Hippolyte Ferrat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Hippolyte Ferrat
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Nom de naissance
Jean Joseph Hippolyte Romain Ferrat
Nationalité
Formation
Activité
Fratrie
Charles Ferrat (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Jean Joseph Hippolyte Romain Ferrat né à Aix-en-Provence le et mort dans la même ville le est un sculpteur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Frère aîné du sculpteur Charles Hippolyte Marcellin Ferrat[1] et lauréat de la Ville d'Aix-en-Provence[2], Hippolyte Ferrat est admis, le , à l'École des beaux-arts de Paris où il est élève de James Pradier[3]. Il obtient le second prix de Rome en 1850. Il expose au Salon de 1849 à 1870[4].

En 1859, Hippolyte Ferrat réalise une statue de l'homme politique François Denis Tronchet pour le Conseil d'État[5]. En 1860, une fontaine monumentale due à Théophile de Tournadre[6] est construite au centre de la place de la Rotonde à Aix-en-Provence. Des trois statues sommitales, Ferrat réalise l’allégorie des Beaux-Arts[7].

En 1863, il exécute quatre cariatides représentant les quatre continents, Europe, L'Asie, L'Afrique et L'Amérique, pour la façade de l'hôtel Louvre et Paix situé sur la Canebière à Marseille. Il sculpte également les sujets représentant Le Commerce et La Navigation qui cantonnent l'horloge du fronton de cet édifice[8],[9].

Il réalise trois Couples d'enfants portant les cartouches dédiés à Puget, Constantin et Forbin dans l'escalier d'honneur du musée des Beaux-Arts de Marseille au palais Longchamp[10].

Certaines de ses œuvres sont conservées à Aix-en-Provence au musée Granet : Le Berger Corydon[11], le Buste d'Émile Loubon[12] et le Buste de l'Abbé de l'Épée[13].

Il meurt ruiné[2] au vieil hôpital d'Aix-en-Provence le [14]. Il est inhumé au cimetière Saint-Pierre d'Aix-en-Provence.

Œuvres dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

Jean-Baptiste Bourguignon de Fabregoules (1867), Aix-en-Provence, musée Granet
Monument à Laurent Imbert (1881), Cabriès.


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Geneanet
  2. a et b Alauzen et Noet 2006, p. 188.
  3. Baille 1981, p. 103.
  4. Bénézit p 319/930
  5. Cette statue a été transférée du Palais Royal à la commune de Lisieux où elle est actuellement conservée.
  6. Ingénieur des Ponts et Chaussées.
  7. Les deux autres statues figurant L'Agriculture et La Justice sont réalisées respectivement par Louis-Félix Chabaud et Joseph Ramus.
  8. Adrien Blès, La Canebière dans le temps et dans l'espace, Marseille, éd. Jeanne Laffitte, (ISBN 2-86276-250-4), p. 54.
  9. Cet hôtel est réquisitionné par la Marine nationale par décret du , puis occupé par la Kriegsmarine, puis repris par la Marine nationale et enfin vendu à un grand magasin.
  10. Marie-Paule Vial, Le palais Longchamp : À la gloire de l'eau,des Arts et des Sciences, Marseille, Images en manœuvres éditions, coll. « Itinéraire de la mémoire », , 175 p. (ISBN 978-2-908445-05-3, OCLC 26590219), p. 110.
  11. Plâtre, 1843.
  12. Plâtre, 1852.
  13. Marbre, 1879.
  14. Baille 1981, p. 105.
  15. « buste de marius Granet », notice no MHR93_20101300870, base Mémoire, ministère français de la Culture.
  16. « Statue de Laurent Imbert », notice no MHR93_20101301369, base Mémoire, ministère français de la Culture.
  17. CDOA- Hippolyte Fortoul.
  18. François Denis Tronchet.
  19. Adrien Blès, La Canebière : dans le temps et dans l'espace, Marseille, Jeanna Laffitte, , 117 p. (ISBN 2-86276-250-4), p. 55.
  20. Vial 1991, p. 111.
  21. Paul Masson (dir.), Encyclopédie départementale des Bouches-du-Rhône, tome 6, Archives départementales des Bouches-du-Rhône, Marseille, 1914, p. 808.
  22. Antigone allant chercher le corps de Polynice.
  23. Diane de Gabiès.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • André Alauzen et Laurent Noet, Dictionnaire des peintres et sculpteurs de Provence-Alpes-Côte d'Azur, Marseille, Jeanne Laffitte, (1re éd. 1986), 473 p. (ISBN 978-2-86276-441-2, OCLC 920790818, BNF 40961988), p. 188.
  • Franck Baille, Les petits maîtres d'Aix à la belle époque, Aix-en-Provence, Paul Roubaud, , 127 p. (BNF 34668210), p. 103-105.
  • Daniel Maurin et Reine Colin, Jean Joseph Hippolyte Romain Ferrat dit "Sextius", 1822-1882. Mise en lumière d'un homme de l'ombre, Rousset, Association Index, , 58 p. (ISBN 2-9527517-0-6, OCLC 470006230, BNF 40242291).

Liens externes[modifier | modifier le code]