Rudolf Rocker

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Aragon.
Rudolf Rocker
Description de l'image Rudolf Rocker.jpg.
Naissance
Mayence
Décès (à 85 ans)
Mohegan, Maine, États-Unis
Nationalité allemand
Profession
historien, écrivain

Rudolf Rocker (né à Mayence le , mort à Mohegan, Maine, États-Unis le ), historien et écrivain anarchiste, est une figure majeure du mouvement libertaire international, théoricien de l'anarcho-syndicalisme et du socialisme libertaire[1].

Éléments biographiques[modifier | modifier le code]

En 1912 à Londres (deuxième en haut en partant de la gauche).

Rudolph Rocker est né en Rhénanie, à Mayence, de parents ouvriers et catholiques. Orphelin assez jeune, il fut admis dans un orphelinat catholique. À la fin de ses années d'apprentissage, il devint relieur et exerça en tant que compagnon itinérant pendant plusieurs années[2]. Ses conceptions politiques évoluèrent vers l'anarchisme à partir de 1890, après avoir été socialiste puis adhérent au Parti social démocrate allemand[3].

Apports théoriques[modifier | modifier le code]

Dans Nationalismus und Kultur il fait un tour complet de l'histoire de l'humanité à travers le prisme du nationalisme. Il prétend que le nationalisme limite le développement culturel dans le sens large : Jamais l'homme n'a été aussi créatif que dans les périodes de décadence des États et de la notion de nation. Nationalismus und Kultur est un ouvrage imposant qui invite le lecteur à revoir ses idées reçues sur énormément de domaines. Il termine le livre en tirant des conclusions pour l'avenir de l'Europe en prônant le fédéralisme. La tendance historique de la construction européenne à tendre vers le fédéralisme européen pourrait lui donner raison[citation demandée].

Bien que soulignant les aberrations du capitalisme, il maintient que ce dernier est de loin moins mauvais que le « communisme » essentiellement à cause de la perte de liberté que ce dernier comporte.

Pour lui, « Alors que le socialisme libertaire ou anarchisme s’est rattaché à la doctrine libérale des traditions humanistes et a approfondi la question de la liberté jusqu’au bout, le socialisme autoritaire rappela à la vie des philosophies absolutistes auxquelles les révolutions des XVIIe et XVIIIe siècles avaient tordu le cou ». L’autoritarisme socialiste porte la lourde responsabilité d’avoir ouvert la voie « à la réaction nouvelle pour aboutir à l’État totalitaire ». Le rejet du capitalisme chez Rocker s’accompagne d’un regard très critique sur les formes dominantes de socialisme : « Ces deux extrêmes, l’impérialisme capitaliste avec la domination de ses cartels économiques et les courants socialistes avides de dictature, ont des points de contact communs ». Pour contrer le nationalisme et le totalitarisme, dont il déplore l’attraction sur les milieux ouvriers, un socialisme de la liberté est à réinventer[1].

Nationalismus und Kultur a été publié en anglais car il a été achevé aux États-Unis. Il existe aussi une édition en espagnol, en allemand et en français.

Œuvres traduites en français[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

• Thierry Porré, Rudolf Rocker, théoricien et homme d'action
• Heiner Becker, Escales à Paris
• Herzkovitsky, Années d'exil : au service des tailleurs
• Martine-Lina Rieselfeld, Allemagne, un mouvement anarchiste méconnu
• Yves Blavier, L'Allemagne des années révolutionnaires
• Eduardo Colombo, L'alternative libertaire
Philippe Pelletier, Une œuvre : nationalisme contre culture
• James Twenty, De l'action à l'écrit, une même volonté de lutte
  • Tanguy L'Aminot, Rudolf Rocker et Rousseau : à propos de « Nationalisme et culture », suivi de Rudolf Rocker : Rousseau, créateur de la moderne réaction, extrait du chapitre 10 de Nationalisme et culture, trad. de l'anglais par T. L'Aminot, in Jean-Jacques Rousseau, politique et nation éd. par T. L'Aminot, René Pomeau et Alexandre Stroev, Paris, Champion, 2001, p. 461-481.
  • (en) Mina Graur, An Anarchist Rabbi: The Life and Teachings of Rudolf Rocker, New York: St. Martin's Press, 1997.
  • (en) Robert Graham, Anarchism : A Documentary History of Libertarian Ideas, From Anarchy to Anarchism (300 CE to 1939), volume I, Black Rose Books, 2005, texte intégral.

Notices[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Serge Audier, Anarchie vaincra (sur le papier), Le Monde, 3 juin 2015, lire en ligne.
  2. p. 3 in De la doctrine à l'action. L'anarcho-syndicalisme des origines à nos jours (éd. Atelier de création libertaire, 1995, 79 p.
  3. Il en fut exclu en 1890 pour avoir soutenu une tendance d'opposition de gauche au sein de ce parti, animée entre autres par Gustav Landauer (ibid., p. 3).