Libéraux-démocrates (Royaume-Uni)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Parti libéral démocrate.
Libéraux-démocrates
Liberal Democrats
Image illustrative de l'article Libéraux-démocrates (Royaume-Uni)
Logo officiel
Présentation
Chef vacant
Fondation
Siège 8-10 Great George Street, Londres
Chef adjoint Simon Hughes
Idéologie Libéralisme
Social-libéralisme
Europhilie
Affiliation européenne Alliance des libéraux et des démocrates pour l'Europe
Affiliation internationale Internationale libérale
Couleurs Or
Site web http://www.libdems.org.uk
Présidents de groupe
Vice-Premier ministre Nick Clegg
Leader adjoint de la Chambre des Lords Jim Wallace
Leader des Libéraux-démocrates écossais Willie Rennie
Leader des Libéraux-démocrates gallois Kirsty Williams
Président du ADLE Guy Verhofstadt (ADLE)
Représentation
Chambre des communes
8 / 650
Chambre des Lords
105 / 789
Parlement écossais
5 / 129
Assemblée nationale du pays de Galles
5 / 60
Députés européens
1 / 73

Les Libéraux-démocrates (anglais : Liberal Democrats) sont un parti politique britannique du centre.

Le parti a été fondé en 1988 par une fusion du Parti libéral avec le Parti social démocrate (SDP) qui formaient depuis 1981 une alliance électorale. Le Parti libéral existait précédemment depuis 129 ans et a dirigé le Royaume-Uni sous les Premiers ministres Gladstone, Asquith et Lloyd George notamment, avant d'être surpassé par le Parti travailliste dans les années 1920.

Nick Clegg est le chef des Libéraux-démocrates depuis 2007. De 2010 à 2015, les Libéraux-démocrates ont été le partenaire minoritaire du Parti conservateur au sein du gouvernement Cameron.

Situation[modifier | modifier le code]

Les Libéraux-démocrate disposent de 8 députés à la Chambre des communes, après les élections législatives de 2015.

Ils ont formé une coalition avec le Parti conservateur de David Cameron, et sont donc au gouvernement. En particulier, Nick Clegg est actuellement Vice-Premier ministre.

Au parlement écossais, de 1997 jusqu'à 2007 les Libéraux-démocrates formaient une coalition gouvernementale avec les travaillistes, Jim Wallace étant le vice-Premier ministre d'Écosse.

Il existe aussi une branche galloise à l'Assemblée nationale du pays de Galles (5 députés sur 60), et avec douze députés européens, c'est le principal parti de l'Alliance des démocrates et des libéraux pour l'Europe, jusqu'en 2014, où le parti perd 11 de ses 12 députés européens, recueillant 6,61% des suffrages.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les Libéraux-démocrates résultent de la fusion en 1988 de l'ancien parti libéral britannique et du plus récent parti social-démocrate, une faction qui a quitté le parti travailliste en 1981. Les deux partis ayant préalablement formé une alliance électorale, baptisée SDP-Liberal Alliance, pendant quelques années, mais les élections générales en 1983 et 1987 furent des déceptions pour l'Alliance. Ils ont gagné beaucoup de voix dans les élections, légèrement moins que le parti travailliste, mais ils n'ont pas gagné une quantité comparable de sièges à la Chambre des communes. Après la fusion, le parti nouveau a élu Paddy Ashdown, premier chef du parti uni.

Au milieu des années 1990, à la suite du « recentrage » du New Labour sous l'impulsion de Tony Blair, la question d'une alliance entre les Libéraux-démocrates et le Parti travailliste devient centrale. Néanmoins, souhaitant conserver une identité propre, le parti s'oriente davantage vers la gauche de l'échiquier politique, s'opposant en particulier à la privatisation des chemins de fer ou étant favorable à une hausse des impôts[1].

Après deux élections sans augmentation significative des sièges, l'élection générale en 1997 a doublé leur nombre de sièges. Ashdown a démissionné en 1999, et Charles Kennedy l'a remplacé. Sous la conduite de Kennedy, le parti a augmenté le nombre de ses sièges lors des élections de 2001 et également en 2005. Charles Kennedy a été obligé de démissionner le 7 janvier 2006 à cause d'une cabale interne et parce que des révélations sur son alcoolisme allaient être rendues publiques. Menzies Campbell a été choisi comme dirigeant pour l'élection du 2 mars 2006.

À parti de 2004, le parti, qui a prospéré en se positionnant à la gauche du Parti travailliste, décide de retrouver sa place historique au centre. Le but est de récupérer des voix anti-Irak provenant des conservateurs dans des circonscriptions travaillistes. Les stratèges du parti désirent également reprendre l'espace politique au centre, misant sur un virage à gauche du Parti travailliste après le départ de Tony Blair[2]. La presse britannique utilise le terme de « révolution du livre orange »[3].

Ce parti qui se présente comme le « plus scrupuleux » de l'échiquier politique britannique[réf. nécessaire] a vu certains de ses dirigeants être accusés d'écarts de conduite impardonnables en politique et de scandales. Le parti est menacé aussi par le Parti conservateur, qui s'est rétabli après l'élection de David Cameron leur nouveau dirigeant.

Au gouvernement (2010-présent)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Gouvernement Cameron.

Durant la campagne des élections législatives de 2010, la prestation du chef du parti Nick Clegg lors du premier débat télévisé permet aux Libéraux-démocrates de voir leurs intentions de vote fortement augmenter, un sondage leur prédisant même 34 % des suffrages. Cependant, les intentions de vote diminuent par la suite[4]. Finalement, le 6 mai 2010, le parti obtient 57 sièges et 23 % des voix. Mais les élections débouchent sur un « parlement suspendu » (Hung Parliament), sans majorité, qui met les Libéraux-démocrates dans une position de « faiseur de roi »[5]. Le 11 mai, un accord de coalition est trouvé avec le Parti conservateur pour un gouvernement sous l'autorité de David Cameron comprenant cinq membres des Libéraux-démocrates, dont Nick Clegg qui devient vice-Premier ministre[6]. Le but des Démocrates-Libéraux est d'« ancrer le gouvernement au centre »[7]. Mais une grande partie de ses électeurs jugent que le parti a « vendu son âme » en s'alliant aux conservateurs[8].

Lors des élections locales de 2011, les Libéraux-démocrates perdent le tiers de leurs sièges tandis que le référendum sur le mode de scrutin qu'ils soutiennent est largement rejeté[9]. L'année suivante, ils connaissent une défaite qualifiée d'« historique » aux élections locales[10]. Au congrès de Brighton, en septembre 2012, Nick Clegg apparaît de plus en plus contesté au sein du parti, de nombreux militants lui reprochent d'avoir laissé le gouvernement de coalition faire d'importantes coupes budgétaires dans les allocations aux plus pauvres, d'avoir abandonné la réforme de la Chambre des Lords ou encore d'avoir reculé sur la question des frais universitaires[11].

Positionnement politique[modifier | modifier le code]

Traditionnellement centriste[2], le parti a évolué vers la gauche parallèlement au recentrage du Parti travailliste sous l'influence de Tony Blair dans les années 1990[1]. Depuis 2004, les Libéraux-démocrates ont repris leur place au centre[2], notamment en participant à un gouvernement de coalition avec les conservateurs depuis 2010. Cependant, les électeurs du parti se trouvent plus à gauche que les instances dirigeantes[3] même si un rééquilibrage vers le centre se rencontre après 2010, avec la perte de son électorat le plus à gauche[12].

Les Libéraux-démocrates veulent réduire les impôts sur les ménages les plus pauvres, par le biais d'une taxe sur la propriété foncière (Mansion Tax (en))[13]. En matière d'éducation, ils sont favorables à une baisse des frais de scolarité et à une réduction du nombre d'élèves par classe. Sur le plan des libertés individuelles, le parti est opposé à la création d'une carte d'identité et au stockage d'empreintes génétiques de personnes innocentes[13]. Les Libéraux-démocrates sont parfois qualifiés de « verts »[7]. Ils sont pour un Royaume-Uni « zero carbon » en 2050, contre la construction de nouvelles centrales à charbon et les centrales nucléaires de nouvelle génération. Ils proposent également de restreindre le budget alloué aux routes pour rouvrir des lignes de chemin de fer fermées[13].

Le parti est favorable à une profonde modification des institutions politiques britanniques. Il est pour l'instauration du scrutin à vote unique transférable[13]. L'accord de coalition avec les conservateurs prévoit un référendum sur le mode de scrutin, visant à adopter le vote alternatif, mais celui-ci est largement rejeté en 2011. Les Libéraux-démocrates sont également en faveur d'une baisse du nombre de députés et la mise en place d'élections parlementaires à dates fixes[13]. Le Fixed-term Parliaments Act 2011 (en) est voté par la coalition Tories-LibDems et fixe pour la première fois les élections législatives, tous les cinq ans. Le parti est favorable à une « démocratisation » de la Chambre des Lords[7].

En matière de politique étrangère, les Libéraux-démocrates sont réputés pacifistes. Ils sont par exemple le seul grand parti britannique à s'être mobilisé contre la guerre d'Irak[3]. Le parti est europhile[7] et s'est même prononcé en faveur de l'euro[13].

Résultats électoraux[modifier | modifier le code]

Élection Nom Voix Sièges
1983 Alliance Social-démocrate/Libéral 25,4 % 23
1987 Alliance Social-démocrate/Libéral 22,6 % 22
1992 Libéraux Démocrates 17,8 % 20
1997 Libéraux Démocrates 16,7 % 46
2001 Libéraux Démocrates 18,3 % 52
2005 Libéraux Démocrates 22,1 % 62
2010 Libéraux Démocrates 23,0 % 57
2015 Libéraux Démocrates 7,9 % 8

Dirigeants des Libéraux-démocrates[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Fabrice Rousselot, « Les travaillistes labourent en terre libérale-démocrate. En congrès, les lib-dem hésitent à s'allier au Labour. », Libération,‎ (lire en ligne)
  2. a, b et c (en) « Liberal Democrats: Back to the centre », The Economist,‎ (lire en ligne)
  3. a, b et c Jeanne Dussueil et Agnès Alexandre-Collier, « ariage incertain entre Tories et Lib-Dems », Le Point,‎ (lire en ligne)
  4. « Cuisant revers pour Clegg, le « 3e homme » de la campagne », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  5. « Royaume-Uni : retour sur six longs jours de tractations », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  6. « « Une vraie coalition » entre Tories et Lib Dems », Le Nouvel Observateur,‎ (lire en ligne)
  7. a, b, c et d Sébastien Maillard, « Au pouvoir en Grande-Bretagne, les « Lib Dems » tentent un exercice d’équilibre permanent », La Croix,‎ (lire en ligne)
  8. AFP, « Le leader des lib dems britanniques défend son alliance avec Cameron », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  9. Nicolas Madelaine, « Royaume-Uni : les Lib Dems en pleines turbulences », Les Échos, no 20928,‎ , p. 20 (lire en ligne)
  10. Reuters, « Au Royaume-Uni, seul Boris Johnson résiste à la poussée travailliste », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  11. Florentin Collomp, « Les lib-dems pris au piège de l'exercice du pouvoir », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  12. (en)Anthony Wells, « The left-right spectrum », Commentary, sur YouGov,‎ (consulté le 5 novembre 2012)
  13. a, b, c, d, e et f (en) « Election 2010: Lib Dem 'common ground' with rivals », BBC News,‎ (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]