Ali Benarbia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ali Benarbia
Pas d'image ? Cliquez ici.
Biographie
Nationalité Drapeau : Algérie Algérien
Naissance 8 octobre 1968 (46 ans)
Lieu Oran, Algérie
Taille 1,71 m (5 7)
Période pro. 1986 - 2006
Poste Milieu offensif
Parcours junior
Saisons Club
?-? Drapeau : France Razimbaud Omnisport Club
?-1985 Drapeau : France FU Narbonne
1985-1986 Drapeau : France FC Martigues
Parcours professionnel 1
Saisons Club M. (B.)
1986-1995 Drapeau : France FC Martigues 201 (23)
1995-1998 Drapeau : France AS Monaco 90 (8)
1998-1999 Drapeau : France Bordeaux 25 (3)
1999-2001 Drapeau : France Paris Saint-Germain 42 (0)
2001-2003 Drapeau : Angleterre Manchester City 71 (11)
2003-2005 Drapeau : Qatar Al Rayyan Club
2005-2006 Drapeau : Qatar Qatar SC
Sélections en équipe nationale 2
Années Équipe M. (B.)
2000-2001 Drapeau : Algérie Algérie 9 (0)
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.

Ali Benarbia est un footballeur algérien, né le 8 octobre 1968 à Oran (Algérie), qui évoluait au poste de milieu offensif.

Biographie[modifier | modifier le code]

Début de carrière à Martigues[modifier | modifier le code]

Il a débuté sa carrière professionnelle au FC Martigues, où il effectue ses débuts professionnels très tôt lors de la saison 1986-1987 à 17 ans puis à 18 ans, il s'impose comme un cadre de la formation provençale. Son petit gabarit (1,71 m) lui permet d'avoir un centre de gravité très bas, idéal pour sa technique et ses changements de rythme. Il est promis à un grand avenir mais la machine se bloque. Les années passent et il peine à confirmer le talent entrevu. Aucun club de D1 ne semble s'intéresser à lui. Emmené par Didier Tholot, les Martégaux finissent champion de D2 en 93. Il découvre donc la 1re division à 25 ans. Afin de bien figurer en D1, le club recrute malin avec des joueurs expérimentés : Jean-Marc Ferreri, Maurice Bouquet, Jean-Claude Pagal, Christophe Chaintreuil. Le maintien est pourtant difficile et il faudra la relégation de l'Olympique de Marseille pour éviter au club de faire l'ascenseur. La saison suivante (1994-1995) sera celle de la révélation pour Benarbia qui inscrit 7 buts et est un des grands artisans de la très belle 11e place. Fort de cette réussite, des clubs commencent à s’intéresser à ce meneur de jeu atypique.

La gloire à Monaco, Bordeaux et à Paris[modifier | modifier le code]

Il débarque alors à l'AS Monaco, sur la pointe des pieds. Sur le Rocher, après une première saison difficile, où le titulaire à son poste est Enzo Scifo, il devient titulaire indiscutable dès la saison 1996-1997 entouré de joueurs comme Sonny Anderson, Thierry Henry, Sylvain Legwinski, Martin Djetou ou John Collins, l'ASM coaché par Jean Tigana est championne de France. La saison suivante Benarbia reste pour jouer la Ligue des champions malgré la concurrence de Japhet N'Doram, Victor Ikpeba a remplacé Anderson parti au Barça. Malgré une bonne campagne européenne qui se conclut par une demi-finale perdue contre la Juventus de Zinédine Zidane, l'équipe ne parvient pas à conserver son titre échouant à la 3e place derrière le duo Lens et Metz.

En 1998, il signe aux Girondins de Bordeaux, où il réalise la plus belle saison de sa carrière, étant élu par ses pairs meilleur joueur du championnat 1998-1999. Il forme alors un quatuor offensif redoutable aux côtés de Johan Micoud, Lilian Laslandes et Sylvain Wiltord. Les Girondins de Bordeaux obtiennent ainsi le titre de Champion de France.

Il s'engage ensuite au PSG pour 18 millions de francs, il devient même le capitaine avec une bonne première saison (2e du championnat) avec le club parisien. Puis une seconde saison morose où il joue moins, concurrencé par les transfuges de l'été (Dalmat et Luccin) puis de l'hiver (Enrique De Lucas et Mikel Arteta). Il quitte Paris en juillet 2001.

Fin de carrière en Angleterre et au Qatar[modifier | modifier le code]

Benarbia file alors en Angleterre à Manchester City sous la direction de l'emblématique entraîneur Kevin Keegan en D2 anglaise, le club ne resta qu'un an au second niveau, remportant son championnat et battant au passage le nombre de points acquis (99) et de buts marqués (108) sur une saison par le club, il est élu meilleur joueur de seconde division anglaise par ses pairs. Capitaine de Man City, il reste pour la saison 2002-03 en Premier League où il retrouve d'anciens coéquipiers Nicolas Anelka et Sylvain Distin. Manchester City réalise une bonne saison finissant à la neuvième place avec notamment une victoire 3-1 dans le derby contre Manchester United, après treize années sans un derby gagné. City se qualifie également en Coupe UEFA grâce au prix du fair play UEFA, ce qui signifie un retour dans les compétitions européennes après 25 ans d'absence. À presque 35 ans, Ali Benarbia annonce qu'il met un terme à sa carrière. Mais, il se rétracte après une proposition Qatari et signe 2 ans à Al Rayyan. Il terminera en 2006 après une dernière pige au Qatar SC.

Consultant[modifier | modifier le code]

Après l'arrêt de sa carrière, il a longtemps vécu à Doha au Qatar, où il occupe des fonctions de consultant à Al Jazeera Sport depuis octobre 2009[1].

Lors de la coupe du monde de football 2010, il rejoint la radio française RMC[2]. Et depuis septembre 2010, il est chroniqueur dans l'émission de son ancien entraîneur Luis Fernandez, Luis Attaque[3]. Il est aussi l'un des consultants de l'Intégrale Foot[4] et intervient sur BFM TV lors des éditions spéciales.

Retour dans le football[modifier | modifier le code]

En juin 2011, il intègre la Fédération du Qatar de football en tant que conseiller avec Ronald de Boer et Bora Milutinović[5].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Distinctions personnelles[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marc Barreaud, Dictionnaire des footballeurs étrangers du championnat professionnel français (1932-1997), l'Harmattan, 1997

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]