Plouharnel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Plouharnel
Plouharnel
La chapelle Notre-Dame-des-Fleurs.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Morbihan
Arrondissement Lorient
Intercommunalité Auray Quiberon Terre Atlantique
Maire
Mandat
Chantal Le Piouff-Le Bihan
2020-2026
Code postal 56340
Code commune 56168
Démographie
Gentilé Plouharnelais, Plouharnelaise
Population
municipale
2 160 hab. (2017 en augmentation de 1,6 % par rapport à 2012)
Densité 118 hab./km2
Population
agglomération
7 859 hab.
Géographie
Coordonnées 47° 35′ 56″ nord, 3° 06′ 41″ ouest
Altitude 21 m
Min. 0 m
Max. 33 m
Superficie 18,32 km2
Élections
Départementales Canton de Quiberon
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bretagne
Voir sur la carte administrative de Bretagne
City locator 14.svg
Plouharnel
Géolocalisation sur la carte : Morbihan
Voir sur la carte topographique du Morbihan
City locator 14.svg
Plouharnel
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Plouharnel
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Plouharnel
Liens
Site web http://www.plouharnel.fr/

Plouharnel [pluaʁnɛl] est une commune française, située dans le département du Morbihan en région Bretagne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Cette commune est située au fond de la baie de Quiberon, à 3 km de Carnac.

Le littoral de la commune fait partie du massif dunaire de Gâvres-Quiberon, le plus grand cordon dunaire de Bretagne qui s'étend de la pointe de Gâvres au fort de Penthièvre sur la commune de Saint-Pierre-Quiberon[1].Ce grand site dunaire de Quiberon-Gâvres, allant du Fort de Penthièvre à la Petite mer de Gâvres, est le plus long massif dunaire de Bretagne, coupé seulement par la ria d'Étel. Ce massif dunaire se serait formé il y a 2 500 ans environ et plus de 800 espèces végétales y sont inventoriées ; il comprend des zones humides d'origine naturelle comme l'étang du Cosquer à Erdeven ou Le Bego en Plouharnel, Gléric, Len Vraz, et d'autres d'origine anthropique comme les anciennes carrières de sable de Kerminihy et de Kervegant. Cet espace naturel est menacé par la surfréquentation touristique, l'existence de décharges sauvages et la prolifération d'espèces invasive, mais d'importantes mesures de protection ont été prises (création de cheminements piétonniers et cyclables, pose de ganivelles, etc..)[2].

Le massif dunaire est devenu le le 18e Grand site de France sous le nom de « Dunes Sauvages de Gâvres à Quiberon »[3].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attestée sous la forme Ploiarnel en 1387 [4].

Le nom breton de Plouharnel est Plouharnel[5] ou Plarnel[6]. Le nom de Plouharnel est composée de plou = paroisse et d'Arnel donc il signifierait paroisse d'Arnel. En réalité, Arnel est saint Armel[7] qui laissa aussi son nom à Ploërmel, Plouarzel, Saint-Armel, Ergué-Armel, il faut donc comprendre paroisse d'Armel. Jusqu'au XIXe siècle, on trouve dans les ouvrages la graphie Plouharmel. Saint Armel est d'ailleurs représenté sous la forme d'une statue dans l'église de Plouharnel[8] puisqu'il est le patron de la paroisse et l'église paroissiale - qui date de 1840 où elle a été entièrement reconstruite à l'initiative du recteur Sagot - lui est dédiée.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le , une bataille entre Chouans et Républicains eut lieu à l'ouest de Plouharnel et au sud de Carnac, on la nomme la bataille de Plouharnel. Sept moulins ont existé à Plouharnel, notamment à Kerloguen, Kergonan, Pero, Kerfourchelle, Pont-Neuf, Glevenay et le moulin à marée du Bego ; seul subsiste de nos jours celui de Glevenay[9].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
.... 1944 Lucien Tessoulin   Révoqué par le Gouvernement de Vichy[10]
1977 1989 Joseph Le Corvec UDF  
1989 1995 Charles Kerino DVD  
1995 28 mai 2020 Gérard Pierre MPF[11] puis UMP-LR Conseiller général (2004-2015) puis départemental (depuis 2015)
Vice-président du conseil général du Morbihan
Vice-président de la CC Auray Quiberon Terre Atlantique (depuis 2014)
28 mai 2020 En cours Chantal Le Piouff-Le Bihan[12]    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[14]. En 2017, la commune comptait 2 160 habitants[Note 1], en augmentation de 1,6 % par rapport à 2012 (Morbihan : +2,52 %, France hors Mayotte : +2,36 %).
Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 0319781 0501 0391 0581 2641 3491 3701 986
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 4231 3711 4251 4031 4661 5491 6311 6161 563
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 7501 6521 6391 5471 5921 5661 5511 3601 436
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
1 4781 4871 4921 5251 6531 7001 8652 0382 144
2017 - - - - - - - -
2 160--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Vue partielle du cromlech rectangulaire de Crucuno.
Dolmen de Crucuno.
Abbaye Sainte-Anne de Kergonan

Sur le territoire de la commune de Plouharnel se trouve un ensemble important de monuments mégalithiques de l'époque néolithique :

Ces mégalithes sont classés monuments historiques, la plupart depuis la fin du XIXe siècle[17].

Autres monuments :

Monastère Sainte-Anne de Kergonan, moines bénédictins à Plouharnel (Morbihan, abbaye bretonne).
  • Église Saint-Armel.
  • Chapelle Saint-Antoine et Saint-Éloy à Kerharno[22].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Pierre-Yves Lautrou, Vincent Olivier, Jean-Michel Demetz, Stéphane Renault, « Le cordon dunaire de Gâvres », L'Express, 27 août 2008.
  2. Stéphane Brousse, "Batraciens et reptiles en Bretagne", Yoran Embaner, Fouesnant, 2014, (ISBN 978-2-916579-63-4)
  3. https://www.gavres-quiberon.fr/fr/grand-site-de-france
  4. Dans les archives du chapitre de Vannes
  5. Ofis ar brezhoneg
  6. Émile Ernault, Dictionnaire breton-français du dialecte de Vannes, 1904, p. 185. Damb da zañsal e Plarnel, nom du groupe de danseurs de l'Amicale laïque [1].
  7. in Cahiers internationaux de symbolisme p. 48 de Moïse Engelson
  8. http://fr.topic-topos.com/saint-armel-plouharnel
  9. « Plouharnel. Sur les traces des moulins disparus », sur letelegramme.fr, Le Télégramme, (consulté le 27 septembre 2020).
  10. « Journal officiel de la République française. Lois et décrets », sur Gallica, (consulté le 27 septembre 2020).
  11. Cantonales. Qui joue à quoi et comment?, Benoît Siohan, Le Télégramme, 22 janvier 2011.
  12. « Chantal Le Piouff-Le Bihan nouveau maire », sur Le Télégramme, (consulté le 30 mai 2020)
  13. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  15. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  17. « Liste des notices pour la commune de Plouharnel », base Mérimée, ministère français de la Culture
  18. Notice no PA00091519, base Mérimée, ministère français de la Culture
  19. Notice no PA00091520, base Mérimée, ministère français de la Culture
  20. Présentation de l’abbaye Saint Michel de Kergonan sur le site du diocèse de Vannes
  21. Présentation de l'Abbaye Sainte Anne de Kergonan sur le site du diocèse de Vannes
  22. https://www.petit-patrimoine.com/fiche-petit-patrimoine.php?id_pp=56168_11
  23. « Plouharnel - Archéologie. Un jardin dédié à Félix Gaillard », Le Télégramme, 10 décembre 2010 (ISSN 0751-5928). Consulté le 15 juin 2011.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]