Luigi Galleani

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Luigi Galleani
Description de cette image, également commentée ci-après
Photographie de Luigi Galleani
Nom de naissance Luigi Galleani
Naissance
Verceil (Italie)
Décès (à 70 ans)
Aulla (Italie)
Profession
Formation
Études de Droit

Luigi Galleani (né à Verceil le  ; mort à Aulla le ), est un anarchiste insurrectionnel, théoricien anarchiste et éditeur du journal Cronaca Sovversiva (en français, Chronique subversive).

Biographie[modifier | modifier le code]

Luigi Galleani est né le à Verceil dans le Piémont italien. Issu d'une famille de la classe moyenne (son père est enseignant), il suit des études de droit à l'université de Turin, dans le but de devenir avocat. Il découvre alors l'anarchisme et devient rapidement un militant important de la cause anarchiste[1].

Arrêté avec 34 compagnons[2], il est condamné en juin 1894 à trois ans de réclusion, puis emprisonné à Pantelleria d'où il s'évade.

Il gagne alors la Tunisie, puis l'Égypte, l'Angleterre, et enfin les États-Unis en octobre 1901.

Il donne alors des conférences à New York et collabore au journal La Questione sociale dont il devient l'un des rédacteurs principaux.

Le 18 juin 1902, il soutient les ouvriers du textile en grève à Paterson dans le New Jersey. Brillant orateur, avec de l'allure et une personnalité magnétique[1], il invite les ouvriers à manifester leur révolte. La manifestation dégénère en émeute à la suite des provocations d'un contremaître. Luigi Galleani est alors activement recherché à la suite de la loi martiale décrétée du 20 juin au 2 juillet 1902. Il trouve alors refuge à Montréal au Canada avant de revenir aux États-Unis sous un faux nom en 1903.

Le , il fait paraître le journal Cronaca Sovversiva dans lequel il défend la propagande par le fait et l'action directe.

En 1905, dans Cronaca Sovversiva il publie un article intitulé La salute è in voi !, un guide de fabrication d'explosif basé sur les écrits d'un de ses amis, chimiste à Milan[3].

En 1908, La Questione sociale est interdite de diffusion.

Le , à la suite de l'attentat du contre la maison du procureur général des États-Unis Alexander Mitchell Palmer et aux affrontements du à New York, Luigi Galleani et ses collaborateurs sont expulsés des États-Unis.

De retour à Turin, il fait reparaître avec Raffaele Schiaviana le journal Cronaca Sovversiva le , puis est emprisonné à plusieurs reprises par le régime fasciste, dès l'arrivée au pouvoir de Benito Mussolini.

Il meurt le à Caprigliola un hameau de la commune d'Aulla en Toscane.

Compléments[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Paul Avrich, Sacco and Vanzetti: The Anarchist Background, Princeton University Press, 1991
  2. (fr) Max Nettlau, Bibliographie de l'anarchie, Paris, 1897
  3. (en) Charles H. McCormick, Hopeless Cases: The Hunt For The Red Scare Terrorist Bombers, University Press of America, 2005