Comité central de la Garde nationale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Garde nationale.
Article général Pour un article plus général, voir Garde nationale française en 1870-1871.

Le comité central de la Garde nationale était pendant la Commune de Paris une assemblée formée des délégués élus par les membres de la Garde nationale. C'est l'instance exécutive de la Fédération de la Garde nationale. Ce comité dirigea de fait la ville de Paris du au .

Origines[modifier | modifier le code]

Cachet d'une pièce administrative (1871)

Pendant le siège de Paris par les Allemands (septembre 1870-mars 1871), la Garde nationale regroupe de plus en plus de Parisiens (60 bataillons début septembre, 254 bataillons début octobre). Les Gardes nationaux connaissent une intense vie politique. Aussi le , à l'initiative de Courty, commerçant du IIIe arrondissement, une assemblée générale réunie au Cirque d'hiver donne mandat à son bureau de convoquer rapidement les délégués d'arrondissement de la Garde nationale. Le 15 février, au Vauxhall, les délégués de tous les arrondissements (sauf le Ier et le IIe) décident de l'élection d'une commission provisoire chargée de rédiger les statuts d'une Fédération de la Garde nationale. La discussion se poursuit dans les nombreux clubs politiques de la capitale et dans les bataillons de la Garde nationale.

Le 24 février, une nouvelle réunion au Vauxhall permet à près de 2000 délégués représentants 200 bataillons de voter une motion affirmant que la Garde nationale ne se laissera pas désarmer par le gouvernement d'Adolphe Thiers et appelle les habitants de la province à imiter Paris. Le 28 février, la commission provisoire fait regrouper les canons de la garde nationale à Montmartre et Belleville en raison de l'entrée des soldats allemands dans Paris. Elle fait placarder l'Affiche noire qui recommande aux Parisiens de ne pas manifester contre les troupes allemandes qui occupent les XVIe et XVIIe arrondissements.

Le 3 mars, une nouvelle assemblée générale élit un Comité exécutif provisoire de 32 membres (des membres de la commission exécutive provisoire, des délégués du Comité central républicain des Vingt arrondissements et 3 observateurs de l'Association internationale des travailleurs. Apparaissent alors une partie des futurs membres du Conseil de la Commune de Paris: Bergeret, Arnold, Chouteau, Henry, Ostyn, Pindy, Varlin, Viard. Le même jour, le gouvernement d'Adolphe Thiers nomme d'Aurelle de Paladines commandant en chef de la Garde nationale. Face à cette provocation, le 4 mars, le Comité provisoire affirme que la Garde nationale «sera organisée de manière à protéger le pays mieux que n'ont pu le faire jusque là les armées permanentes et à défendre, par tous les moyens possibles, la République menacée». L'agitation se répand dans Paris ; le 4 mars, la garde républicaine doit évacuer sa caserne de la rue Mouffetard, le 9 les 7e, 8e et 16e bataillons de la Garde mobile se mutinent...

Le 10 mars, une assemblée générale des délégués de bataillons proclame la fin de l'armée permanente, et le gouvernement par eux-mêmes des citoyens libres. Elle refuse d'obéir au général d'Aurelle de Paladines. C'est l'affrontement avec le gouvernement. Le 11 mars, le général Vinoy, commandant en chef de l'Armée de Paris, suspend de nombreux journaux républicains (La Bouche de fer, La Caricature, Le Cri du peuple, Le Mot d'ordre, Le Père Duchêne, Le Vengeur) et fait condamner à mort par contumace Gustave Flourens et Auguste Blanqui, en raison de leur rôle dans le soulèvement du 31 octobre 1870 contre la politique du Gouvernement de la Défense nationale.

Le 15 mars, dans la salle du Vauxhall, 1325 délégués représentant 215 bataillons de la Garde nationale votent les statuts du Comité central de la Garde nationale et nomment pour général en chef Garibaldi qui refuse. Manquent les délégués des bataillons des arrondissements bourgeois de la capitale: Ier, IIe, VIIe, VIIIe, IXe et XVIe arrondissements. Le nouveau comité comprend 33 membres (la plus grande partie du comité provisoire élu le 3 mars, et des nouveaux qui seront aussi membres du Conseil de la Commune : Édouard Moreau de Beauvière, Allemane, Arnaud, Assi, Babick, Billioray, Blanchet, Clémence, Duval, Eudes, Geresme, Jourde, Lisbonne, Ranvier...)

La composition du Comité révèle une origine sociale populaire mais non pas prolétaire. On y trouve à côté de quelques ouvriers, des petits patrons, des petits commerçants, des professions libérales. Ce sont des républicains qui désirent défendre la République (dont l'existence semble menacée par une Assemblée nationale élue le 8 février où dominent les royalistes). Ils veulent la fin de l'armée permanente qui a montré ses faiblesses dans la récente guerre contre les Allemands et son remplacement par des milices (telle la Garde nationale). Surtout, ce sont des partisans de la démocratie directe et du droit de regard de la population sur la conduite des affaires publiques.

Le comité à l'œuvre[modifier | modifier le code]

À l'issue du soulèvement du 18 mars 1871, le Comité central s'installe à l'Hôtel de ville de Paris et rédige deux déclarations. Une est adressée Au « Peuple français », l'autre Aux « Gardes nationaux » et annonce la levée de l'état de siège et la tenue prochaine d'élections municipales. Lullier est nommé commandant en chef de la Garde Nationale. Le 19 mars, le Comité central refuse de marcher sur Versailles où s'est réfugié Adolphe Thiers comme le lui demande une minorité de ses membres. Pour lui, la Commune est une affaire parisienne, ce n'est pas à Paris de décider du gouvernement de la France.

Le Comité annonce que les élections municipales auront lieu le 22 mars, au scrutin de liste par arrondissement à raison d'un Conseiller par 20 000 habitants ou fraction de plus de 10 000. Le Comité nomme des délégués chargés d'un secteur de l'administration municipale : Jourde et Varlin sont nommés aux Finances, Grollier et Vaillant s'occupent de l'Intérieur, Grousset obtient les Relations extérieures, Duval et Rigault sont à la Préfecture de Police, Eudes est nommé à la Guerre, Bergeret est délégué à l'État-major de la Garde nationale et Édouard Moreau de Beauvière dirige le Journal Officiel.

Le Comité central doit d'abord s'efforcer de contrôler tout Paris. Le 18 mars, le soulèvement touche La Villette, Belleville, les XIIIe, XIVe et XVe arrondissements. Les autres arrondissements doivent être conquis en évinçant les maires : le IXe le 20 mars, le VIe le 22, le VIIe le 24 mars. Le 24 et 25 mars, on remplace les maires des IVe, Ve, Xe et XIIe arrondissements qui ont disparu. Le Ier, le IIe et le XVIe arrondissements résistent, et une partie des habitants participe aux manifestations des Amis de l'Ordre des 21 et 22 mars.

Dès sa prise de fonction, le Comité décide de proroger les échéances des effets commerciaux ou des loyers, de suspendre la vente des objets déposés aux Monts-de-Piété de la capitale, et interdit l'expulsion des locataires, mesures sociales dont l'annulation par l'Assemblée nationale a en grande partie provoqué le soulèvement du 18 mars. Également, il fait remettre en liberté tous les détenus politiques (nombreux après la répression qui a suivi les échecs des soulèvements du 31 octobre 1870 et du 22 janvier 1871. La liberté de la presse est rétablie et les conseils de Guerre sont supprimés.

Les 21 et 22 mars, le Comité réprime les manifestations que des habitants des quartiers bourgeois (les Amis de l'Ordre) ont organisé pour empêcher le déroulement des élections (qui devront être repoussées au 26 mars). Le 22 mars, le Comité central républicain des Vingt arrondissements rallie le Comité central de la Garde nationale et y apporte son savoir-faire politique. Le 23 mars, l'Association internationale des travailleurs, sous l'impulsion de Léo Fränkel, en fait de même. Le 25 mars le Comité publie un appel aux citoyens de Paris les mettant en garde sur le choix des candidats à l'élection. Le 28 mars, le Comité central cède la place au Conseil de la Commune qui vient d'être élu (nombre de ses membres siègent d'ailleurs dans le nouvel organisme) et qui prend en charge les affaires de Paris. C'est le début de la Commune.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bernard Noël, Dictionnaire de la Commune, Flammarion, collection « Champs », 1978
  • Jacques Rougerie, Paris libre 1871, Le Seuil, collection « Politique », 1971
  • Rémy Valat et Pierre-Henri Zaidman, « La Garde nationale fédérée de Paris : une force républicaine, démocratique et révolutionnaire (2 septembre 1870 - 18 mars 1871) » in Gavroche. Revue d'histoire populaire, no 153, 27e année, janvier-mars 2008, p. 14-25.