Giuseppe Pinelli

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pinelli.
Giuseppe Pinelli
Image illustrative de l'article Giuseppe Pinelli

Naissance 21 octobre 1928
Milan
Décès 15 décembre 1969
Milan
Origine Italie
Type de militance partisan dans la Brigade Bruzzi Malatesta pendant la Résistance
animateur du Cercle anarchiste Ponte della Ghisolfa
Cause défendue libertaire
antifascisme

Giuseppe Pinelli (Milan, - ) est un cheminot et militant anarchiste italien, membre du cercle anarchiste Pont Ghisolfa et pendant la Résistance, compte tenu de son jeune âge, estafette dans la Brigade Bruzzi Malatesta.

Il est mort le 15 décembre 1969, tombant d'une fenêtre du poste de police de Milan où il est détenu pour interrogatoire à la suite de l'explosion d'une bombe sur la Piazza Fontana le 12 décembre 1969, un événement connu sous le nom du massacre de la Piazza Fontana.

Les circonstances de sa mort, officiellement attribuée à un malaise, ont éveillé les soupçons en raison du climat politique tout à fait exceptionnel régnant à Milan à la suite de l'attentat.

Une partie de l'opinion soupçonne que Pinelli ait pu être assassiné par des policiers. Toutefois, l'enquête conclue en 1975 par le juge d'instruction Gerardo D'Ambrosio exclu la possibilité d'un assassinat.

Durant ce que l'on appelle les années de plomb, marquées par la stratégie de la tension, l'affaire a suscité une longue controverse politique et judiciaire, tant de la part de ceux qui soutiennent l'idée d'un assassinat que du point de vue des autorités.

Les faits[modifier | modifier le code]

Giuseppe Pinelli (entre 1965 et 1969).

La nuit suivant l'attentat de la Piazza Fontana la police arrêta 84 anarchistes, dont Pinelli. Trois jours après, alors que venait d'être arrêté Pietro Valpreda, considéré comme son complice, Pinelli se trouvait à la préfecture de police, soumis à un interrogatoire de la part de Marcello Guida, du commissaire Luigi Calabresi et de quelques sous-officiers. Selon la version officielle, Pinelli se jeta de la fenêtre du quatrième étage et mourut. Sa mort fut déclarée comme étant un suicide. Le motif de son geste aurait été les déclarations mises à sa charge, qui auraient démontré son implication dans l'attentat.

La détention de Pinelli était illégale parce qu'il fut retenu trop longtemps à la préfecture : elle n'aurait pas dû se prolonger plus de deux jours. Le (date de sa mort), il aurait dû se trouver, soit remis en liberté, soit en prison.

Selon certaines versions policières, jamais confirmées, Pinelli, en tombant, aurait crié la phrase désormais célèbre : « È la fine dell'anarchia ! » (C'est la fin de l'anarchie !).

Le contexte[modifier | modifier le code]

Après Mai 1968 en France, 1969 fut l'année de la contestation de la jeunesse italienne. De nombreuses organisations politiques aux orientations très diverses entrèrent en activité, essentiellement dans le nord de l'Italie. Elles étaient opposées entre elles et hostiles à l'État et aux partis politiques traditionnels.

Du combat idéologique on passait souvent à l'affrontement physique, aux combats de rue contre les forces de l'ordre qui donnaient parfois naissance à de la guérilla urbaine. Il y eut notamment les échauffourées de Valle Giulia à Rome : les étudiants chargèrent pour la première fois les forces de l’ordre.

En novembre 1966, déjà militant anarchiste, il soutenait Gennaro De Miranda, Umberto Tiboni, Gunilla Hunger, Tella et les autres compagnons « aux cheveux longs » pour imprimer les premières copies de la revue Mondo Beat dans la section « Sacco et Vanzetti » de la rue Murilio à Milan.

La mort de Pinelli suivait de quelques jours l'attentat de la piazza Fontana (). Selon certaines sources[réf. nécessaire], Pinelli a été assassiné et l'enquête a été baclée ou menée à charges. Une nouvelle enquête, menée en 1975 par le juge Gerardo D'Ambrosio, a écarté l'hypothèse de l'assassinat, considérée comme absolument inconsistante.

Le cas a suscité une polémique politique empreinte d'une forte animosité tant de la part de ceux qui soutiennent la thèse de l'homicide, que de la part des autorités. Il est difficile d'isoler cette polémique de celles relatives, entre autres, au carnage de la piazza Fontana, à la stratégie de la tension, au terrorisme d'État, à la répression des cercles anarchistes italiens et à l'assassinat du commissaire Luigi Calabresi.

Les indices sur la mort[modifier | modifier le code]

Reconstitution de la mort de Giuseppe Pinelli.

On ouvrit une enquête sur la mort de Giuseppe Pinelli. Le commissaire Calabresi soutenait ne pas être présent au moment de la chute, version confirmée par l'enquête de la magistrature, conduite par Gerardo D'Ambrosio, et par trois agents, mais contestée par un anarchiste présent dans les locaux, détenu dans une cellule voisine. La police affirma que Pinelli s'était suicidé parce qu'il avait été démontré son implication dans l'attentat, version sans plus aucun fondement. Les résultats de l'enquête sur la mort de Giuseppe Pinelli furent rendus publics en octobre 1975. Le juge d'Ambrosio écrivait dans son jugement : « L'instruction conclut indubitablement que le commissaire Calabresi n'était pas dans son bureau au moment de la mort de Pinelli. » Le commissaire fut malgré tout l'objet d'une violente campagne dans la presse et assassiné en mai 1972. Le jugement de d'Ambrosio fit date dans l'histoire surtout pour l'explication donnée pour la cause de la mort de Giuseppe Pinelli : ni un suicide, ni un homicide mais un « malaise actif », un malaise qui aurait provoqué un bond involontaire de Giuseppe Pinelli par la fenêtre de la Préfecture.

La thèse de l'homicide[modifier | modifier le code]

Les faits étranges liés à la mort de Giuseppe Pinelli pousseront beaucoup de monde à parler, toujours plus ouvertement, d'homicide : il aurait été défenestré.

Les suspects[modifier | modifier le code]

Les motivations[modifier | modifier le code]

La première raison pour croire en la thèse de l'homicide serait l'incohérence de l'intention de se suicider avec le caractère de Giuseppe Pinelli: ceux qui le connaissaient soutiennent que la décision de se suicider était impensable pour la victime. Selon ces sources, Pinelli n'aurait jamais pris en considération l'hypothèse du suicide, ni même confronté au risque d'une condamnation à perpétuité pour attentat. Au moment de la mort, la condamnation n'était de toute façon pas envisagée, du fait du manque de preuves.

Les doutes sur la version officielle[modifier | modifier le code]

Les diffamations sur les personnes convoquées[modifier | modifier le code]

La seconde autopsie[modifier | modifier le code]

Le souvenir de Pinelli[modifier | modifier le code]

Tomba Pinelli.jpg

La figure de Pinelli a été prise, dans les milieux anarchistes, comme un symbole de l'opposition au pouvoir constitué en général et au pouvoir policier en particulier.

Musique[modifier | modifier le code]

Diverses chansons ont été composées sur Pinelli, comme « La Ballade de l'anarchiste Pinelli » (titre original La ballata per anarchico Pinelli), écrite par G. Barozzi, F. Lazzarini, U. Zavanella, trois jeunes anarchistes mantouans, le soir même des funérailles, puis révisée et mise en musique par Joe Fallisi en 1970. Elle a, par la suite, été reprise par de nombreux chanteurs italiens ainsi que le groupe français Les Amis d'ta femme.

En février 1970, le chanteur Franco Trincale composa un Lamento en hommage à la mort de Giuseppe Pinelli, qui est devenu très populaire et a été inclus dans plusieurs albums de cet artiste.

Ballata per l'anarchico Pinelli:

Quella sera a Milano era caldo

ma che caldo, che caldo faceva,

"Brigadiere, apri un po' la finestra!",

una spinta ... e Pinelli va giú.

"Sor questore, io gliel'ho giá detto,

le ripeto che sono innocente,

anarchia non vuol dire bombe,

ma uguaglianza nella libertá".

"Poche storie, confessa, Pinelli,

il tuo amico Valpreda ha parlato,

é l'autore di questo attentato

ed il complice certo sei tu".

"Impossibile!", grida Pinelli,

"Un compagno non puó averlo fatto

e l'autore di questo delitto

fra i padroni bisogna cercar".

"Stai attento, indiziato Pinelli,

questa stanza é giá piena di fumo,

se tu insisti, apriam la finestra,

quattro piani son duri da far".

C'e' una bara e tremila compagni,

stringevamo le nostre bandiere,

quella sera l'abbiamo giurato,

non finisce di certo cosí.

E tu Guida, e tu Calabresi,

se un compagno é stato ammazzato,

per coprire una strage di Stato,

questa lotta piú dura sará.

Quella sera a Milano era caldo

ma che caldo, che caldo faceva,

"Brigadiere, apri un po' la finestra!",

una spinta ... e Pinelli va giú.

Traduction: Ce soir il faisait chaud à Milan

Si Chaud, il faisait tellement chaud.

"Brigadier, ouvrez la fenêtre!"

Une bousculade ... et Pinelli est tombé.

"Mr. Questor, je vous l'ai déjà dit,

Je vous répète que je suis innocent,

L'anarchie ça ne veut pas dire les bombes,

mais l'égalité dans la liberté".

"Plus de fumisterie : confesse toi Pinelli !

Ton ami Valpreda a parlé,

Il est l'auteur de cet attentat,

et tu en es le complice !".

"Impossible!", S'écrit Pinelli.

"Un camarade n'aurait pas pu faire ça,

et l'auteur de ce crime

est à chercher parmi les puissants".

"Regarde, suspect Pinelli

Cette pièce est déjà pleine de fumée,

Si tu insiste, nous ouvrirons la fenêtre.

Et 4 étages, ça fait haut".

Il y a un cercueil et 3000 camarades,

nous serrions fort nos drapeaux,

Cette nuit nous avons juré,

que nous n'en resterons pas là.

Et toi Guida, toi Calabresi,

si un camarade était tué

pour couvrir un massacre d'Etat,

Ce combat n'en sera que plus dur.

Ce soir il faisait chaud à Milan,

Si chaud, il faisait tellement chaud.

"Brigadier, ouvrez la fenêtre!"

Une bousculade, Pinelli est tombé.

Théâtre[modifier | modifier le code]

Dario Fo s'est inspiré de l'événement pour écrire Mort accidentelle d'un anarchiste (mais la référence quasi explicite qui y est faite est pour Andrea Salsedo).

Peinture[modifier | modifier le code]

L'œuvre picturale d'Enrico Baj, qui devait être exposée à Milan le même jour que l'homicide Calabresi, intitulée I Funerali di Pinelli (voir en ligne), s'inspire, elle aussi de ces événements.

Cinéma[modifier | modifier le code]

Piazza Fontana (titre original : Romanzo di una strage) est un film italien réalisé par Marco Tullio Giordana, sorti en 2012.

Littérature et journalisme[modifier | modifier le code]

La question de la plaque[modifier | modifier le code]

Plaque commémorative (12 décembre 2007).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]