Bernard Mendy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mendy.
Bernard Mendy
Bernard Mendy 1.png
Bernard Mendy (à droite) avec le maillot du Stade brestois en novembre 2012
Situation actuelle
Équipe Drapeau : Inde Chennaiyin FC
Numéro 5
Biographie
Nationalité Drapeau : France Français
Naissance 20 août 1981 (33 ans)
Lieu Évreux (Eure)
Taille 1,8 m (5 11)
Période pro. Depuis 1998
Poste Arrière latéral
Parcours junior
Saisons Club
1996-1998 Drapeau : France SM Caen
Parcours professionnel 1
Saisons Club M. (B.)
1998-2001 Drapeau : France SM Caen 036 0(2)
2000-2001 Drapeau : France Paris SG 026 0(0)
2001-2008 Drapeau : France Paris SG 221 (12)
2002-2003 Drapeau : Angleterre Bolton 023 0(1)
2008-2010 Drapeau : Angleterre Hull City 056 0(2)
2011-2012 Drapeau : Danemark OB Odense 049 0(2)
2012-2014 Drapeau : France Stade brestois 29 041 0(1)
2014- Drapeau : Inde Chennaiyin FC 007 0(1)
Sélections en équipe nationale 2
Années Équipe M. (B.)
- Drapeau : France France U18 006 (0)
- Drapeau : France France espoirs 002 (0)
2004 Drapeau : France France 003 (0)
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.
Dernière mise à jour : 2 octobre 2014

Bernard Mendy, né le 20 août 1981 à Évreux (Eure), est un footballeur international français jouant au poste d'arrière latéral.

Biographie[modifier | modifier le code]

Débuts normands (1996-2000)[modifier | modifier le code]

Originaire du quartier populaire de La Madeleine à Évreux, Bernard Mendy arrive au centre de formation du Stade Malherbe de Caen à l'âge de 15 ans aux côtés de Mathieu Bodmer. Il passe son BEP vente action marchande dans un lycée de la ville et y rencontre celle qui deviendra sa femme[1]. Mendy signe son premier contrat professionnel en 1996 et débute en Division 2 en 1999, à l’âge de 17 ans. Présenté d’abord comme un milieu de terrain, il ne prend son envol que la saison suivante en se fixant au poste de latéral droit. Avec Jérôme Rothen pour partenaire, son année est excellente, il marque un doublé contre Louhans-Cuiseaux. Son seul défaut est de ne pas savoir contrôler sa fougue, et d’être trop souvent sanctionné par les arbitres. Il devient titulaire durant la saison 1999-2000, au terme de laquelle il fait partie de l'équipe-type de Ligue 2 (meilleur latéral droit)[2].

Paris SG (2000-2008)[modifier | modifier le code]

En quête de jeunes joueurs, Philippe Bergeroo recrute alors ce latéral prometteur pour son Paris Saint-Germain, au moyen d’un prêt avec option d’achat automatique à 20 millions de francs[2].

Arrivé en tant qu’arrière droit, et jouant sa première rencontre à ce poste au Stade rennais, avec à la clé une passe décisive pour Stéphane Dalmat, Bernard Mendy est bien plus souvent titularisé en tant qu’arrière gauche, où une place est à prendre. Le jeune joueur fait preuve d’un gros tempérament, ne se laisse jamais impressionner, et sa vitesse est sa principale qualité. Il pêche parfois par naïveté ou excès de combativité, étant exclu lors de la huitième journée contre le RC Lens. Philippe Bergeroo n’a cependant aucune hésitation au moment de le lancer dans le grand bain en Ligue des champions. Lors d’un déplacement chez le Bayern Munich, Mendy a face à lui Hasan Salihamidzic. L’expérimenté bosnien ne cesse de provoquer son vis-à-vis, mais Mendy ne se démonte pas, et lui répond tout au long de la rencontre. À tel point que Bergeroo est obligé de le sortir avant le terme du match, de peur de l’exclusion. Malheureusement, Mendy se blesse plus tard dans la saison, et lorsqu’il revient, l’entraîneur qui comptait sur lui est débarqué depuis longtemps. Luis Fernandez n’est toutefois pas indifférent au potentiel de l’ancien Caennais, et en fait son titulaire au poste de latéral droit jusqu’à la fin de saison[2].

L’été suivant, lorsqu’il a les mains libres pour recruter, Fernandez préfère confier sa défense à des joueurs d’expérience, et Cristobal prend la place de Mendy. Luis Fernandez pense que le potentiel athlétique et l’explosivité de Mendy pourraient être utiles au milieu de terrain, et lui fait faire de nombreuses piges à ce poste, en fin de rencontre en Division 1, ou lors des diverses rencontres de coupes. Dans ce rôle de joker, Mendy marque ses premiers buts parisiens. Un plat du pied face au but vide contre La Gantoise en Coupe Intertoto, une frappe croisée du droit contre Rennes en championnat, une frappe lourde du gauche après un dribble contre le FC Rapid Bucarest en Coupe UEFA, et enfin un duel gagné face au gardien en Coupe de la Ligue contre Troyes. Néanmoins, en D1, Mendy doit se contenter de cinq titularisations et de bouts de matches[2].

À bientôt 21 ans, Bernard Mendy, international espoir français, estime qu’il doit jouer pour progresser. Il est donc prêté sans option d’achat au club anglais de Bolton, où il retrouve Jay-Jay Okocha, qui vient de quitter Paris. Mendy est plutôt apprécié outre-Manche, de par son jeu sans complexe, et il apprend à canaliser sa fougue. Il joue plus d’une vingtaine de rencontres en Premier League et se distingue suffisamment pour être ensuite régulièrement annoncé dans des clubs britanniques[2].

Vahid Halilhodžić, le nouvel entraîneur du PSG, qualifie son latéral de « shérif de vestiaire », avec quatre de ses partenaires. À son retour en France, la place au poste d’arrière droit est laissée libre pour Mendy. Après un début assez poussif, l’équipe vit une saison exceptionnelle, terminant deuxième à trois points de l'Olympique lyonnais. Le PSG remporte la Coupe de France — le premier trophée de Mendy —, et le joueur reçoit également une récompense individuelle : Mendy reçoit le titre de meilleur latéral droit de Ligue 1 lors des Trophées UNFP, seul Parisien membre de l'équipe type du championnat. Après cette saison réussie, Mendy reçoit la visite de Sir Alex Ferguson, qui lui propose de signer à Manchester United[3]. Cerise sur le gâteau, Jacques Santini le convoque en équipe de France pour une rencontre de prestige contre le Brésil, le 20 mai 2004. Mendy marque la rencontre en débordant et prenant de vitesse Roberto Carlos, alors un des meilleur latéral gauche du monde[2].

Mendy connaît deux autres sélections en équipe de France dans les mois qui suivent. La dernière, le 4 septembre 2004, pour les éliminatoires de la Coupe du monde 2010 et la réception de l'Israël (0-0)[4].

Malheureusement, l’exercice suivant va être bien plus périlleux. Mendy perd Fabrice Fiorèse, son indispensable complément, et se retrouve sans réel milieu droit devant lui. En Coupe de la Ligue, à Marseille, Vahid Halilhodžić aligne ses remplaçants, et Bernard Mendy au poste de milieu droit. À la dernière minute, alors que le score n’est que de deux partout, il anticipe une mauvaise tête en retrait de Lizarazu, dribble Barthez et marque dans le but vide, en bout de course[2].

Il repart comme titulaire la saison suivante, mais il lui est reproché son manque de concentration et, surtout, une qualité de centre défectueuse. Malgré des performances honnêtes, à défaut d’être exceptionnelles, Mendy commence à être vivement brocardé par son propre public. Le joueur arrive à prendre toutefois cela avec une certaine décontraction, continue à enchaîner les titularisations, et ne cherche pas à quitter son club. En 2005-2006, il est le défenseur qui réalise le plus de passes décisives en Ligue 1. Il garnit son palmarès d’une nouvelle Coupe de France, après une prestation de haut-vol en finale face à un certain Franck Ribéry[2].

La saison suivante, les difficultés s’accentuent pour Mendy. Guy Lacombe, à la tête de la formation parisienne, n’est pas toujours convaincu par son joueur, et le place pour quelques rencontres sur le banc de touche, lui préférant Édouard Cissé. Mendy finit par retrouver sa place, mais traverse une mauvaise passe personnelle avec le décès de son père. L’ambiance autour du PSG est de plus en plus explosive, avec de mauvais résultats et des tensions avec les supporters : au Camp des Loges, Mendy manque d’en venir aux mains avec un fan particulièrement virulent. C’est à ce moment-là que les « Cahiers du Foot » décernent au joueur le ballon de plomb 2006. Une récompense qui se veut sympathique, mais reprise par tous les médias en assimilant Mendy au plus mauvais joueur de L1. Juste après que Mendy ait reçu ce prix, le PSG reçoit l'OGC Nice au Parc des Princes, et le Parisien est sifflé par son propre public à chaque fois qu’il est en possession du ballon. À tel point que sur une action, Mendy craque : le long de la ligne de touche et adresse un bras d’honneur à l’attention de ces spectateurs. Laissé sur le terrain par Lacombe, Mendy réalise une seconde mi-temps de grande qualité. À la fin du match, il est applaudi par les spectateurs, après avoir complètement renversé la situation à son avantage. Il s’excusera publiquement quelques jours plus tard. En janvier 2007, Paul Le Guen remplace Guy Lacombe. Le nouvel entraîneur s’appuie lui aussi sur Mendy pour ses débuts. En Coupe d’Europe, le latéral parisien qualifie le PSG presque à lui seul en marquant d'une frappe du gauche en pleine lucarne sur le terrain de l’AEK Athènes, et en transformant un penalty au match retour. Après une expulsion à Rennes, il est un temps écarté au profit du jeune Mulumbu, mais retrouve assez vite sa place[2].

La saison suivante, Mendy commence dans la peau d’un titulaire, et fait même plutôt des bonnes prestations, mais Paul Le Guen souhaite alors ne pas trop s’appuyer sur les joueurs à qui il ne reste qu’un an de contrat. Avec Yepes et Pauleta, Mendy se retrouve ainsi régulièrement sur le banc de touche, la recrue Marcos Ceará lui prenant sa place. En deuxième partie de saison, alors que le PSG est au plus mal, il s’impose au poste de milieu droit. Sa motivation aidera grandement le club. Le 29 mars 2008, en finale de Coupe de la Ligue face au RC Lens, entré en cours de match à la place de Clément Chantôme, Mendy marque un but sur penalty à la dernière minute du temps additionnel qui offre la victoire au PSG[2]. En championnat, Mendy n’est pas en reste, étant décisif à plusieurs reprises. Il est tellement convaincant — à la fois sur le terrain et dans l’état d’esprit — que le PSG finit par lui proposer une prolongation, mais les conditions ne seront pas suffisamment satisfaisantes pour Mendy. Il joue son dernier match lors de la finale de Coupe de France perdue face à l'Olympique lyonnais, après être passé à deux doigts de donner la victoire aux siens à la toute fin du temps réglementaire[2].

Hull City (2008-2010)[modifier | modifier le code]

En fin de contrat en 2008 avec le PSG, il signe un contrat de trois ans avec le club de Hull City[5]. Il retrouve Phil Brown, celui qui le prend en prêt aux Bolton Wanderers lors de la saison 2002-2003. Le fait de l’avoir côtoyé à Bolton est un facteur décisif au moment de rejoindre Hull. Lors de la première saison, Mendy joue 33 matchs pour deux buts inscrits et six passes décisives, ce qui fait de lui le meilleur passeur de l’équipe. La deuxième saison est moins bonne avec six victoires sur l’ensemble de l’exercice. Hull est relégué en Championship (D2) et Mendy décide de mettre fin à l’aventure[6].

Bernard Mendy fait alors jouer la clause lui permettant de rompre son contrat en cas de descente. Il s'entraîne en début de saison 2010 avec le Stade Malherbe de Caen, en attendant de trouver un autre club.

En 2009, il devient actionnaire avec Mathieu Bodmer comme président du club de l'Évreux athletic club Football[3]. En mars 2013, il démissionne.

Une saison et demie au Danemark (2011-2012)[modifier | modifier le code]

Libre depuis Hull City en juin 2010, Mendy se maintient en forme en s'entrainant avec le Stade Malherbe de Caen[7]. Bernard Mendy s'engage en février 2011 avec le club danois d'Odense Boldklub pour une période d'un an et demi[8].

Retour en France (2012-2014)[modifier | modifier le code]

Le 25 juin 2012, il signe un contrat de 2 ans avec le Stade brestois 29[9].

Nouveau départ en Inde (depuis 2014)[modifier | modifier le code]

Sans contrat à l'intersaison 2014, Mendy rejoint l'Indian Super League nouvellement créée dans le but de rendre le football populaire en Inde. Dans le cadre d'une draft organisée sur le modèle des ligues sportives nord-américaines, il est sélectionné par la Team Chennai (Chennaiyin FC) fin août 2014[10].

Statistiques[modifier | modifier le code]

Statistiques de Bernard Mendy au 2 octobre 2014
Saison Club Championnat Coupe(s) nationale(s) Compétition(s)
continentale(s)
Drapeau : France France Total
Division M B M B C M B M B M B
1997-1998 Drapeau de la France Stade Malherbe Caen D2 1 0 - - - - - - - 1 0
1998-1999 Drapeau de la France Stade Malherbe Caen D2 4 0 - - - - - - - 4 0
1999-2000 Drapeau de la France Stade Malherbe Caen D2 30 2 1 0 - - - - - 31 2
Sous-total 35 2 1 0 - - - - - 36 2
2000-2001 Drapeau de la France Paris Saint-Germain (prêt) D1 19 0 - - C1 7 0 - - 26 0
2001-2002 Drapeau de la France Paris Saint-Germain D1 21 1 4 1 CI+C3 9 2 - - 34 4
2002-2003 Drapeau de l'Angleterre Bolton Wanderers (prêt) Premier League 21 0 2 1 - - - - - 23 1
2003-2004 Drapeau de la France Paris Saint-Germain Ligue 1 33 0 5 0 - - - 1 0 39 0
2004-2005 Drapeau de la France Paris Saint-Germain Ligue 1 29 0 4 1 C1 5 0 2 0 40 1
2005-2006 Drapeau de la France Paris Saint-Germain Ligue 1 36 0 4 0 - - - - - 40 0
2006-2007 Drapeau de la France Paris Saint-Germain Ligue 1 28 0 4 0 C3 8 2 - - 40 2
2007-2008 Drapeau de la France Paris Saint-Germain Ligue 1 23 1 8 3 - - - - - 31 4
Sous-total 189 2 29 5 - 29 5 3 0 250 12
2008-2009 Drapeau de l'Angleterre Hull City Premier League 28 2 5 0 - - - - - 33 2
2009-2010 Drapeau de l'Angleterre Hull City Premier League 21 0 2 0 - - - - - 23 0
Sous-total 49 2 7 0 - - - - - 56 2
2011 Drapeau du Danemark Odense Boldklub SAS Ligaen 11 0 - - - - - - - 11 0
2011-2012 Drapeau du Danemark Odense Boldklub SAS Ligaen 29 2 - - C1+C3 9 0 - - 38 2
Sous-total 40 2 - - - 9 0 - - 49 2
2012-2013 Drapeau de la France Stade brestois 29 Ligue 1 31 0 2 1 - - - - - 33 1
2013-2014 Drapeau de la France Stade brestois 29 Ligue 2 7 0 1 0 - - - - - 8 0
Sous-total 38 0 3 1 - - - - - 41 1
2014 Drapeau de l'Inde Chennaiyin FC Indian Super League 7 1 - - - - - - - 7 1
Total sur la carrière 379 9 42 7 - 38 5 3 0 462 21

Palmarès[modifier | modifier le code]

Distinctions personnelles[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Bernard Mendy, le coeur à Caen », sur leparisien.fr,‎ 14 août 2004 (consulté le 24/11/2014)
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k « Portraits d’anciens du PSG : Bernard Mendy, Benachour », sur psgmag.net,‎ 19 février 2011 (consulté le 25/11/2014)
  3. a et b « Bernard Mendy (Brest) : "Je dois tout au PSG" », sur eurosport.fr,‎ 20 décembre 2012 (consulté le 24/11/2014)
  4. « Fiche de Bernard Mendy », sur fff.fr (consulté le 24/11/2014)
  5. « Mendy is back », sur football.fr,‎ 12 juillet 2008
  6. « Bernard Mendy : « Partout où j’allais, je n’entendais qu’une chose : Hull City » », sur hat-trick.fr,‎ 16 mai 2014 (consulté le 24/11/2014)
  7. « Bernard Mendy n'a pas envie d'être enterré », sur topmercato.com,‎ 6 novembre 2010 (consulté le 24/11/2014)
  8. « Bernard Mendy signe à Odense », sur leparisien.fr,‎ 9 février 2012 (consulté le 24/11/2014)
  9. « Officiel : le grand retour de Bernard Mendy à Brest ! », Foot Mercato, 25 juin 2012.
  10. Guilllaume Bardou, « Edel et Mendy, stars de la draft indienne ! », sur football.fr,‎ 21 août 2014 (consulté le 2 octobre 2014)

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :