Tomislav Ivić

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tomislav Ivić
Tomislav Ivić.jpg
Ivić en 1976.
Biographie
Nationalité Drapeau : République fédérative socialiste de Yougoslavie Yougoslave
Drapeau : Croatie Croate
Naissance 30 juin 1933
Lieu Split
(Royaume de Yougoslavie Drapeau : Royaume de Yougoslavie)
Décès 24 juin 2011 (à 77 ans)
Lieu Split (Croatie Drapeau : Croatie)
Poste Milieu de terrain puis entraîneur
Parcours professionnel 1
Saisons Club M. (B.)
Drapeau : République fédérative socialiste de Yougoslavie RNK Split
Drapeau : République fédérative socialiste de Yougoslavie Hajduk Split
Équipes entraînées
Années Équipe Stats
1969-1972 Drapeau : République fédérative socialiste de Yougoslavie NK Split
1972-1976 Drapeau : République fédérative socialiste de Yougoslavie Hajduk Split
1976-1978 Drapeau : Pays-Bas Ajax Amsterdam
1978-1980 Drapeau : République fédérative socialiste de Yougoslavie Hajduk Split
1980-1983 Drapeau : Belgique RSC Anderlecht
1983-1984 Drapeau : République fédérative socialiste de Yougoslavie Hajduk Split
1984 Drapeau : République fédérative socialiste de Yougoslavie Dinamo Zagreb
1984-1985 Drapeau : Turquie Galatasaray
1985-1986 Drapeau : Italie US Avellino
1986-1987 Drapeau : Grèce Panathinaïkos
1987-1988 Drapeau : Portugal FC Porto
1988-1990 Drapeau : France Paris SG
1990-1991 Drapeau : Espagne Atlético de Madrid
1991-1992 Drapeau : France Olympique de Marseille
1992-1993 Drapeau : Portugal Benfica
1993-1994 Drapeau : Portugal FC Porto
1994 Drapeau : Croatie Croatie
1994-1995 Drapeau : Croatie Croatia Zagreb
1995 Drapeau : Turquie Fenerbahçe
1995-1997 Drapeau : Émirats arabes unis Al Wasl Dubaï
1997-1998 Drapeau : Iran Persépolis
1997-1998 Drapeau : Iran Iran
1998-1999 Drapeau : Belgique Standard de Liège
2000 Drapeau : Belgique Standard de Liège
2001 Drapeau : France Olympique de Marseille
1 Compétitions officielles nationales et internationales.

Tomislav Ivić (né le 30 juin 1933 à Split dans le Royaume de Yougoslavie, aujourd'hui en Croatie, et mort le 24 juin 2011 dans la même ville) est un joueur de football devenu ensuite entraîneur de football yougoslave (croate).

Ancien footballeur de talent modeste, Tomislav Ivić devient un entraîneur à succès. Réputé sévère et exigeant tactiquement, notamment sur le plan défensif, il est connu pour la réussite et la longévité de sa carrière. Il dirige des équipes de quatorze pays différents, dont quatre sélections nationales et remporte de nombreux titres (huit championnats et six coupes) dans sept pays différents : Yougoslavie, Pays-Bas, Belgique, Grèce, Portugal, Espagne et France[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Après une courte carrière de joueur dans le championnat de Yougoslavie (avec deux clubs de sa ville natale, le RNK Split et l'Hajduk Split), avant de commencer une carrière d'entraîneur avec le club du NK Split durant trois ans entre 1969 et 1972.

Tomislav Ivić se fait connaître en début de carrière en terminant champion dans chacun des clubs où il passe : Hajduk Split (en 1973-74 et 1974-75), Ajax Amsterdam (en 1976-77), Hajduk Split de nouveau (en 1978-79), RSC Anderlecht (en 1980-81).

Après quelques saisons moins fructueuses (comme un passage au Dinamo Zagreb, au Galatasaray en Turquie, à l'US Avellino en Italie ou encore au Panathinaïkos en Grèce), il réalise son exercice le plus réussi en 1987-88, alors qu'il remplace Artur Jorge au FC Porto, champion d'Europe en titre. Il remporte en cours de saison la supercoupe de l'UEFA et la Coupe intercontinentale, face au CA Peñarol (2-1 a.p.), et mène le club jusqu'à un nouveau titre de champion national. Il découvre la France la saison suivante, en signant au Paris Saint-Germain. Il y obtient d'abord de bons résultats, le club parisien terminant à la seconde place du championnat, à trois points de l'Olympique de Marseille. La saison suivante est plus décevante : les Parisiens sont éliminés rapidement en Coupe UEFA par la Juventus, et avec 14 défaites terminent à la cinquième place de D1[2], ce qui conduit au départ d'Ivić pour l'Atletico Madrid, qu'il mène à la deuxième place de la Liga.

Ivić revient en France en 1991, à l'Olympique de Marseille, triple champion de France. Pourtant en tête du championnat, il est congédié après quatre mois, notamment en raison du style défensif de son équipe[3], au profit de son prédécesseur Raymond Goethals.

Il voyage ensuite en Europe, avec tout d'abord un retour au Portugal, mais cette fois avec le Benfica, avant de retourner au bout d'une saison au FC Porto. En 1994, il prend en charge l'équipe de Croatie pour y rester moins d'un an, avant de rejoindre le club de la capitale croate du Dinamo Zagreb. Peu de temps après, durant l'année 1995, il retourne en Turquie, mais cette avec le club stambouliote du Fenerbahçe. Il rejoint ensuite les Émirats arabes unis pour prendre en main durant deux saisons le club d'Al Wasl Dubaï.

En 1997, il part pour un nouveau défi avec l'Iran, où il reste une saison avec un des plus grands clubs du pays, le Persépolis FC, avant de prendre les rênes de la sélection iranienne.

De 1998 à septembre 1999 puis de mai à décembre 2000, il dirige l'équipe du Standard de Liège, sans connaître une grande réussite : dans un climat difficile avec les joueurs, il ne parvient pas à lutter pour le titre et perd deux finales de coupe de Belgique. Il revient à Marseille en avril 2001 à la demande du président Robert Louis-Dreyfus, également actionnaire du club belge, et de Bernard Tapie, devenu directeur sportif, alors que le club phocéen lutte pour le maintien. L'objectif est atteint, mais l'entraîneur est dans un premier temps remplacé à l’inter saison, du fait notamment de sa propre fatigue physique, avant d'être rappelé en août en remplacement de José Anigo[4]. Le 29 novembre 2001, il quitte définitivement son poste du fait de problèmes de santé récurrents[5]. Il se range alors définitivement des terrains.

De 2002 à novembre 2004, il est le directeur sportif d'Al-Ittihad (en Arabie saoudite)[6]. En 2006, il est nommé directeur du tout nouveau centre de formation du Standard de Liège (Belgique) en juillet 2006, à 73 ans, poste qu'il quitte quelque temps plus tard[7].

Revenu à Split, Tomislav Ivic meurt le 24 juin 2011 à l'âge de 77 ans[8].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Drapeau : Portugal FC Porto
 
Drapeau : République fédérative socialiste de Yougoslavie Hajduk Split
 
Drapeau : Pays-Bas Ajax Amsterdam
Drapeau : Belgique RSC Anderlecht
 
Drapeau : Turquie Galatasaray
 
Drapeau : Grèce Panathinaïkos
 
Drapeau : France Paris Saint-Germain
 
Drapeau : Espagne Atlético Madrid
 
Drapeau : Portugal Benfica
 
Drapeau : Croatie Croatia Zagreb

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (it) « Il primatista e' Ivic: 8 titoli in 6 nazioni », sur archiviostorico.gazzetta.it, La Gazzetta dello Sport,‎ 22 avril 2007 (consulté le 25 novembre 2010)
  2. « Les entraîneurs », sur www.psg.fr, PSG (consulté le 25 novembre 2010)
  3. Alain Pécheral, La grande histoire de l'OM, Éditions prolongations,‎ 2007, 504 p. (ISBN 2916400079), p. 270
  4. OM : Tapie rappelle Ivic, nouvelobs.com, 29 août 2001
  5. « Léger coup de cœur pour Tomislav Ivic », sur www.liberation.fr, Libération,‎ 3 décembre 2001 (consulté le 24 juin 2011)
  6. Ligue des champions de l'AFC : Al-Ittihad succèdera-t-il à Al-Ain ?, FIFA.com, 24 novembre 2004
  7. B. D., « “J’ai des regrets mais pas de rancune” », sur www.dhnet.be, La Dernière Heure/Les Sports,‎ 28 septembre 2010 (consulté le 24 juin 2011)
  8. J.Helguers et M.Debiève, « Tomislav Ivic est décédé », sur www.rtbf.be, RTBF,‎ 24 juin 2011 (consulté le 24 juin 2011)