Bricorama

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bricorama
logo de Bricorama
Création 1975
Slogan « Entre nous, une même passion ! »
Siège social Drapeau de France Villiers-sur-Marne (France)
Actionnaires M14 (86,83 %) ; JG Capital Management / IDI (7,47 %)
Activité Grande distribution
Produits Bricolage, Matériaux de construction, Aménagement de la maison
Site web www.bricorama.fr
Capitalisation 200 millions d'€
Chiffre d’affaires 675 millions d’euros (2014)
Résultat net 12,7 millions d'€ (2014)

Bricorama est une chaîne française de grande distribution spécialisée dans le bricolage basée, aujourd'hui à Villiers-sur-Marne. Le premier magasin de la chaîne a ouvert ses portes en 1968 à Rouen[1]. Ce magasin est ouvert sur le site d'un négoce en matériaux appartenant à la SCAC (Société commerciale d'Afrique centrale) qui comporte plusieurs filiales dont SCAC Transport, SCAC Bois, SCAC Voyage et donc SCAC Matériaux qui crée, sous l'impulsion de Michel Monier le premier magasin de bricolage moderne tel que nous les connaissons aujourd'hui. À la fin des années 1970, l'enseigne se développe en ouvrant des magasins en propre et en franchisant des quincaillers traditionnels qui cherchent à moderniser leur entreprise. Une équipe est constituée pour assurer les ouvertures des nouveaux magasins : Michel Monier, directeur général ; Jean Euze, immobilier ; Lisiane (?), formation du personnel ; Francis Deval, implantation commerciale.

Au début des années 1980, une nouvelle directrice générale Bricorama est nommée par la SCAC qui rencontre elle même des graves problèmes internes avant d'être rachetée par Vincent Bolloré qui démantèle le groupe SCAC.

Bricorama passe alors sous le contrôle de CARREFOUR-EUROMARCHE-EUROLOISIR puis de Castorama qui est dans l'obligation (loi anti-monopole) de se séparer de quelques magasins. C'est alors que Jean-Claude Bourrelier rachète une quinzaine de magasins et le nom Bricorama.

Histoire[modifier | modifier le code]

Débuts et développement[modifier | modifier le code]

C'est en 1975 que Jean-Claude Bourrelier ouvre avec un associé un premier magasin de bricolage, à Paris, place d'Italie : La Maison du 13e. En 1980, est créée l'enseigne Batkor.

En 1992, profitant du démantèlement du groupe Euromarché et de sa filiale de vente de matériel de bricolage Bricorama, Jean-Claude Bourrelier rachète 15 de ces magasins.

En 1995, La Bricaillerie a été rachetée, spécialisée dans le petit bricolage. En 1997, la branche continentale du groupe britannique Wickes a été acquise (elle est implantée au Benelux). En 1998, l'enseigne Outirama fut rachetée.

En 2001, Bricorama rachète les six magasins Bricostore[2],[3],[4].

Bricorama et la loi « Maillié »[modifier | modifier le code]

En , la cour d'appel de Versailles rend un jugement qui condamne Bricorama, en application de la loi dite Maillié du 10 aout 2009 qui réaffirme le principe du repos dominical, à fermer le dimanche 32 magasins en Île-de-France[5].

En , Jean-Claude Bourrelier, le président de Bricorama, dénonce l'impunité dont bénéficient ses concurrents quant à la question de fermer leurs magasins le dimanche[6]. Un décret du 31 décembre 2013, autorise certains magasins de bricolage à ouvrir leurs portes le dimanche jusqu'au 1er juillet 2015[7]. Le 12 février 2014, l'autorisation est suspendue par le juge des référés du Conseil d'Etat[8].

Le , situé à Montigny-le-Bretonneux, mis en difficulté par ses concurrents qui, eux, ont l'autorisation d'ouvrir le dimanche.

Organisation[modifier | modifier le code]

Activités[modifier | modifier le code]

La chaîne employait en 2008 près de 4 000 personnes[1]. Le groupe est présent en France, en Espagne et aux Pays-Bas avec 187 magasins de bricolage dont 89 en France, 62 au Benelux (38 en Belgique, 24 aux Pays-Bas[9]) et 8 en Espagne, plus 28 franchisés[10].

Le groupe compte quatre enseignes différentes : Bricorama elle-même, mais aussi Batkor en France, Karwei (en) aux Pays-Bas et Gamma en Belgique et aux Pays-Bas[9].

C'est le quatrième acteur français du bricolage, derrière les groupes ADEO (35 % de part de marché), Kingfisher (34 %), et Mr Bricolage (11 %)[11].

Données financières[modifier | modifier le code]

En , le groupe annonce un chiffre d'affaires en recul de 3,5 %, et la fermeture de deux enseignes aux Pays-Bas et en Belgique[12].

Le groupe fait partie du CAC Small 90.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]