeon », sur www.philomag.com.
  10. Franco Nuovo, « Un hommage à Normand Baillargeon, l'homme à la pensée libre », Radio Canada,‎ (lire en ligne).
  11. « Normand Baillargeon », sur voir.ca.
  12. Jean-Marc Piotte, Démocratie des urnes et démocratie de la rue : Regard sur la société et la politique, Québec Amérique, , 156 p. (ISBN 9782764425091, lire en ligne), p. 26.
  13. Denise Pagé, « Normand Baillargeon, Anarchisme, Montréal, L’île de la tortue », Cahiers de recherche sociologique, no 34,‎ , p. 181-182 (lire en ligne), DOI:10.7202/1002434ar.
  14. Jean-Jacques Gandini, L’ordre moins le pouvoir. Histoire et actualité de l’anarchisme. Normand Baillargeon, in Le Monde diplomatique, juin 2001, lire en ligne.
  15. Miguel Chueca, L’ordre moins le pouvoir, in Réfractions revue de recherches et d'expressions anarchistes, no 7, automne 2001, lire en ligne.
  16. Sylvain Boulouque, Compte rendu de l’ouvrage L’ordre moins le pouvoir. Histoire et actualité de l’Anarchisme, CNRS, Centre d'histoire sociale du XXe siècle, Université Paris 1, Maitron.org site d’histoire sociale, lire en ligne.
  17. Guillaume Davranche, Lire : Baillargeon, « L’Ordre moins le pouvoir », in Alternative libertaire, avril 2009, lire en ligne.
  18. Nathalie Collard, « Normand Baillargeon : une très haute idée de l'éducation », La Presse,‎ (lire en ligne).
  19. Voir en ligne.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]