Éric Hazan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hazan.
Éric Hazan
Naissance
Paris (France)
Nationalité Drapeau de France Français
Profession

Éric Hazan, né en 1936, est un écrivain et éditeur français. Il a fondé les éditions La Fabrique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Éric Hazan est né à Paris[1] d'une mère apatride née en Palestine et d'un père juif originaire d'Égypte[2], Fernand Hazan, éditeur, lui-même fils d'Émile Hazan, également éditeur.

Très tôt engagé politiquement, il s'engage aux côtés du FLN durant la guerre d'Algérie[3]. En 1975, devenu chirurgien cardiovasculaire, et membre fondateur de l’Association médicale franco-palestinienne, il se rend au Liban alors en pleine guerre, pour servir de médecin « à cette "armée" que l’on appelait à l’époque les "Palestino-progressistes" »[3]. Il est membre du comité de parrainage du Tribunal Russell sur la Palestine dont les travaux ont commencé le 4 mars 2009[4].

Pendant quatorze ans, il dirige les éditions Hazan prenant ainsi la succession de son père Fernand Hazan qui avait créé cette maison d'édition consacrée aux livres d'art. Il quitte la direction après le rachat par le groupe Hachette quatre ans après la mort du fondateur. En 1998, il fonde les éditions La Fabrique et se tourne vers l'écriture[3]. Il a également été traducteur (notamment des œuvres d'Edward Said).

En septembre 2012, il publie Une histoire de la Révolution française dans laquelle il entend appréhender « un mille-feuilles dont chaque couche doit être la plus fine possible » (il ne considère donc pas la Révolution française d'un bloc et d'un tout) car « c'est dans le détail qu'on arrive à y comprendre quelque chose, et non dans les grandes synthèses »[5]. Selon l’historien Antoine de Baecque, le livre est ouvertement robespierriste[6].

Engagements et prises de position[modifier | modifier le code]

Pour les cinq de Villiers-le-Bel

Il est signataire, en juin 2010, d'une pétition très controversée parue dans le journal Libération, appelant au renversement de la police qualifiée d'« armée d'occupation », intitulée Pour les cinq de Villiers-le-bel[7]. Pour Philippe Bilger, cette tribune « ne relève même plus de l'extrême-gauche ni d'un gauchisme sulfureux », mais ne vise « à rien moins qu'à légitimer les tentatives de meurtre »[8].

Dénonciation d'un texte d'orientation du Mrap

Éric Hazan fait partie des signataires d'une tribune dénonçant le texte d’orientation adopté pour trois ans par le Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples (Mrap) à son congrès des 30 mars et à Bobigny (Seine-Saint-Denis). Cette tribune critique reproche au texte du Mrap de mentionner le « racisme antiblanc », le racisme antiblanc étant, selon la tribune critique, une « notion dont l’extrême droite identitaire s’est rapidement emparée avec avidité »[9].

État d'urgence en France en 2015

Le 24 novembre, plusieurs intellectuels français publient dans Libération une tribune appelant à manifester le 29 novembre à Paris malgré l'interdiction. Ils notent que « C’est une victoire pour Daesh que d’avoir provoqué la mise sous tutelle sécuritaire de la population tout entière » [...] S’il existe quelque chose comme une valeur française, c’est d’avoir refusé depuis au moins deux siècles de laisser la rue à l’armée ou à la police [...] nous n’acceptons pas que le gouvernement manipule la peur pour nous interdire de manifester. Parmi les signataires : Éric Hazan, Frédéric Lordon, Hugues Jallon, Serge Quadruppani, Jacques Fradin, Ivan Segré, Nathalie Quintane, Pierre Alféri, François Cusset[10].

Réforme El Khomri du code du travail

En mars 2016, dans le cadre des manifestations contre la « loi Travail », Éric Hazan signe une tribune, avec entre autres Pierre Alféri, Jérôme Baschet, Serge Quadruppani et Frédéric Lordon, diffusée par des médias alternatifs et relayée sur les réseaux sociaux, mais passée entièrement sous silence par les mainstreams. Cette tribune soutient le mouvement d'occupations des places (qui prendra la forme de Nuit debout) et les actions de rue : « […] les prochaines dates sont le 24 et surtout le 31 mars, avec la proposition, ce jour-là, de rester dans la rue et d’occuper des places. Mais nous avons appris ces dernières années que les occupations de places à elles seules ne suffisent pas à bloquer le fonctionnement des institutions. Le risque qu’elles contiennent est de se contenter d’exister, d’attendre leur évacuation ou leur épuisement. À notre sens, elles doivent donc plutôt servir de base depuis lesquelles prendre les lieux d’où les "représentants du peuple" prétendent pouvoir le gouverner, et à l’occasion le matraquer. Mairies, conseils divers, assemblées soi-disant régionales ou nationales, tout cela mérite d’être investi, repris, assiégé ou bloqué. Nous devons viser le blocage organisé du pouvoir politique. Il est donc crucial que soit défendu publiquement, dans ces jours, le bien-fondé du recours à l’action de rue. […][11],[12] » Il estime cependant qu'« aucune insurrection ne se prépare place de la République[13] ».

Œuvres[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • L'Invention de Paris, il n'y a pas de pas perdus, Paris, Seuil (collection Fiction et Cie), 2002, (ISBN 2020540932) (réédition poche, Points, 2010 et grand format avec illustrations, Seuil, 2012)
  • Chronique de la guerre civile, Paris, La Fabrique, 2004 (ISBN 9782913372320)
  • Faire mouvement, Recueil d'entretiens avec Mathieu Potte-Bonneville, Paris, Les Prairies Ordinaires (collection Contrepoints), 2005
  • LQR : la propagande du quotidien, Paris, Liber-Raisons d'agir, 2006 (ISBN 2-912107-29-6)
  • Notes sur l’occupation : Naplouse, Kalkilyia, Hébron, Paris, La Fabrique, 2006
  • Changement de propriétaire, la guerre civile continue, Paris, Seuil, 2007. (ISBN 2020961652) (comprends trois entretiens avec Alain Badiou, Daniel Bensaid et Jacques Rancière)
  • L'Antisémitisme partout. Aujourd'hui en France, avec Alain Badiou, Paris, La Fabrique, 2011 (ISBN 9782358720182)
  • Paris sous tension, Paris, La Fabrique, 2011 (ISBN 978-2-3587-2020-5)
  • Vues de Paris 1750-1850, Paris, Bibliothèque de l'Image et Bibliothèque Nationale de France, 2011 (+ le texte L'or et le plâtre)
  • Un État commun. Entre le Jourdain et la mer, avec Eyal Sivan, Paris, La Fabrique, 2012 (la publication offre aussi le film réalisé par Eyal Sivan Un État commun, conversation potentielle, Momento, 120 minutes)
  • Une histoire de la Révolution française, Paris, La Fabrique, 2012
  • Reflections on Anti-Semitism, with Alain Badiou et Ivan Segre, London, VersoBooks, 2013
  • Premières mesures révolutionnaires : après l’insurrection, avec Kamo, Paris, La Fabrique, 2013
  • La Barricade : histoire d'un objet révolutionnaire, Paris, Autrement (collection Leçons de choses), 2013
  • La dynamique de la révolte : Sur des insurrections passées et d'autres à venir, Paris, La Fabrique, 2015
  • Une traversée de paris, Paris, Seuil (collection Fiction et Cie), 2016
  • Pour aboutir à un livre, Paris, La Fabrique, 2016

Direction d'ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Moustapha Barghouti, Rester sur la montagne, Entretiens sur la Palestine avec Eric Hazan, Paris, La Fabrique, 2005
  • Raymond Depardon, Le désert, allers et retours. Propos recueillis par Eric Hazan, Paris, La Fabrique, 2014
  • Paris Magnum (textes d'Eric Hazan), Paris, Flammarion, 2014 (édition anglaise aux mêmes édition, publié aussi en novembre 2014 et avec une autre maquette)
  • Charles Frémont, Paris au temps des fiacres. Photographies, 1885-1914 (textes d'Eric Hazan), Paris, Le Seuil, 2015

Ouvrages traduits[modifier | modifier le code]

  • Tariq Ali, Bush à Babylone: La recolonisation de l'Irak, La Fabrique, 2004 (de l'anglais)
  • André Schiffrin, Le contrôle de la parole. l'édition sans éditeur, suite, La Fabrique, 2005 (de l'anglais)
  • Tanya Reinhart, L'héritage de Sharon: Détruire la Palestine, suite, La Fabrique, 2006 (de l'anglais)
  • André Schiffrin, L'argent et les mots, La Fabrique, 2010 (de l'anglais)
  • Hongsheng Jiang, La Commune de Shanghai et la Commune de Paris, préface Alain Badiou, La Fabrique, 2014 (de l'anglais)

Préfaces et postfaces[modifier | modifier le code]

  • Comme une ombre portée, Postface à Paradis infernaux. Les villes hallucinées du néo-capitalisme de Mike Davis et Daniel B. Monk, Paris, Les Prairies Ordinaires (collection Penser/croiser), 2008
  • Les pauvres et leurs quartiers, Postface à Les causes de la mortalité dans les divers quartiers de Paris de Louis-René Villermé, Paris, La Fabrique, 2008
  • Assez de larmes!, Introduction à Le livre: que faire? (collectif), Paris, La Fabrique, 2008
  • Police, Révolution, Police, Préface à Ce que tout révolutionnaire doit savoir de Victor Serge, Paris, Zones Éditions, 2009
  • Quelques rides de plus, Préface à The Invention of Paris. A radical guide of Paris throught, art, literature and revolution, London, Verso Books, avril 2011
  • Lissagaray, Préface à The History of the Paris Commune of 1871 de Prosper-Olivier Lissagaray, London, VersoBooks, 2012 (traduction anglaise de l'édition Paris, La Découverte, qui est une réédition à partir du fond Maspero)
  • La porte des mots, Préface à De la banlieue rouge au Grand Paris. D'Ivry à Clichy et de St-Ouen à Charenton de Alain Rustenholz, Paris, La Fabrique, 2015
  • Préface à Montmartre du plaisir au crime de Louis Chevalier, Paris, La Fabrique, 2015

Entretiens[modifier | modifier le code]

  • La Haine des villes, entretien avec Eric Hazan et bernard Marchand sur les banlieues et l'urbaphobie française, in La Revue Des Livres (RDL) no 1, Paris, Amsterdam, septembre 2011
  • Eric H., entretien avec David Dufresne in Tarnac, magasin général, Paris, Calmann-Lévy (collection Documents, Actualités, Société), 2012 (réédition poche sous le titre Tarnac, magasin général: Récit, Paris, Fayard/Pluriel, 2013)
  • Grand entretien avec Eric Hazan (par Camille Polloni), in Rue89, 9 septembre 2012

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Présentation d’Éric Hazan sur le site de La Fabrique
  2. Éric Hazan fait de la résistance par Elsa Vigoureux
  3. a, b et c Entretien chez Politis en juin 2005
  4. Voir la liste des parrainages dans l'article Tribunal Russell sur la Palestine et la conférence de presse du 04/03/2009, sur le site du Tribunal Russel sur la Palestine : [1]
  5. « La Révolution française n'est pas finie ! », Philippe Petit, Marianne, numéro 804 daté du 15 septembre 2012, mis en ligne sur le site Marianne2 le 4 octobre 2012.
  6. Antoine de Baecque, « La Révolution, pour elle-même », in L'Histoire, no 383, janvier 2013, page 90.
  7. Pour les cinq de Villiers-le-Bel, liberation.fr
  8. Quand Libé fait l'apologie de la violence à Villiers-le-Bel, Philippe Bilger, 25 juin 2010
  9. tribune contre le texte du Mrap, rue89.com
  10. Collectif, « Bravons l'état d'urgence, manifestons le 29 novembre », Libération,‎ (lire en ligne).
  11. « Pourquoi nous appuyons la jeunesse », lundi.am, no 53,‎ (lire en ligne).
  12. http://bellaciao1.rssing.com/browser.php?indx=4610309&item=13444.
  13. Kévin « L'Impertinent » Victoire, « Éric Hazan : « Aucune insurrection ne se prépare place de la République » », sur Le Comptoir,‎ (consulté le 26 avril 2016)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :