Alexis Louis Trinquet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Alexis Louis Trinquet
Alexis Louis Trinquet.jpg
Alexis Louis Trinquet en 1880.
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Autres informations
Membre de
Arme
Conflit
Lieu de détention

Alexis Louis Trinquet est né à Valenciennes (Nord) le et mort le à Paris (XIe arrondissement)[1]. C'est une personnalité de la Commune de Paris.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ouvrier cordonnier, il se fixe à Paris vers 1850. En 1866, il participe à la création d'une société coopérative L'Économie ouvrière. En 1869, il fait campagne pour l'élection d'Henri Rochefort au Corps législatif. En , il est condamné à six mois de prison pour cris séditieux et port d'armes.

Il est libéré par la proclamation de la République le . Pendant le siège de Paris par les Allemands (-), il s'engage dans la Garde nationale. Aux élections complémentaires du , il est élu au Conseil de la Commune par le XXe arrondissement ; il siège à la commission de la Sûreté générale. Il vote pour la création du Comité de Salut public. Pendant la Semaine sanglante, il combat sur les barricades à Belleville. Arrêté, il est condamné aux travaux forcés à perpétuité par le conseil de Guerre. Il est envoyé au bagne en Nouvelle-Calédonie. Malade, il tente de s'évader sans succès et est puni par trois ans de double chaîne. En 1880, toujours au bagne, il est élu aux élections municipales de Paris, dans la circonscription bellevilloise de Léon Gambetta, comme candidat de l'amnistie.

Il rentre après l'amnistie de . À sa mort, il était employé comme inspecteur à la préfecture de la Seine.

Publication posthume[modifier | modifier le code]

Dans l'enfer du bagne : Mémoires d'un transporté de la Commune, présenté par Bruno Fuligni, édité par les Éditions des Arènes en 2013, transcription complète du manuscrit d'Alexis Trinquet, (ISBN 2352042283 et 9782352042280), 304 p.

Références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Archives de Paris, État-civil numérisé du XIe arrondissement, registre des décès de l'année 1882, acte No 1433.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Bernard Noël, Dictionnaire de la Commune, Flammarion, collection Champs 1978.

Liens[modifier | modifier le code]