Olympique de Marseille-Paris Saint-Germain en football

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Classico.
Rivalité entre le Paris Saint-Germain et l'Olympique de Marseille
PSG 1 - 3 OM(28e journée du championnat 2008-2009)
PSG 1 - 3 OM
(28e journée du championnat 2008-2009)
Généralités
Sport Football
Pays Drapeau de la France France
Villes ou région Paris
Marseille
Derby Classique
Statistiques
PSG nuls OM Total
Division 1 / Ligue 1 22 17 31 70
Coupe de France 8 2 1 11
Coupe de la Ligue 2 0 0 2
Trophée des champions 0 1 0 1

Total 33 20 33 86
Légende : OM : Olympique de Marseille / PSG : Paris Saint Germain Football Club
Situation actuelle
Ligue 1 Paris Saint-Germain Football Club, Olympique de Marseille
Localisation des clubs
Géolocalisation sur la carte : France

Les matchs PSG-OM ou OM-PSG, selon l'équipe qui reçoit, sont des rencontres de football opposant le Paris Saint-Germain Football Club à l'Olympique de Marseille. Chaque opposition entre les deux clubs est appelé « le Classico »[1] ou parfois « le Classique » [2], sur le modèle du Clásico espagnol entre le Real Madrid et le FC Barcelone. Le caractère particulier de ces oppositions et son nom de classico est largement entretenu par les médias[3].

De nombreuses confrontations ont eu lieu entre l'Olympique de Marseille et divers clubs de la ville de Paris, tel que le CA Paris, le RC Paris ou le Paris FC mais le premier match officiel entre l'OM et le PSG date de la saison 1971-1972.

Le record d'audience télévisée, toutes compétitions confondues, est détenue par la finale de la Coupe de France 2005-2006 qui a rassemblé 10,76 millions de téléspectateurs sur TF1[4]. Le record pour un match de championnat (diffusé sur une chaîne payante) pour cette confrontation est détenu par le match PSG-OM de décembre 1991, vu par 2,91 millions de téléspectateurs sur Canal+[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

Origine de la rivalité[modifier | modifier le code]

La rivalité sportive entre les deux clubs a été volontairement montée de toute pièce par les dirigeants du Paris-Saint-Germain et de l’Olympique de Marseille[6]. Il y a cependant un antagonisme entre la capitale et la deuxième ville de France. Paris et Marseille se confrontent pour des raisons géographiques, culturelles et sociologiques. Une affiche OM/PSG, c’est le Sud, contre le Nord, la province contre la capitale, "Marseille la populaire contre Paris la hautaine"[6].

Jusqu’à la fin des années 1980, les chocs du championnat ou de Coupe de France entre le PSG et l’OM se déroulent comme des matchs quelconques[6]. Les véritables rivaux de Marseille sont l'AS Saint-Étienne dans les années 1970, Bordeaux dans les années 1980 ou encore l'OGC Nice et le Nîmes Olympique avec lesquels ils se disputent la suprématie régionale[6]. Le 19 février 1975 se dispute à Colombes un match amical entre l'équipe brésilienne de Botafogo FR et une sélection des meilleurs joueurs de l'OM et du Paris-Saint-Germain, revêtus pour l'occasion du maillot du Racing[7], en hommage à Georges Magendie, joueur de la section rugby à XV du Racing Club de France récemment décédé. En 1986, signe d’entente entre les deux clubs, Gérard Houllier entraîneur du PSG est invité et reçu par le journal le Provençal en tant que rédacteur en chef exceptionnel du supplément sportif hebdomadaire[6].

Suite à la perte d'influence de Bordeaux sur le football français, Bernard Tapie, président de l'OM de 1986 à 1993, recherche un autre rival pour pimenter le championnat et avoir un adversaire de premier ordre[6]. Il avoue qu'il entretient cette rivalité afin de motiver son équipe en tête du championnat, notamment lors de la course au titre en 1989[3]. Pour le match décisif au Vélodrome le 5 mai 1989, les supporters parisiens sont interdits de déplacement.

Quand Canal+ prend le contrôle du club parisien en 1991, la chaine joue sur deux tableaux : apaisement des relations entre dirigeants, mais exploitation commerciale de cette rivalité en faisant de ces matchs de grands rendez-vous sportifs pour tout le football français[3] à la place de l'opposition OM-Bordeaux, qui domine la scène sportive dans les années 1980.

Le titre de champion de France de football se joue entre les deux clubs en 1993 (titre non attribué) et 1994.

Années 2000[modifier | modifier le code]

La rivalité existe dans les années 2000[3] ; la passion sur le terrain est beaucoup plus modérée mais l'animosité reste très présente entre fans. À chaque rendez-vous, d'importantes mesures de sécurité sont prises pour empêcher au maximum des affrontements entre les supporters marseillais et parisiens[6].

Historique des confrontations[modifier | modifier le code]

Statistiques[modifier | modifier le code]

Bilan des confrontations
Matchs Victoires du PSG Matchs nuls Victoires de l'OM Buts pour PSG Buts pour OM
Ligue 1 70 22 17 31 82 95
Coupe de France 11 8 2 1 19 9
Coupe de la Ligue 2 2 0 0 5 2
Trophée des champions 1 0 1 0 0 0
Total 84 32 20 32 106 106

Palmarès des équipes[modifier | modifier le code]

Palmarès global[modifier | modifier le code]

Palmarès des équipes
Équipe Titre de champion Coupe de France Coupe de la Ligue Trophée des champions Ligue des champions Coupe des coupes Coupe Intertoto Titre de champion de D2
PSG[8] 4 8 4 4 0 1 1 1
Olympique de Marseille[9] 9 10 3 2 1 0 1 1

Finales et courses au titre[modifier | modifier le code]

Paris Saint-Germain (3)

Date Compétition Vainqueur / Champion Score Finaliste / Vice-champion Stade
- Championnat de France 1993-1994 Paris SG 1 - 1 Olympique de Marseille -
29 avril 2006 Coupe de France 2005-2006 Paris SG 2 - 1 Olympique de Marseille Stade de France
24 février 2013 Championnat de France de football 2012-2013 Paris SG 2 - 0 Olympique de Marseille -

Olympique de Marseille (2)

Date Compétition Vainqueur / Champion Score Finaliste / Vice-champion Stade
- Championnat de France 1988-1989 Olympique de Marseille 1 - 0 Paris SG -
- Championnat de France 1992-1993 Olympique de Marseille (Titre non attribué) 3 - 1 Paris SG -
28 juillet 2010 Trophée des champions 2010 Olympique de Marseille 0 - 0 (5 - 4 t.a.b.) Paris SG Stade du 7 novembre

Matchs notables[modifier | modifier le code]

Certains matchs entre les deux clubs, en raison de l'enjeu sportif, du résultat, ou des circonstances de leur déroulement, ont marqué les supporters des deux clubs et les fans de football français en général.

  • 12 décembre 1971 - Olympique de Marseille 4-2 Paris Saint-Germain : Premier OM-PSG officiel de l'histoire. 18e journée de la saison 1971-1972[10].
  • 17 mai 1972 - Paris Saint-Germain 1-2 Olympique de Marseille : Premier PSG-OM officiel de l'histoire. 36e journée de la saison 1971-1972[11].
  • 5 mai 1989 - Olympique de Marseille 1-0 Paris Saint-Germain : Les deux clubs jouent le titre de champion. Une victoire suffirait à l'une des deux équipes pour s'offrir le titre alors qu'il reste 3 journées à jouer. Le match est disputé, le PSG, emmené par son stratège Safet Sušić se procure une énorme occasion par Amara Simba mais ce sont finalement les Olympiens qui s'imposent grâce à une frappe lointaine du spécialiste Franck Sauzée dans les arrêts de jeu. Cette victoire permet à l'OM de prendre un avantage qu'ils ne lâchent plus[12].
  • 18 décembre 1992 - Paris Saint-Germain 0-1 Olympique de Marseille : les deux clubs sont au sommet de leur art. Artur Jorge, l'entraineur parisien, tente un coup de poker et promet l'enfer aux Marseillais (On va leur marcher dessus). Bernard Tapie se sert de ses déclarations afin de motiver ses joueurs en affichant l'article dans les vestiaires des Phocéens. Le match est âpre et plus de cinquante fautes seront sifflées. L'OM tire son épingle du jeu et l'emporte 1-0 sur un but d'Alen Bokšić[1].
  • 29 mai 1993 - Olympique de Marseille 3-1 Paris Saint Germain : vainqueurs trois jours plus tôt de la Ligue des Champions face au Milan AC, l'OM est sur un nuage avant ce match qui va une nouvelle fois décider du nom du Champion de France. Le PSG joue sans complexe et ouvre le score par Vincent Guérin. Les Marseillais se réveillent et s'imposent 3-1 avec notamment un but exceptionnel de Basile Boli. Des supporters parisiens en colère tireront des fusées de détresse en direction de la tribune Ganay pour manifester leur colère. Plusieurs personnes furent blessées. L'OM remportera le titre mais il lui sera finalement retiré après l'affaire VA-OM. Malgré plusieurs demandes, le titre 1993 ne sera jamais attribué ni à l'OM (déchu), ni au PSG (deuxième)[13].
  • 8 novembre 1997 - Paris Saint-Germain 1-2 Olympique de Marseille : Les deux clubs affichent de grosses ambitions pour cette saison et s'appuient sur deux grosses équipes. Jérôme Leroy répond à Xavier Gravelaine en première mi-temps. En seconde, Fabrizio Ravanelli s'effondre dans la surface de réparation et obtient un penalty, alors que le présumé fautif, Éric Rabésandratana, clame son innocence. Laurent Blanc transforme la sentence et l'OM remporte la victoire[14].
  • 4 mai 1999 - Paris Saint-Germain 2-1 Olympique de Marseille : L'OM joue le titre avec Bordeaux alors que le PSG, assuré du maintien, termine en roue libre une éprouvante saison qui lui aura coûté trois entraineurs et deux présidents. Une bagarre entre pensionnaires du Virage Auteuil et supporters marseillais éclate sur le terrain quelques heures avant le match. Les Olympiens commencent très fort et ouvrent le score par l'ancien parisien Florian Maurice sur un erreur de Bruno Carotti. Bordeaux mené dans le même-temps à Lens, l'OM se dirige tout droit vers le titre de Champion… sauf que Marco Simone égalise d'une frappe limpide des 20 mètres et fait exploser le Parc à l'aube des arrêts de jeu. Bruno Rodriguez, deux minutes après, offrira une victoire de prestige aux supporters après une longue saison. Bordeaux gagne 4-2 à Lens, se retrouve en tête et terminera champion. Des incidents éclateront dans les rues du XVIe arrondissement et les supporters marseillais saccageront les bus de la RATP qui leur furent affrétés. L'OM paiera une amende de 5 millions de francs[1],[15].
  • 15 février 2000 - Olympique de Marseille 4-1 Paris Saint-Germain : Alors que le PSG vise une place en Ligue des champions, l'OM essaye de sauver sa peau en première division. Le Brésilien Christian ouvre très vite le score pour le PSG. Le tournant du match arrive rapidement après l'exclusion des deux Leroy (Jérôme de l'OM et Laurent du PSG). Survoltés par l'ambiance, les Marseillais égalisent par Sébastien Pérez puis surclassent leurs adversaires en inscrivant trois buts en seconde période pour s'imposer finalement 4-1. L'OM se sauvera finalement au terme du championnat, grâce à une différence de buts de +2 aux dépens de Nancy[16].
  • 26 octobre 2002 - Paris Saint-Germain 3-0 Olympique de Marseille : Le match se déroule en début de saison et l'importance sportive est moindre. Le PSG commence très bien le championnat tandis que l'OM se cherche après plusieurs saison dans le ventre mou. Emmené par un grand Ronaldinho, le PSG mène rapidement, maîtrise son sujet tout au long du match et finira par s'imposer 3-0. Le PSG prendra seul la tête du Championnat à l'issue de ce classique.
  • 9 mars 2003 - Olympique de Marseille 0-3 Paris Saint-Germain : Six mois après, la situation a bien changé, l'OM joue le titre et le PSG évolue dans le ventre mou en misant tout sur la Coupe de France. Cependant Ronaldinho sort une performance dont il a le secret, bien aidé par Jérôme Leroy et le PSG s'impose 3-0 au Vélodrome, une première depuis 15 ans.
  • 25 avril 2004 - Paris Saint-Germain 2-1 Olympique de Marseille : le Parc voit la venue de l'OM dans un match largement dominé par les Parisiens qui ouvrent le score sur un lob astucieux et précis de Pauleta sur Barthez qui était sorti aux abords de l'attaquant. C'est le Portugais qui double la mise en seconde période et le but en toute fin de match de Batlles ne change rien, Paris gagne encore.
  • 7 novembre 2004 - Paris Saint-Germain 2-1 Olympique de Marseille : le PSG reçoit l'OM. Armand est rapidement expulsé après un attentat sur Fiorèse et les Olympiens jouent presque tout le match en supériorité numérique. C'est quand même Pauleta qui ouvre le score au milieu d'une défense passive. Batlles égalise juste avant le repos mais Cissé, d'une énorme frappe dans la lucarne donne la victoire aux Parisiens.
  • 10 novembre 2004 - Olympique de Marseille 2-3 Paris Saint-Germain : Trois jours après le match de Championnat, le PSG se déplace au Vélodrome pour le compte des 1/16e de finale de la Coupe de la Ligue. Vahid Halilhodžić, alors entraineur parisien, aligne une équipe largement remaniée et l'OM mène rapidement 2-0 grâce à Benoît Pedretti et Habib Bamogo. Les Parisiens réduisent l'écart juste avant la mi-temps puis égalisent par Branko Boskovic et finiront par s'imposer 3-2 dans les arrêts de jeu grâce à Bernard Mendy après une grosse erreur défensive de Bixente Lizarazu. C'est la huitième victoire consécutive du PSG face à l'OM[17].
  • 5 mars 2006 - Paris Saint-Germain 0-0 Olympique de Marseille : le président marseillais Pape Diouf décide d'envoyer une équipe très majoritairement composée de joueurs de CFA au Parc en signe de protestation contre les mesures de sécurité mises en place au Parc des Princes et le non-respect de quota de places. Les « minots » tiennent le choc face à une pâle équipe parisienne, en perdition dans ce Championnat, et repartent avec le point du nul[1].
  • 29 avril 2006 - Olympique de Marseille 1-2 Paris Saint-Germain : Les deux clubs s'affrontent pour la première fois en finale de la Coupe de France. Le PSG a lâché prise en Championnat alors que l'OM est en lice pour une place en Coupe d'Europe. Le PSG ouvre le score très tôt par Bonaventure Kalou puis double la mise sur une frappe lointaine de Vikash Dhorasoo peu après la pause. L'OM réduit la marque par Toifilou Maoulida en fin de match mais le PSG garde son avance et remporte sa septième Coupe de France[18].
  • 10 septembre 2006 - Paris Saint-Germain 1-3 Olympique de Marseille : Le PSG connait un début de Championnat laborieux et ne gagne qu'un match au cours du mois d'août. De son côté, l'OM affiche une équipe très offensive avec notamment Franck Ribéry, Samir Nasri et Mamadou Niang. Déjà lors du match précédent à Sochaux, le PSG avait été la première victime du nettoyage des surfaces visant à sanctionner systématiquement les tirages de maillot sur coups de pied arrêtés et avait concédé deux penalties (1 repoussé par Landreau et 1 transformé par Karim Ziani pour une défaite 3-2). Cette fois-ci, le PSG va encore concéder deux penalties mais en bénéficiera également d'un. Mamadou Niang ouvre donc la marque mais Pedro Pauleta égalise; 1-1 à la pause. L'OM hausse le ton en seconde période et s'envolera grâce à Nasri puis Pagis[19].
  • 26 octobre 2008 - Olympique de Marseille 2-4 Paris Saint-Germain : en reconstruction après deux saisons éprouvantes de lutte pour le maintien, le PSG se déplace au Vélodrome pour défier un Olympique de Marseille invaincu en championnat depuis le début de la saison et qui prendrait la tête en cas de succès. Le PSG ouvre le score tôt dans le match grâce à son buteur Guillaume Hoarau mais l'OM réagit et mène 2-1 à la mi-temps. Les Parisiens reviennent avec de meilleures intentions et vont effectuer une grosse deuxième mi-temps en inscrivant trois buts et s'imposeront 4-2 grâce à Peguy Luyindula, Jérôme Rothen et encore Guillaume Hoarau. Ce match de référence lancera enfin la saison du PSG[20].
  • 15 mars 2009 - Paris Saint Germain 1-3 Olympique de Marseille : à la suite de la défaite surprise du leader lyonnais, le match a une saveur particulière, si Paris l'emporte il mettra l'OM à 6 points et prendra la première place du classement à l'issue de la 28e journée de Ligue 1. De même si Marseille l'emporte à Paris, l'OM passera devant son hôte du soir et sera à un point de l'OL. Marseille ouvre le score par Boudewijn Zenden à la 24e minute. Paris répliquera à 2 minutes de la pause par un déboulé de Ludovic Giuly qui trompe le gardien olympien d'un plat du pied. Le match reprend sur le même rythme que la première période. L'événement marquant de cette période sera l'expulsion de Zoumana Camara suite à une faute sur Zenden, annihilant une occasion réelle de but. La sanction sera double pour le club parisien, Zenden frappant le coup franc dans les bras de Mickaël Landreau qui involontairement repousse le ballon sur le genou de Bakari Koné. Enfin à la 58e un ancien pensionnaire de la porte d'Auteuil, Lorik Cana se rappellera aux bons souvenirs de son club formateur en inscrivant le 3e et dernier but pour les Marseillais[21].
  • 25 octobre 2009 - Olympique de Marseille 1-0 Paris Saint-Germain : initialement maintenu la veille, le match est reporté le jour même pour cause d'épidémie de grippe A au sein de l'équipe du PSG sous les coups de 14 h alors qu'une très grosse partie des supporters parisiens était déjà sur place ou à proximité de la ville[22]. Sans point de chute final, ils se retrouvent dans les rues marseillaises. Des incidents, essentiellement des jets de projectiles, éclateront tout au long de l'après-midi, que ce soit sur le Vieux-Port ou sur le boulevard d'Athènes près de la Gare Saint-Charles. Le match fut reporté au vendredi 20 novembre 2009 puis remporté par l'OM 1-0[23].
  • 28 février 2010 - Paris Saint Germain 0-3 Olympique de Marseille : le match tourne à la déroute pour l'équipe parisienne, battue 0-3[1]. Avant le match, un membre du Kop of Boulogne se retrouve dans un état grave après une bagarre qui a viré au lynchage ; il décèdera 15 jours après.

D'un club à l'autre[modifier | modifier le code]

Malgré la rivalité entre les deux clubs, de nombreux joueurs ont joué pour les deux équipes au cours de leur carrière. La trahison a d'ailleurs pu se passer de différentes manières : transfert, joueur en fin de contrat, intermède dans un autre club ou échange. Ce dernier est utilisé en 1990 lorsque le grand espoir du football français Jocelyn Angloma alors au PSG, est échangé contre Bernard Pardo, Bruno Germain et Laurent Fournier[24].

En 2004, Frédéric Déhu décide de venir à l'OM, exempt de toute coupe d'Europe, pour des raisons financières[25].Il quitte le PSG, vice-champion de France et qualifié pour la Ligue des champions,

En 2006 et 2009, alors qu'ils ont déclaré ne jamais y jouer, Modeste M'Bami et Gabriel Heinze rejoignent le club marseillais. En 2005, Lorik Cana passe également du côté de la cité phocéenne alors qu'il est sous contrat avec le club de la capitale[24], tout comme Fabrice Fiorèse[24]. Dans l'autre sens, André Luiz passe de l'OM au PSG mais il est en prêt à Marseille.

Joueur du PSG, puis de l'OM[modifier | modifier le code]

Nom Poste PSG OM
Carrière Apps Buts Carrière Apps Buts
Drapeau : Argentine Gabriel Heinze Défenseur 2001-2004 99 4 2009-2011 77 10
Drapeau : France Édouard Cissé Milieu 1997-2007 186 8 2009-2011 77 1
Drapeau : France Fabrice Abriel Milieu 1999-2001 2 0 2009-2011 76 2
Drapeau : Cameroun Modeste M'Bami Milieu 2003-2006 83 1 2006-2009 77 1
Drapeau : Albanie Lorik Cana Milieu 2000-2005 71 2 2005-2009 122 6
Drapeau : France Frédéric Déhu Milieu 2000-2004 119 6 2004-2006 57 1
Drapeau : France Fabrice Fiorèse Attaquant 2001-2004 102 13 2004-2005 21 3
Drapeau : France Pascal Nouma Attaquant 1994-1996 51 10 2001-2002 11 1
Drapeau : France Bruno N'Gotty Défenseur 1995-1998 80 7 2000-2002 32 0
Drapeau : France Jérôme Leroy Milieu 1992-1999 74 2 2000-2002 47 7
Drapeau : Libéria George Weah Attaquant 1992-1995 96 32 2000-2001 19 5
Drapeau : Algérie Djamel Belmadi Milieu 1992-1996 1 0 1999-2003 63 9
Drapeau : France Cyrille Pouget Attaquant 1997-1998 14 2 1999-2001 23 5
Drapeau : France Daniel Bravo Milieu 1989-1996 217 23 1998-1999 20 1
Drapeau : France Florian Maurice Attaquant 1997-1998 29 7 1998-2001 62 23
Drapeau : France Patrick Colleter Défenseur 1991-1996 157 1 1997-1999 41 0
Drapeau : France Xavier Gravelaine Milieu 1993-1995 26 3 1996-1998 52 25
Drapeau : France Bruno Germain Milieu 1991-1993 43 3 1994-1995 37 3
Drapeau : France Jocelyn Angloma Défenseur 1990-1991 36 6 1991-1994 86 3
Drapeau : France William Ayache Défenseur 1986-1987 1987-1988 0
Drapeau : France Claude Lowitz Défenseur 1985-1987 28 0 1987-1988 22 0
Drapeau : Sénégal Saar Boubacar Milieu 1979-1983 98 30 1983-1986 .. ..

Joueur de l'OM, puis du PSG[modifier | modifier le code]

Nom Poste OM PSG
Carrière Apps Buts Carrière Apps Buts
Drapeau : France Claude Makélélé Milieu 1997-1998 32 2 2008-2011 118 1
Drapeau : France Jérôme Leroy Milieu 2000-2002 47 7 2002-2003 49 8
Drapeau : France Peguy Luyindula Attaquant 2004-2005 35 10 2007-2012 181 37
Drapeau : France Zoumana Camara Défenseur 2000-2002 42 1 2007 200 6
Drapeau : Brésil André Luiz Milieu 2001-2002 22 2 2002-2003 17 1
Drapeau : France Jérôme Alonzo Gardien 1995-1997 43 0 2001-2008 71 0
Drapeau : France Stéphane Dalmat Milieu 1999-2000 29 1 2000-2000 19 1
Drapeau : France Peter Luccin Milieu 1998-2000 51 2 2000-2001 26 2
Drapeau : Guinée Kaba Diawara Attaquant 1999-1999 15 0 1999-2003 14 0
Drapeau : France Xavier Gravelaine Milieu 1996-1998 52 25 1999-1999 7 0
Drapeau : France Benoît Cauet Milieu 1987-1990 26 1 1996-1997 35 4
Drapeau : France Alain Roche Défenseur 1989-1990 25 0 1992-1998 151 15
Drapeau : France Laurent Fournier Milieu 1990-1991 17 2 1991-1998 195 11
Drapeau : France Bruno Germain Milieu 1988-1991 80 9 1991-1993 43 3
Drapeau : France Bernard Pardo Milieu 1990-1991 26 1 1991-1992 6 0
Drapeau : France Yvon Le Roux Milieu 1987-1989 63 4 1989-1990 13 1
Drapeau : France Marcel De Falco Milieu 1979-1983 133 12 1983-1984 4 1
Drapeau : France Michel N'Gom Attaquant 1977-1981 60 26 1981-1984 72 22
Drapeau : Sénégal Saar Boubacar Milieu 1975-1979 .. .. 1979-1983 98 30
Drapeau : Cameroun Jean-Pierre Tokoto Attaquant 1968-1972 12 2 1975-1977 50 12
Drapeau : France Jean-Pierre Dogliani Attaquant 1961-1964 62 17 1973-1976 90 23
Drapeau : France Jean Djorkaeff Milieu 1966-1970 133 12 1970-1972 64 7
Drapeau : France J-P Destrumelle Défenseur 1966-1970 .. .. 1970-1972 32 ..

Dernière mise à jour le 1er mars 2013

Autres[modifier | modifier le code]

Joueur d'un club à l'autre, puis retour dans le premier[modifier | modifier le code]

Nom Poste OM PSG OM PSG
Carrière Apps Buts Carrière Apps Buts Carrière Apps Buts Carrière Apps Buts
Drapeau : France Bruno Germain Milieu 1988-1991 94 9 1991-1993 46 3 1994-1995 41 3
Drapeau : Sénégal Saar Boubacar Attaquant 1975-1979 105 36 1979-1983 98 27 1983-1985 33 22
Drapeau : France Jérôme Leroy Milieu 1996-1999 103 4 1999-2002 58 8 2002-2004 64 8
Drapeau : France Xavier Gravelaine Attaquant 1993-1995 26 3 1996-1998 52 25 1999-1999 7 0

De joueur du PSG, à entraîneur de l'OM[modifier | modifier le code]

Nom Poste PSG OM
Carrière Apps Buts Carrière Apps  %V.
Drapeau : Brésil Abel Braga Milieu 1979-1981 46 10
Entraîneur 2000-2001 16 31 %

D'entraîneur du PSG, à entraîneur de l'OM[modifier | modifier le code]

Nom Poste PSG OM
Carrière Apps %V. Carrière Apps %V.
Drapeau : Croatie Tomislav Ivić Entraîneur 1988-1990 86 47,5 % 1991-1992 13 62 %
2001-2002 15 43 %

De joueur de l'OM, à entraîneur du PSG[modifier | modifier le code]

Nom Poste OM PSG
Carrière Apps Buts Carrière Apps  %V.
Drapeau : France Alain Giresse Milieu 1986-1988 83 8
Entraîneur 1998 12 33 %
Drapeau : France Laurent Fournier Milieu 1990-1991 28 4
Entraîneur 2005 36 47,5 %
Drapeau : France Laurent Blanc Défenseur 1997-1999 79 16
Entraîneur 2013-

D'entraîneur de l'OM, à entraîneur du PSG[modifier | modifier le code]

Nom Poste OM PSG
Carrière Apps %V. Carrière Apps %V.
Drapeau : France Lucien Leduc Entraîneur 1970-1972 60 62,5 % 1983-1984 43 47 %

Traitement médiatique[modifier | modifier le code]

Depuis les années 2000, des émissions télévisuelles comme Sept à huit, Appels d'urgence, Le droit de savoir, Envoyé spécial, Enquête exclusive ou Enquête inédite ont réalisé des reportages centrés ou en partie centrés sur la confrontation Olympique de Marseille-Paris SG. La chaîne de télévision Public Sénat a également diffusé le film Hooligans : football, l'état de siège, datant de l'an 2000 et abordant le thème de l'hooliganisme. Ce film est en partie centré sur OM-PSG[26].

Incidents[modifier | modifier le code]

Principaux incidents ayant eu lieu lors de PSG-OM :

  • 9 mai 1975 : en match aller de quarts de finale de la Coupe de France, le public du Vélodrome empêche la sortie du stade des joueurs du PSG. Les CRS sont appelés en renfort, mais n'empêchent pas les supporters olympiens d'atteindre le car des joueurs du PSG dont les vitres sont brisées par jets de pierres. Jacques Ferran, rédacteur en chef de France Football, achève son édito par ces mots : « On ne peut pas à la fois aimer le football et l'assassiner »[27]. En raison de ces graves incidents, le difficile public du Parc, plutôt neutre à l'époque, prend fait et cause pour le PSG au match retour.
  • 5 mai 1989 : les supporters parisiens sont interdits de déplacement au Vélodrome.
  • 29 mai 1993 : depuis leur parcage au stade Vélodrome, les supporters du PSG envoient une douzaine de fusées de détresse dans la tribune Ganay. Les supporters phocéens répliquent en arrachant et lançant des sièges. Le bilan est de 14 blessés dont 2 femmes qui seront blessées par brûlure.
  • 11 avril 1995 : 146 personnes sont interpelées et 9 policiers sont hospitalisés suite à des bagarres lors de la demi-finale de Coupe de France PSG-OM[28] ;
  • 13 octobre 2000 : un supporter de l'OM de 18 ans est paralysé à vie après avoir reçu un siège venant de la tribune supérieure du Parc des Princes[28] ;
  • 26 octobre 2002 : 61 interpellations ;
  • 25 janvier 2003 : 48 interpellations ;
  • 9 mars 2003 : 27 blessés, 1 hospitalisé ;
  • 29 avril 2006 : 2 blessés lors d'affrontements aux abords du stade de France[28] ;
  • 4 février 2007 : le bus des joueurs du Paris SG est caillassé à son arrivée à Marseille peu avant le match OM-PSG. Des bus de supporters parisiens sont également pris pour cible à leur arrivée au stade Vélodrome. 3 blessés dont 1 hospitalisé. 2 interpellations.
  • 2 septembre 2007 : 3 blessés légers et 5 interpellations[28].
  • 15 mars 2009 : une vingtaine d'interpellations
  • 25 octobre 2009 : match reporté au dernier moment pour cause de grippe A chez certains joueurs parisiens. Des groupes de dizaines de supporters parisiens se sont malgré tout déplacés, se retrouvant sans point de chute en attendant leur retour et sans protection policière. De nombreux dégâts furent à dénombrer, une dizaine de blessés dont un supporter parisien renversé par une voiture.
  • 28 février 2010 : les supporters marseillais refusent le déplacement. Avant le match, des incidents ont lieu entre les supporters parisiens du virage Auteuil et du Kop de Boulogne : Yann, membre de la tribune Boulogne, y trouve la mort. On dénombre 20 interpellations dans les rangs parisiens.
  • 7 novembre 2010 : après les graves incidents survenus lors des dernières saisons, les supporters marseillais ne sont pas autorisés à faire le déplacement au Parc des Princes. De même, la tribune visiteurs sera fermée aux supporters parisiens pour la rencontre OM-PSG du 20 mars 2011.

Galerie d'images[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Vidéographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f « Les PSG-OM les plus marquants de l'histoire », sur www.goal.com (consulté le 28 octobre 2011)
  2. http://www.lequipe.fr/Football/Actualites/Paris-c-est-du-classique/352835
  3. a, b, c et d Cédric Rouquette, « PSG - OM, histoire d'une rivalité », sur www.lequipe.fr,‎ 27 avril 2006 (consulté le 28 octobre 2011)
  4. Guilhaume Nistasos, « Finales de la Coupe de France : retour sur les audiences de l'événement depuis 2000 », sur www.fan2tv.com,‎ 29 avril 2012 (consulté le 13 avril 2013)
  5. « Record d'audience historique pour la Ligue 1 », sur lfp.fr,‎ 18 mai 2009 (consulté le 28 octobre 2011)
  6. a, b, c, d, e, f et g Éloïse Fontaine, « OM/PSG - PSG/OM, les meilleurs ennemis », sur www.lemagazine.info,‎ 29 avril 2004 (consulté le 28 octobre 2011)
  7. « Saison 1974/75 », sur www.psg70.free.fr (consulté le 28 octobre 2011)
  8. LFP, « Palmarès PSG », sur www.lfp.fr (consulté le 28 octobre 2011)
  9. LFP, « Palmarès OM », sur www.lfp.fr (consulté le 28 octobre 2011)
  10. LFP, « OM-PSG 1971-1972 », sur www.lfp.fr (consulté le 28 octobre 2011)
  11. LFP, « PSG-OM 1971-1972 », sur www.lfp.fr (consulté le 28 octobre 2011)
  12. Olivier de los Bueis, « L'étincelle du 5 mai 89 », sur www.football365.fr,‎ 24 octobre 2009 (consulté le 28 octobre 2011)
  13. Philippe Fischetti, « OM-PSG : Rétro du match de la saison 1992-1993 », sur www.morefoot.com,‎ 3 février 2007 (consulté le 28 octobre 2011)
  14. « L'OM s'impose au Parc contre le PSG », sur www.om4ever.com (consulté le 28 octobre 2011)
  15. « Violences à l'occasion du match PSG-OM du 4 mai 1999 », sur www.senat.fr,‎ 21 mai 1999 (consulté le 28 octobre 2011)
  16. « OM-PSG 1999-2000 », sur www.lfp.fr (consulté le 28 octobre 2011)
  17. « Marseille 2-3 PSG, Coupe de la Ligue », sur www.omplanete.com (consulté le 28 octobre 2011)
  18. « Marseille 1-2 PSG, Coupe de France », sur www.omplanete.com (consulté le 28 octobre 2011)
  19. « PSG 1-3 Marseille, Ligue 1 », sur www.omplanete.com (consulté le 28 octobre 2011)
  20. « Marseille 2-4 PSG, Ligue 1 », sur www.omplanete.com (consulté le 28 octobre 2011)
  21. « PSG OM 1 - 3, victoire au Parc », sur www.om4ever.com (consulté le 28 octobre 2011)
  22. Cédric Callier, « Grippe A : OM-PSG reporté », sur www.lefigaro.fr,‎ 25 octobre 2009 (consulté le 28 octobre 2011)
  23. « Marseille 1-0 PSG, Ligue 1 », sur www.omplanete.com (consulté le 28 octobre 2011)
  24. a, b et c « PSG-OM, c'est aussi une histoire de transferts », sur www.suite101.fr (consulté le 28 octobre 2011)
  25. « Déhu : "La faute du PSG" », sur www.eurosport.fr,‎ 30 mai 2004 (consulté le 28 octobre 2011)
  26. a et b Vivien B., « Enquête inédite, dans les coulisses de PSG-OM », sur www.psgmag.net,‎ 9 avril 2009 (consulté le 16 juin 2013)
  27. France Football, no 1519 du 13 mai 1975, p. 2.
  28. a, b, c et d V. B., « Quinze ans d'échauffourées », Le Parisien, no 19996,‎ 19 décembre 2008, p. 2 (ISSN 0767-3558)

Liens externes[modifier | modifier le code]