Llibertat Ródenas Rodriguez

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Llibertat Ródenas Rodriguez
Llibertat Ródenas.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 77 ans)
MexiqueVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Allégeance
Activités
Syndicaliste, militante pour les droits des femmes, anarchiste, anarcho-syndicalisteVoir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Josep Viadiu i Valls (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Parti politique
Membre de
Conflit

Llibertat Ródenas Rodriguez, née en 1892 dans la province de Valence et morte en exil au Mexique en 1970, est une anarcho-syndicaliste espagnole membre de la Confédération nationale du travail et de la Fédération anarchiste ibérique.

Elle est également active dans l'organisation anarcha-féministe Mujeres Libres.

Biographie[modifier | modifier le code]

Née à Chera en pays valencien, bonne oratrice, elle commence son activité antimilitariste pendant la Première Guerre mondiale[réf. souhaitée].

En 1918, elle s'installe à Barcelone où elle développe une intense activité syndicale pendant la période, 1919-1922, marquée par une forte répression patronale et le pistolérisme[1].

En 1922, elle rencontre son compagnon Josep Viadiu[2] et est membre du comité catalan régional de la Confédération nationale du travail.

Pendant la Seconde République espagnole, elle s'investit particulièrement dans les activités de la Fédération anarchiste ibérique (1930-1932)[3].

Miliciennes de la CNT-FAI lors de la Révolution sociale espagnole de 1936.

Après , elle se porte volontaire pour combattre dans la colonne Durruti sur le front d'Aragon[4].

Elle participe aux activités du groupe féministe Mujeres Libres[5], notamment en organisant l'évacuation des enfants de la zone républicaine.

Après la Retirada en 1939, elle se réfugie en France, puis à Cuba, avant un long exil au Mexique, ou elle meurt en 1970[6].

Bibliographie et sources[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. María Teresa Martínez de Sas et Pelai Pagès, Diccionari biogràfic del moviment obrer als països catalans, Edicions Universitat de Barcelona, (ISBN 84-8415-243-X, 978-84-8415-243-9 et 84-8338-227-X, OCLC 48397685, lire en ligne)
  2. (es) Miguel Iñiguez, Esbozo de una Enciclopedia histórica del anarquismo español, Fundación de Estudios Libertarios Anselmo Lorenzo, Madrid, 2001, page 627.
  3. (ca) Dolors Marín i Silvestre, « Llibertat Ròdenas: Feminista i Anarcosindicalista »
  4. Ignacio Clemente Soriano Jimenez, L'anarquisme a tarragona (1917-1924) : formos plaja i carme paredes., Publicacions Universitat, (ISBN 84-8424-418-0 et 978-84-8424-418-9, OCLC 951158938, lire en ligne)
  5. Mary Nash, Femmes Libres: Espagne, 1936-1939, La pensée sauvage, (ISBN 978-2-85919-002-6, lire en ligne)
  6. (es) « Llibertat Ródenas Rodríguez », sur Departamento de la Presidencia (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]