Jean-Pierre Duteuil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jean-Pierre Duteuil
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (74 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Membre de
Mouvement

Jean-Pierre Duteuil, né le (74 ans) à Paris, est un militant anarchiste et éditeur français, très proche de Daniel Cohn-Bendit durant les années 1965-1968 à la faculté de Nanterre.

Quelques semaines avant Mai 68, il est un des initiateurs du Mouvement du 22-Mars[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Après avoir raté son baccalauréat en 1962, il part en Italie où il rencontre des militants anarchistes italiens.

Élève au lycée de Nanterre en 1963-1964, lecteur du Monde libertaire, il participe à des actions antimilitaristes et contre l’armement atomique.

Étudiant en sociologie à la Faculté des lettres de Nanterre[2] à partir de la rentrée 1964, il est l'un des fondateurs du groupe anarchiste qui conduit des actions, notamment concernant le contenu de l'enseignement :

« Il s'agit de faire tomber le maître de son piédestal, de le désacraliser aux yeux des étudiants, et de l'amener, éventuellement, à réagir et à manifester — par colère — un autoritarisme qui ne manquerait pas d'apparaître ridicule[3]. »

La même année, à la suite d'une annonce parue dans Le Monde libertaire, le groupe rejoint la Liaison des étudiants anarchistes, créée l’année précédente notamment par Tomás Ibáñez et Richard Ladmiral. L’année suivante, le groupe de Nanterre, qui n’est pas seulement composé d’étudiants, adhéra à la Fédération anarchiste.

Il participe notamment[4] avec Cohn-Bendit à la fondation du Mouvement du 22 mars, dont le rôle est important dans les événements de Mai 1968.

Au début des années 1970, il est chargé de cours en psychologie sociale à l'Université Paris-Dauphine puis il s'installe dans le Berry en 1974, puis dans la Vienne en 1977, où il entreprend d'élever des chèvres.

Après avoir adhéré à l'Organisation communiste libertaire (OCL) en 1978, il part pour le Pays basque[5] en 1979. Abandonnant l'enseignement en 1980, il crée une imprimerie associative et les éditions Acratie (sans pouvoir) et milite dans le cadre de la lutte antinucléaire[6] et dans le mouvement abertzale.

De retour dans le département de la Vienne en 1994, il poursuit son travail d'édition et sa collaboration au journal de l'OCL, Courant alternatif.

Les éditions Acratie[modifier | modifier le code]

Les éditions Acratie sont une maison d'édition de la littérature libertaire, dont le catalogue comporte une soixantaine de livres. Leur tirage est de l'ordre du millier d'exemplaires.

La maison d'édition ne participe à aucun salon officiel, uniquement à des salons militants.

Publications[modifier | modifier le code]

  • La Révolte étudiante. Les animateurs parlent, avec Hervé Bourges, Jacques Sauvageot, Alain Geismar et Daniel Cohn-Bendit, Seuil, 1968
  • Nanterre, vers le mouvement du 22 mars, préface de Daniel Cohn-Bendit, Acratie, 1988
  • Mai 68. Un mouvement politique, Acratie, 2008

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dictionnaire des anarchistes, 2014 : notice biographique.
  2. Nanterre est à cette époque une annexe de la Sorbonne.
  3. Jean-Pierre Duteuil, cité par Bernard Brillant, Les Clercs de 68, PUF, 2004, p. 158.
  4. Marylène Dagouat et Jacques Buob, « Les rêves de Mai 68 », dans L'Express, 25 mars 1993.
  5. Daniel Cohn-Bendit, Nous l'avons tant aimée, la révolution, Bernard Barrault, 1986, p. 65.
  6. Surtout à Golfech et à Civaux.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes et sources[modifier | modifier le code]

Vidéo[modifier | modifier le code]

  • Philippe Roziès, Lutter… ici et maintenant, LCP-Assemblée nationale, KUIV productions, 2013, 60 minutes, voir en ligne.